Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Thiron-Gardais (Eure-et-Loir). Cloître de l’abbaye

Responsable d’opération : Sophie Liegard
p. 215-216

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : conseil départemental d’Eure-et-Loir

Texte intégral

1Suite à sa vente après la Révolution, le cloître de l’abbaye de Thiron-Gardais a été démoli, comme une bonne partie des bâtiments de l’ensemble abbatial. Depuis, le mur nord de l’église romane s’incline dangereusement. Préalablement aux travaux visant à le stabiliser, une opération archéologique de fouille nécessitée par l’urgence absolue a été réalisée afin de fournir des informations nécessaires à la finalisation du projet de contrebutement et, de recueillir le maximum de données sur les vestiges menacés de destruction par ces travaux. Cette intervention a été effectuée par une équipe de trois agents du service d’archéologie préventive du conseil départemental d’Eure-et-Loir, sous la responsabilité de Sophie Liegard. Elle s’est déroulée du 1er août au 18 novembre 2016 en trois phases successives qui se sont insérées dans le calendrier des travaux. Elle a principalement porté sur la galerie méridionale du cloître et sur ses abords immédiats.

2L’existence d’un premier cloître (du xiie ou xiiie s. ?) a pu être démontrée, sans qu’il soit toutefois possible de savoir si son élévation était en pierre ou en bois. Cet espace est ensuite réaménagé durant l’époque gothique (entre le xiiie et le xve s. ?). Les galeries sont alors voûtées en croisées d’ogives. Cette construction met en œuvre un calcaire blanc, relativement tendre, qui a mal résisté à l’humidité, comme en témoignent les nombreuses altérations et réfections des bases de piliers. Le sol a alors été abaissé et les portes donnant sur cet espace modifiées, voire reconstruites, tout comme les escaliers qui leur étaient associés. Le nouveau sol a été réalisé en carreaux de terre cuite carrés (de 11 à 13 cm de côté) ultérieurement remplacés vers la fin de l’Époque moderne par des tomettes hexagonales.

3Un drain en provenance de l’église et traversant la galerie a été aménagé lors des travaux d’époque gothique, probablement dans le but d’assainir l’intérieur du lieu de culte. Les problèmes d’humidité ont également dû pousser la communauté à creuser un large fossé le long de la galerie méridionale, dans la cour du cloître, pour drainer ce secteur. Tardivement des caniveaux empierrés ont même été construits dans les angles de cette cour pour éloigner des galeries les eaux issues des toitures.

4Sur les 36 tombes repérées dans la galerie méridionale, 20 ont été fouillées, alors qu’une dizaine d’autres, en très mauvais état de conservation, n’a fait l’objet que d’observations ponctuelles. Une dizaine de sépultures se rapporte à la période d’occupation antérieure au réaménagement du cloître gothique, alors que les autres sont postérieures à cet événement. Durant le Moyen Âge, les défunts étaient inhumés dans des contenants en bois (cercueils et coffrages) et dans des coffres trapézoïdaux construits en pierres de taille. Certaines de ces tombes recelaient les restes de vases à encens jetés dans leur comblement. Une dizaine d’autres inhumations, qui semble dater de la période moderne, renfermait des cercueils en bois en relativement bon état de conservation. Quatre pierres tombales ont aussi été mises au jour, l’une portant sur sa face supérieure la date du « 3 ou 5 MAY 1674 ». Celle-ci a été taillée dans une grande dalle funéraire gothique dont une petite partie du décor sculpté d’origine est encore conservée sur sa face inférieure.

5Le bras nord du transept de l’église, partiellement exploré, abrite de nombreuses sépultures médiévales et modernes qui n’ont pas été fouillées puisqu’elles n’étaient pas menacées par les travaux. Au xviie s., cet espace abritait un escalier menant au dortoir localisé au 1er étage des bâtiments orientaux de l’abbaye. Vers la fin de la période moderne, ce dernier a été remplacé par un autre, plus monumental, construit sur voûtes.

6Des informations ont aussi été recueillies sur le corps de bâtiment occidental du monastère qui renfermait au Moyen Âge des salles à usage probablement domestique (celliers, réserves…), avant de servir, à l’Époque moderne, de zone de communication entre le cloître et le logis de l’abbé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Liegard, « Thiron-Gardais (Eure-et-Loir). Cloître de l’abbaye », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 215-216.

Référence électronique

Sophie Liegard, « Thiron-Gardais (Eure-et-Loir). Cloître de l’abbaye » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6991

Haut de page

Auteur

Sophie Liegard

conseil départemental d’Eure-et-Loir

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sophie Liegard

conseil départemental d’Eure-et-Loir

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals