Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Vomécourt-sur-Madon (Vosges). Église Saint-Martin

Responsable d’opération : Cédric Moulis
p. 218-219

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : université de Lorraine

Texte intégral

1Cette campagne avait pour but d’engranger avant restauration des informations concernant essentiellement le sommet des murs gouttereaux de la nef de l’église, datée par la critique historique et artistique du second tiers du xiie s. Le toponyme de Vomécourt renvoie à l’administration d’une curtis de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge. L’édifice chrétien du premier Moyen Âge n’est pas connu ; il a sans doute été remplacé par celui que nous connaissons encore aujourd’hui.

Description architecturale et programme décoratif

2L’église Saint-Martin adopte un plan basilical de 27 m de long, avec une nef centrale de 14 × 5 m, cantonnée de deux bas-côtés larges de 2,30 m, pour une largeur totale hors œuvre de 12,70 m. Les murs mesurent entre 0,80 et 0,90 m d’épaisseur. Un transept saillant de 18 m de largeur débouche sur trois travées de chœur, une abside axiale et deux absidioles. Les absidioles ne sont pas dans l’axe des bas-côtés, mais légèrement décalées vers l’extérieur. La nef se compose de cinq travées non voûtées à élévation de grandes arcades en plein cintre et fenêtres hautes. Une voûte sur croisée avec des nervures en tore est visible à la croisée des transepts. Elle supporte un clocher dont les maçonneries s’élèvent à 16,5 m. Le décor du chevet est remarquable et tranche avec la sobriété des autres élévations extérieures de l’édifice, hormis le tympan de la façade occidentale dont le décor évoque la Résurrection du Christ.

Archéologie de la mise en œuvre

3La dolomie moellon, dite pierre de Beaumont, se débite sous forme de moellons grossièrement équarris. C’était la pierre idéale pour réaliser le gros œuvre et les parements. La pierre utilisée pour les éléments architecturés est un calcaire gris. Les gouttereaux sont constitués pour l’essentiel de moellons dolomitiques classables en trois catégories : 40 × 10 cm, 30 × 15 cm et 13 × 13 cm. Sur le gouttereau sud, les modules oblongs sont quasiment absents. Les parements du bâtiment sont constitués de moellons bien réglés et assisés.

4Six des fenêtres initiales des bas-côtés sont encore conservées, de deux dimensions distinctes. Elles sont couronnées par un linteau monolithe dans lequel est taillé un arc en plein cintre conique. Les piédroits sont composés par une ou deux pierres. L’ensemble repose sur une pierre d’appui monolithique. La fenêtre du gouttereau sud possède un linteau comme sur les autres fenêtres. En revanche, les deux conservées sur le gouttereau nord sont couronnées par un arc en plein cintre composé de quatre et six voussoirs.

5La façade actuelle de l’église est percée entre autres par un oculus circulaire qui s’inscrit dans un carré basculé à 45° de 95 m de diamètre. Il est constitué de quatre quartiers taillés dans un calcaire coquillier blanc-jaune, à l’image des autres éléments architecturés de l’édifice roman. Il devait orner la façade du xiie s. Chaque quartier possède des segments d’arcs et des droites gravés à la pointe sèche, qui sont des tracés préparatoires. Les voussoirs de certaines fenêtres comportent également des tracés préparatoires, sous forme de fuyantes. Le linteau semi-circulaire de la porte donnant accès à l’escalier en vis du clocher présente des voussoirs fictifs, élaborés selon une technique semblable à celle des fenêtres.

6Le clocher était initialement moins haut qu’aujourd’hui. En effet, nous distinguons très nettement la limite de deux pignons qui devaient supporter une toiture en bâtière. L’éclairage était assuré par deux petites ouvertures cruciformes en grès jaune. Trois passages dans les combles ont été élargis au-dessus de l’extrados de la voûte de la croisée des transepts, laissant apparaître des poutres en chêne. Traversant longitudinalement les murs est et nord et datées par dendrochronologie après 1114, elles témoignent d’une armature en bois au cœur de la maçonnerie.

La charpente

7Le relèvement de la charpente actuelle de la nef pour réhabilitation a permis la découverte d’anciennes pièces de bois disposées au nu des murs gouttereaux de la nef. Il s’agit des vestiges des sablières de la charpente initiale. Elles se composaient de quatre pièces de chêne, conservées à degrés divers. Chaque gouttereau possède deux poutres alignées, sans assemblage. La mieux conservée, sur le gouttereau nord, mesure 6,91 m de longueur. Les autres ne présentent plus que des longueurs partielles (6,87 m, 4,38 m et 2 m). Leur section (largeur 31 × hauteur 26 cm) forme un L. Le cœur du bois est désaxé par rapport au centre des poutres, afin qu’il puisse se situer dans le creux du L, légèrement excentré. Elles ont sans doute été travaillées à l’herminette puis à la doloire. Un chevillage permettait la liaison entre la sablière et l’entrait terminal. Les sablières sont entaillées d’encoches destinées au passage des entraits, espacées par une distance d’environ 110 cm. La plupart des encoches présentent des traces de découpe à la scie. Les encoches larges, en biais ou surcreusées, prouvent qu’il a fallu procéder à des ajustements de la charpente au cours de son montage. Cinq fragments d’entraits en chêne sont conservés dans ces encoches. Ils présentent une section carrée de 17 cm, pour des longueurs allant de 97 à 136 cm. Ils ont été découpés lors de l’installation d’une nouvelle charpente. L’assemblage se fait à mi-bois. Un badigeon noir, qui correspond à une couche de goudron de bois ou de poix, a été appliqué afin de nourrir le bois et de le protéger. L’inclinaison de la toiture varie entre 39,5° et 41°. La longueur totale des entraits a été mesurée à 7,05 m. Celle des chevrons est ainsi estimée à 4,55 m et la hauteur de la charpente à 2,90 m. Cette charpente romane datée sur cambium de 1126 est remplacée par une charpente unique couvrant l’ensemble de la nef et des bas-côtés en 1739. Des encoches sont alors pratiquées sur le bois des sablières afin de faire reposer les nouveaux chevrons dessus et les entraits coincés dans les sablières sont sciés.

Vomécourt-sur-Madon, entrait placé dans une encoche de la sablière nord en forme de L.

Vomécourt-sur-Madon, entrait placé dans une encoche de la sablière nord en forme de L.

Cl. C. Moulis

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vomécourt-sur-Madon, entrait placé dans une encoche de la sablière nord en forme de L.
Crédits Cl. C. Moulis
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Moulis, « Vomécourt-sur-Madon (Vosges). Église Saint-Martin », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 218-219.

Référence électronique

Cédric Moulis, « Vomécourt-sur-Madon (Vosges). Église Saint-Martin » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6995

Haut de page

Auteur

Cédric Moulis

Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cédric Moulis

Université de Lorraine

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals