Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 2. – ProspectionsMalaucène (Vaucluse). Vallon du G...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 2. – Prospections

Malaucène (Vaucluse). Vallon du Groseau/Ancien monastère du Groseau

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 219-220

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : conseil départemental de Vaucluse

Texte intégral

1Une prospection électromagnétique a été prescrite par le Service régional de l’archéologie le 27 avril 2016, dans le cadre de la demande formulée par l’Association de sauvegarde du patrimoine de Malaucène (Spam) et le Service d’archéologie du département de Vaucluse autour de la chapelle du Groseau. Le site est le lieu d’un important monastère fondé au viie s. Celui-ci est rattaché à l’abbaye de Saint-Victor de Marseille au milieu du xie s. Au xive s., le monastère devient le lieu de villégiature du premier pape avignonnais, Clément V. Dès 1309, il y fit élever des constructions ainsi qu’un véritable palais que l’évêque de Vaison, J.-M. Suarès, décrit comme ruiné en 1658.

2Globalement, la prospection géophysique n’a pas permis de mettre en évidence de manière certaine les vestiges archéologiques du palais présumé de Clément V. La zone d’étude présente sur les 150 premiers centimètres des valeurs de résistivité très homogènes, comprises entre 50 et 200 Ωm. Au nord de la zone, une importante anomalie négative marque la présence d’un caniveau servant à la collection des eaux pluviales ou à l’enfouissement d’une ligne EDF. Une importante anomalie positive isolée au sud, parcelle 274, indique la probable présence d’un objet métallique enfoui. La zone la plus hétérogène se situe aux abords immédiats de la chapelle. Cette zone est aussi globalement plus résistante que son environnement. Des anomalies ponctuelles peuvent laisser suspecter la présence de vestiges archéologiques ou de blocs tombés des façades. Le niveau de résolution de l’étude ne permet cependant pas d’estimer l’organisation spatiale et les relations de ces anomalies entre elles. Néanmoins, il a été possible de mettre en évidence la trace des fondations d’un bâtiment (les écuries ?) situé de l’autre côté de la route départementale D 974 à plus de 75 cm de profondeur sur la parcelle 486. Suivant les descriptions faites du bâtiment par l’abbé Guinier en 1733, il pourrait s’agir du bâtiment identifié alors comme les anciennes écuries.

3La difficile mise en évidence des vestiges par prospection géophysique peut résulter de l’arasement des murs en raison de leur destruction et de la récupération des matériaux. Des éléments visibles en élévation ont été analysés dans le cadre de cette étude. La limite de la parcelle cadastrale 271 avec les parcelles 273 et 45 est matérialisée par une grande maçonnerie longue de pratiquement 27 m. Trois constructions différentes ont été étudiées et présentent une facture médiévale (xiiie-xive s.). Deux portes avec feuillure sont conservées et montrent qu’un bâtiment existait dans la partie est de la parcelle 271. Ce bâtiment, de grande envergure et orienté globalement NE-SO, peut correspondre à l’aile d’apparat, l’aula du palais pontifical. La maçonnerie présente à sa base un ou deux ressauts de fondation ce qui prouve que le sol actuel de la parcelle 271 est situé à un niveau plus bas que le sol du bâtiment médiéval. Deux autres maçonneries, situées au nord et à l’est de la chapelle, présentent la même facture que la construction précédente et peuvent aussi remonter au Moyen Âge. Deux ressauts de fondations sont également visibles. Les maçonneries visibles en élévation et remontant au Moyen Âge ont été conservées, car ces murs marquent des limites de parcelles notées sur le cadastre napoléonien. Très tôt, ces structures ont trouvé un rôle qui leur a permis d’échapper à une destruction totale, bien que certains éléments aient été récupérés, notamment les parties hautes.

4Par la suite, des sondages complémentaires pourraient être réalisés, notamment autour de la chapelle, sur la parcelle cadastrale no 45 afin de vérifier la nature des anomalies décelées. Aussi, la municipalité, propriétaire de la parcelle cadastrée 275, souhaite y créer une zone de stationnement. Dans le cadre de cet aménagement de surface, un diagnostic d’archéologie préventive pourrait être réalisé prochainement.

Malaucène, cartographie de conductivité/résistivité électrique apparente de la zone d’étude.

Malaucène, cartographie de conductivité/résistivité électrique apparente de la zone d’étude.

Cl. T. Zitter

Haut de page

Table des illustrations

Titre Malaucène, cartographie de conductivité/résistivité électrique apparente de la zone d’étude.
Crédits Cl. T. Zitter
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 603k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Malaucène (Vaucluse). Vallon du Groseau/Ancien monastère du Groseau »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 219-220.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Malaucène (Vaucluse). Vallon du Groseau/Ancien monastère du Groseau » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6997

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

conseil départemental de Vaucluse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

conseil départemental de Vaucluse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search