Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Thimert-Gâtelle (Eure-et-Loir). Église Saint-Pierre

Responsable d’opération : Stéphane Büttner
p. 214-215

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : CEM Auxerre

Texte intégral

1Dans le cadre du projet de son classement aux Monuments historiques, une courte expertise archéologique des élévations de l’église Saint-Pierre de Thimert a pu être réalisée. L’édifice actuel mesure près de 53 m de long. Ces dimensions sont en partie dues aux transformations successives menées sur le bâtiment, en particulier à son extrémité orientale avec l’ajout d’un nouveau chevet (xive s.), puis d’un nouveau transept (xvie s.). L’étude du bâti montre que l’emprise de l’édifice était déjà considérable dès le xie s., et qu’une seconde phase romane a consisté à rehausser l’église. En ce qui concerne la façade, le portail central et son tympan à appareil réticulé, ainsi que les deux contreforts peuvent être attribués à l’état primitif. Pour le collatéral nord, la partie basse du gouttereau appartient également à cet état sur toute sa longueur, en intégrant au niveau de la quatrième travée une porte, au tympan également en opus reticulatum, et aujourd’hui bouchée. À l’intérieur, tous les indices tendent à démontrer que l’édifice du xie s., sans doute charpenté, présentait une imposante tour-clocher fondée sur la première travée du vaisseau central. Les reprises successives ne permettent pas d’en évaluer la hauteur, mais on comprend bien les efforts de contrebutement qui ont alors été entrepris avec la mise en place de pilastres et d’arcs diaphragmes. Les travaux de la seconde phase romane (xiie s. ?) ont donc consisté à surélever les bas-côtés. Outre le rehaussement du gouttereau nord, réalisé en conservant en partie basse la maçonnerie de l’état antérieur, et une reprise sans doute totale du gouttereau sud, les modifications ont également affecté la façade avec une reprise importante au niveau des deux collatéraux. Cette phase de chantier découle certainement de la volonté d’améliorer l’éclairage tant en façade que sur les bas-côtés. Sur ces derniers, on devine six baies placées en symétrie, et ce malgré la mise en place au xvie s. de grandes baies à remplages venant en partie les masquer. C’est sans doute durant le deuxième chantier roman que les six baies hautes du côté nord du vaisseau central ont été installées ; côté sud, cinq baies hautes inscrites dans le rythme des travées de l’état initial pourraient bien être des vestiges du xie s. Les différents indices récoltés permettent d’établir un plan hypothétique du premier état roman de l’église. La présence de vestiges d’une pile engagée, sur la face est du pilier situé entre la première et la deuxième travée, implique l’existence de la réciproque sur le pilier suivant. Ce système, qui se développait ainsi et très certainement sur toute la nef, est connu pour certains édifices du nord-ouest de la France, comme à l’abbaye Notre-Dame de Bernay (première moitié du xie s.). Le bras nord du transept présente également des vestiges qui montrent que la reprise du xvie s. s’inscrit dans le plan de l’état roman primitif. Il est donc possible de restituer le transept roman sur ces bases. À la jonction entre le chevet gothique et le transept, un épaississement des maçonneries permet enfin d’envisager ici la présence de vestiges masqués d’un chevet à abside, absidioles et épaulements (modèle dérivé de Cluny II). Cette étude reste encore succincte au regard des indices que pourrait révéler une véritable archéologie du bâti, intégrant une analyse stratigraphique et une étude fine des matériaux. L’étude historique mériterait également d’être approfondie et confrontée aux données archéologiques. Seule une mention évoque le don de l’église en 1091 par Hugues Ier de Châteauneuf à l’abbaye de Bonneval, qui y aurait alors fondé un prieuré.

Thimert-Gâtelle, plan de restitution de l’église de l’état du xie s.

Thimert-Gâtelle, plan de restitution de l’église de l’état du xie s.

DAO G. Fèvre, CEM Auxerre

Haut de page

Table des illustrations

Titre Thimert-Gâtelle, plan de restitution de l’église de l’état du xie s.
Crédits DAO G. Fèvre, CEM Auxerre
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6989/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Büttner, « Thimert-Gâtelle (Eure-et-Loir). Église Saint-Pierre », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 214-215.

Référence électronique

Stéphane Büttner, « Thimert-Gâtelle (Eure-et-Loir). Église Saint-Pierre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6989

Haut de page

Auteur

Stéphane Büttner

CEM Auxerre

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Büttner

CEM Auxerre

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals