Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 2. – Prospections

Plurien (Côtes-d’Armor). La commanderie de La Caillibotière

Responsable d’opération : Alexandre Morel
p. 220

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : université Rennes 2 ; association Arvales

Texte intégral

1Le site de la Caillibotière est une ancienne commanderie templière, puis hospitalière, dont il reste encore quelques vestiges cachés sous la végétation. Ils sont implantés sur une terrasse surplombant le vallon du Frémur, situé dans la commune de Plurien, à une vingtaine de kilomètres au NE de Saint-Brieuc. Cet établissement est mentionné pour la première fois dans un procès-verbal de 1313 et apparaît ensuite dans les sources jusqu’au xvie s. où le « Manoir de La Caillibotière érigé par Templiers » tombe en ruine. Mis à part ces quelques renseignements, les sources textuelles sont très lapidaires en ce qui concerne l’état des bâtiments et leurs usages durant les époques médiévale et moderne. Ainsi, cette recherche vise à déterminer le processus d’intégration de la commanderie dans le paysage et de retrouver le plan disparu ; ceci apportera également une monographie complète d’une commanderie bretonne jusqu’alors peu étudiée. Cette étude s’inscrit dans le cadre d’un master d’Histoire et d’Archéologie médiévale, dirigé à l’Université Rennes 2 par Pierre-Yves Laffont.

2L’opération menée en juillet 2016 sur le site de la Caillibotière a consisté en un relevé topographique d’une surface de 11 000 m2, dont l’objectif était d’établir une cartographie du site pour replacer et étudier les vestiges d’au moins deux bâtiments au sein de leur environnement. Le relevé a permis de mettre en évidence un espace d’environ 5 000 m2, clôturé sur les côtés est et ouest par deux chemins excavés, la face nord étant limitée par le coteau dont le pendage du même côté disparaît aujourd’hui dans la retenue d’eau créée à la fin du xxe s. Au sein même de cet enclos apparaissent deux espaces terrassés, créés en mettant à profit le pendage naturel et aménagés par un réseau de talus et de chemins. La terrasse ouest, mise au jour par la dévégétalisation lors du relevé, mesure environ 2 500 m2 et est dépourvue de vestiges apparents. La plate-forme mesure aux alentours de 2 000 m2. En légère pente vers le NE, elle supporte deux structures. Le premier de ces bâtiments est de plan rectangulaire selon un axe E-O, mesure 18 m de long pour 10 m de large, avec une probable entrée au niveau du gouttereau sud. Le deuxième bâtiment, situé au SE du premier selon une orientation légèrement désaxée, mesure 5,5 m de long et 3,5 m de large. Outre les aménagements terrassés, le site présente deux chemins excavés, l’un à l’est des bâtiments, en direction de la chapelle Saint-Sébastien située au NE en contrebas du site, l’autre délimitant le côté ouest de la plus grande terrasse. Une fonction défensive peut également être proposée pour ces chemins de par leur morphologie. En effet, ils peuvent atteindre une largeur de près de 2 m pour une profondeur de 3,5 m, facilitant ainsi le contrôle des voies d’accès à la commanderie.

3Dans la continuité de ce relevé et dans l’optique d’appréhender la nature et l’état de conservation des vestiges, une demande de sondages sera effectuée pour l’année 2018. À terme, l’étude de cet établissement aspire à se placer comme l’un des jalons d’une approche archéologique renouvelée concernant les ordres religieux et militaires en Bretagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Morel, « Plurien (Côtes-d’Armor). La commanderie de La Caillibotière », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 220.

Référence électronique

Alexandre Morel, « Plurien (Côtes-d’Armor). La commanderie de La Caillibotière » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6998

Haut de page

Auteur

Alexandre Morel

université Rennes 2

Haut de page

Responsable d’opération

Alexandre Morel

université Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals