Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 3. – Projets collectifs de recherche

Saint-Gilles-du-Gard (Gard). AEGIMAIOR. L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Archéologie et histoire monumentale d’un site monastique majeur du Midi de la France

Responsable d’opération : Andreas Hartmann-Virnich
p. 220-222

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Aix-Marseille université

Texte intégral

1Soutenus matériellement et institutionnellement par la Drac Occitanie et la ville de Saint-Gilles-du-Gard, les travaux du PCR « AEGIMAIOR » se poursuivent actuellement dans le cadre de la préparation et de l’accompagnement du chantier de mise en sécurité et de restauration de l’ensemble du site abbatial.

2Le relevé pierre-à-pierre et l’étude des vestiges du chœur de l’église romane (A. Hartmann-Virnich) ont permis de préciser la stratégie des bâtisseurs de la fin du xiie s., en parallèle à un nouveau relevé au tachéomètre laser des fondations des chapelles rayonnantes méridionales (H. Hansen). Ce relevé a été rendu possible par le dégagement du lit d’attente situé immédiatement sous le sol actuel, en vue de la préparation de la mise en place d’un dallage. Des coups de sabre au départ de l’hémicycle marquent la rencontre de deux chantiers de mise en œuvre simultanés et interdépendants, au prix de problèmes de raccord entre les socles moulurés du rond-point et du chœur droit. Les fondations furent construites de l’ouest à l’est par adossement successif des tronçons du puissant stylobate demi-circulaire et des fondations saillantes des piles engagées, avec des techniques différentes dans la moitié nord et sud, qui suggèrent l’intervention de deux équipes travaillant en même temps. La fondation des chapelles rayonnantes, qui alternent deux modules de grandeur différente, prennent en compte leur saillie inégale : tandis que les chapelles plus larges sont fondées sur des soubassements en hémicycle adossées à celui du déambulatoire. La fondation de l’une des deux chapelles plus petites, de part et d’autre de la chapelle axiale, est massive et se confond avec le blocage interne du mur demi-circulaire préalablement préparé. La très faible variation des dimensions des éléments homologues et la grande homogénéité des assises, de la modénature et des signes lapidaires à l’intérieur du rond-point, accusent une conception et une mise en œuvre rigoureuse, dont les sources d’inspiration restent sujettes à conjecture. Saint-Sernin de Toulouse et des analogies formelles et dimensionnelles avec le chevet du Saint-Sépulcre à Jérusalem, naguère mises en évidence par Christian Freigang, ne sont que deux indices, au sein d’un faisceau de références qui sont examinées en vue de la restitution 3D actuellement en cours (G. Echtenacher, A. Hartmann-Virnich), et pour laquelle la suite et fin du catalogage et de l’étude du lapidaire (M.-P. Bonetti) revêt un intérêt certain.

3La restauration des parements des élévations renfermant la « vis de Saint-Gilles » a donné lieu à une nouvelle étude (A. Hartmann-Virnich) et à un relevé pierre-à-pierre manuel partiel des élévations (H. Hansen). À hauteur du voûtement, la mise en œuvre des maçonneries, rythmée par une alternance régulière de deux à trois modules d’assise rigoureusement standardisés, eut recours à des agrafes de fer forgé scellées au plomb et encastrées dans les pierres de parement de la cage de l’escalier, afin de compenser les poussées de la voûte hélicoïdale, et dans le lit d’attente des chapiteaux des colonnes et pilastres engagés. Une dichromie discrète, voire imperceptible, révèle l’alternance binaire de deux variétés de calcaire pour les claveaux des baies et portes, peut-être dans le but d’en combiner les propriétés mécaniques. La même alternance fut d’ailleurs observée pour les grandes dalles de calcaire froid qui forment le cordon mouluré du stylobate sous les supports du rond-point, finement ajustées lors de leur mise en place par un système de cales en bois dont les trous d’encastrement sont restés lisibles. L’étude a confirmé la modification du voûtement au cours de la mise en œuvre par l’ajout de croisées d’ogives, moulurées et ornées à l’instar de celles de la crypte, et la présence d’une polychromie peinte de date incertaine dont les traces subsistent sur les chapiteaux et sur les restes de la voûte de la première chapelle septentrionale, rehaussée d’une couleur rouge à une assise sur deux.

4Le relevé 3D et l’étude de l’édicule défensif d’époque moderne qui surmonte la dernière travée du collatéral nord de la nef de l’ancienne abbatiale, réalisé dans le cadre d’un stage d’initiation à l’archéologie du bâti (codirection A. Hartmann-Virnich, V. Ory), a clarifié l’histoire de cette construction énigmatique en plusieurs points, tout en soulevant de nouvelles questions. Les ouvertures de tir de ce modeste châtelet, qui était assorti d’une terrasse et d’un chemin de ronde aménagés au sommet du mur gouttereau nord à une époque où l’escalier en vis, attenant dans l’angle du transept était encore accessible, supposent que le transept était déjà à découvert, tandis qu’une porte du côté du vaisseau principal dut fonctionner avec une couverture provisoire du vaisseau central. L’étude du lit d’attente des élévations médiévales, conservé à l’intérieur de l’édicule, conclut à la restitution d’une arase d’arrêt de chantier au cours des travaux de l’abbatiale dans la seconde moitié du xiiie s., au lieu d’un niveau de destruction au moment des guerres de Religion. Le fait que la « vis », au nord du chœur, atteigne le même niveau pourrait témoigner à son tour d’une interruption de la construction de l’édifice médiéval, dont plusieurs sources antérieures à la sécularisation, promulguée en 1538, confirment l’inachèvement dans un état qui ne permet pas de restituer avec certitude le projet pour les parties hautes de l’église. La date de la construction adventice moderne ne peut être déduite que de manière indirecte, aucun des nombreux graffitis relevés à l’intérieur n’étant antérieur au départ forcé de la garnison protestante, en 1622, qui avait tenu l’édifice transformé en forteresse depuis le dernier tiers du xvie s. Par ailleurs, plusieurs activités de construction espacées dans le temps sont confirmées par des couches de chaux appartenant à des niveaux de chantier distincts, mises en évidence lors d’un diagnostic d’archéologie préventive conduit dans l’espace de l’ancien transept (Inrap, novembre 2016, direction M. Rochette).

5Un second stage de relevé et d’étude, dédié aux portes anciennes dans le mur oriental de l’église de 1650-1655 (codirection A. Hartmann-Virnich, V. Ory), a mis en évidence l’existence de deux états successifs de la communication avec l’ancien chœur avant la vente des vestiges du chœur comme bien national, en 1791.

6Un décroûtage d’urgence de la façade sud du bâtiment claustral occidental, suivi d’un diagnostic et relevé analytique en vue du cadrage d’un futur projet de réaménagement (A. Hartmann-Virnich, H. Hansen), a révélé les vestiges du parement en moyen appareil de l’étage, qui rejoignait l’angle du bâtiment claustral sud, aujourd’hui disparu, et ceux d’une surélévation attribuable à la fin du xvie ou au courant du xviie s. qui prenait le jour par une fenêtre à croisée rétrécie à moitié lors de sa mise en œuvre : témoin de la transformation des anciens bâtiments monastiques en habitations privées. La stratigraphie très complexe de la façade, traduit les nombreux changements de fortune et d’infortune que subit le monument après la sécularisation, partiellement documentés par le plan dressé à la veille de la vente de 1791. La mise en sécurité et le nettoyage des élévations du bâtiment claustral sud a permis de relever et d’étudier en détail les élévations romanes conservées dans un état fortement altéré, et de préciser la chronotypologie des appareils (A. Hartmann-Virnich, H. Hansen). Les travaux de restauration dans une parcelle jusqu’alors interdite d’accès ont, en outre, confirmé l’existence d’une construction monumentale de la fin du xiie s. au sud du même bâtiment, dont les murs en moyen appareil adossées à angle obtus au mur méridional de l’aile claustrale appartenaient à un édifice à étage désaxé qui faisait peut-être partie de la « maison abbatiale » mentionnée en 1602 dans le secteur.

Saint-Gilles-du-Gard, plan général des vestiges de l’abbatiale et des anciens bâtiments monastiques.

Saint-Gilles-du-Gard, plan général des vestiges de l’abbatiale et des anciens bâtiments monastiques.

DAO H. Hansen

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Gilles-du-Gard, plan général des vestiges de l’abbatiale et des anciens bâtiments monastiques.
Crédits DAO H. Hansen
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles-du-Gard (Gard). AEGIMAIOR. L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Archéologie et histoire monumentale d’un site monastique majeur du Midi de la France »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 220-222.

Référence électronique

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles-du-Gard (Gard). AEGIMAIOR. L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Archéologie et histoire monumentale d’un site monastique majeur du Midi de la France » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7002

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals