Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Vaison-la-Romaine (Vaucluse). Église Haute

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 217-218

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : conseil départemental de Vaucluse

Texte intégral

1Un diagnostic d’archéologie préventive a été réalisé par le Service d’archéologie du département de Vaucluse en novembre 2016 à l’église haute de Vaison-la-Romaine.

2Cet édifice a succédé à la cathédrale Notre-Dame-de-Nazareth (xie-xiie s.) située dans la vallée, au cœur de la cité épiscopale. Cette dernière fut peu à peu abandonnée à une époque où la population préféra, pour sa protection, les abords du château que le comte de Toulouse venait de faire édifier sur une hauteur rocheuse. La cité a été dotée d’une église cathédrale dans la seconde moitié du xve s. Elle se trouve à son extrémité orientale, construite à l’aplomb d’un escarpement rocheux dominant la vallée de l’Ouvèze. Orientée N-S (abside au Sud), elle est ancrée dans le rocher et englobe à sa base l’ancienne enceinte. L’édifice se compose d’une nef de quatre travées d’inégale longueur, voûtées d’ogives, et d’un chœur pentagonal couvert d’une voûte d’ogives sexpartite. Quatre chapelles latérales diversement voûtées ouvrent à l’est et à l’ouest dans chaque travée de la nef. Une tribune supportée par un tambour est accolée au revers de façade. Une sacristie couverte d’une voûte plein cintre communique à l’est avec le chœur et avec un réduit en ruine à l’ouest. Un clocher de plan carré s’élève au-dessus de la troisième chapelle latérale ouest.

3Au xve s., le chapitre cathédral et la communauté de Vaison décident la construction d’un église cathédrale et paroissiale dans la haute ville. Un prix-fait est passé le 30 avril 1464 et indique que la nouvelle cathédrale devait mesurer 22 m de long et comporter un chœur pentagonal voûté d’ogives, long de 9 m et large de 7 m, éclairé par trois fenêtres et une nef de trois travées longues de 13 m et large de 9 m, couverte d’une charpente portée par deux arcs diaphragmes. L’ensemble serait bâti en blocage, sauf les arcs, ogives, baies et chaînages d’angle en pierre de taille, et couvert de tuiles rondes. L’église étant achevée, la communauté passe commande du clocher. Des travaux y sont réalisés en 1557 suite à sont mauvais état. De cette époque, demeurent les murs longitudinaux ouest et est des deuxièmes et troisièmes travées de la nef, ainsi que le clocher, hormis la partie haute qui est une surélévation postérieure.

4En 1599, d’importants travaux sont réalisés pour agrandir l’église trop exiguë. Le chœur de 1464 est détruit et remplacé par une quatrième travée de nef ; un nouveau chœur (l’actuel) est construit plus au sud, sur le modèle du précédent, mais de même largeur que la nef. Le prix-fait mentionne trois fenêtres qui sont visibles dans le mur est de la nef. Les chapelles latérales sont peu à peu édifiées par la suite : en 1599, la quatrième chapelle occidentale est construite puis, peu de temps après (prix-fait du 1er juillet 1599), ce fut au tour de la chapelle orientale. Elles donnent à l’édifice un plan en croix. Il est décidé, en cours de chantier, de remplacer la charpente de la nef par une voûte ; pour l’accueillir, les murs de la nef sont en partie rehaussés. Extérieurement, du côté est, il semble que le mur de la nef ait gardé l’emplacement de la toiture primitive. L’église est achevée en janvier 1601.

5En 1606, une chapelle dédiée à sainte Rusticule, avec dôme, est bâtie par les soins de Nicolas Granier, chanoine sacristain. Il s’agit de la première chapelle latérale orientale. Vers l’année 1635, les deuxième et troisième chapelles latérales orientales sont construites en même temps ; extérieurement, l’appareil montre que ces deux chapelles ont été construites simultanément et sur le même modèle : la deuxième chapelle latérale présente deux baies en arc brisé. Dans la troisième travée, ces deux baies sont visibles en partie de l’extérieur, elles ont été bouchées et remplacées par un oculus. La première chapelle latérale occidentale est également édifiée vers 1635. Enfin, vers 1670, une tribune est aménagée dans le chœur du côté occidental. Divers travaux d’entretien sont effectués dans l’église tout au long des xviie et xviiie s. En 1776, il est décidé de refaire la façade de l’entrée de type jésuite.

6Inscrite à l’inventaire en décembre 1946, l’édifice est classé monument historique le 19 mai 1994. Par la suite, et en fonction des projets de l’aménageur, une surveillance archéologique pourra être réalisée lors des futurs travaux de restauration de cet édifice.

Vaison-la-Romaine, plan au sol.

Vaison-la-Romaine, plan au sol.

Relevé Cabinet Repellin, DAO G. Baro

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vaison-la-Romaine, plan au sol.
Crédits Relevé Cabinet Repellin, DAO G. Baro
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Vaison-la-Romaine (Vaucluse). Église Haute », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 217-218.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Vaison-la-Romaine (Vaucluse). Église Haute » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6994

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

conseil départemental de Vaucluse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

conseil départemental de Vaucluse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals