Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 3. – Projets collectifs de recherche

Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Périmètre de l’ancien diocèse

Responsable d’opération : Mathias Dupuis
p. 222-223

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence

Texte intégral

1L’ancien diocèse de Senez correspond à un espace de moyenne et de haute montagne, qui s’étend sur 1 250 km2 environ, dans la partie SE des Alpes-de-Haute-Provence. Ce projet collectif de recherche, dont 2016 était la première année d’exercice, a pour objectif d’encadrer la réalisation d’opérations conduites sur ce territoire par le Service départemental d’archéologie et de fédérer des actions de recherche, dans un secteur particulièrement délaissé par la recherche institutionnelle et qui constitue quasiment une terra incognita sur le plan archéologique. Les problématiques sont surtout axées sur des questions relatives aux dynamiques d’occupation et à la topographie des trois principaux pôles de pouvoir administratif et religieux antiques et médiévaux : Senez, Castellane et Thorame.

2Nous ignorons presque tout de l’occupation de ce territoire au cours de la période qui précède l’annexion à Rome des peuples alpins par Auguste en 14 av. J.-C.. Si les travaux de Guy Barruol font encore autorité pour appréhender le découpage territorial de ces vallées, aucune investigation archéologique n’est venue à l’appui de ces recherches pour déterminer la nature et la répartition de l’habitat. À partir du début de notre ère, les hautes vallées de l’Asse et du Verdon sont rattachées à la nouvelle province des Alpes Maritimae. La structuration progressive de cette entité administrative a bien été mise en évidence grâce à l’étude des sources épigraphiques conduite par Stéphane Morabito. C’est à partir du Haut-Empire que sont mentionnées les civitates de Sanitium/Senez et Salinae/Castellane. La connaissance archéologique de ces deux agglomérations antiques repose sur des découvertes peu documentées et mal localisées, mais elles semblent avoir été implantées dans des zones de plaine, en bordure des cours de l’Asse et du Verdon, selon un schéma topographique récurrent dans les Alpes méridionales (Riez, Digne, Glandèves…). Eturamina/Thorame n’est pas connue avant 439, date à laquelle cette agglomération est mentionnée comme siège épiscopal aux côtés de Salinae. La localisation de l’agglomération fait l’objet de discussions, que seule une véritable reprise des recherches archéologiques serait à même de départager. Des découvertes fortuites récentes conduisent toutefois à porter un nouveau regard sur le secteur de la chapelle Notre-Dame du Serret, à Thorame-Haute et du plateau de Saint-Pierre, à Thorame-Basse. À partir du début du vie s., les sièges épiscopaux éphémères de Salinae et d’Eturamina disparaissent des actes conciliaires, tandis qu’émerge celui de Sanitum, connu à partir de 506. Des sépultures récemment découvertes aux abords de la cathédrale romane, datées de l’Antiquité tardive, attestent d’une occupation ancienne du site, sans doute en lien avec la première église identifiée sous la cathédrale et dont la construction pourrait remonter à cette époque (voir notice dans le présent volume). La période comprise entre le début du viie s. et la fin du xe s. correspond à un vide documentaire total, au cours duquel les listes épiscopales s’interrompent. À Senez, l’occupation perdure cependant, comme l’indique la présence d’inhumations et de bâtiments qui se développent au sud de la cathédrale. En revanche, les fouilles entreprises sur le site perché de Petra Castellana, à Castellane ne permettent pas d’entrevoir de vestiges aussi anciens et rien n’indique que cette occupation puisse remonter à l’Antiquité ou au ixe s. comme on l’a parfois postulé.

3L’étendue spatiale du diocèse en tant qu’entité religieuse ne se perçoit qu’à partir de la fin du xe s., dès lors que les actes des cartulaires de Saint-Victor de Marseille et de Lérins nous renseignent sur les églises et les biens restitués à ces abbayes et situés dans un espace désigné comme le comté (comitatu), l’évêché (episcopatu) ou le diocèse (diocesi). Seules des sources plus tardives (pouillés notamment) permettent de définir et de cartographier précisément la circonscription religieuse. L’emprise des deux abbayes se perçoit très bien à travers un maillage resserré de petits prieurés ruraux, attestés souvent dès les xie-xiie s. et dont subsistent parfois les églises de ces périodes (Saint-Ferréol de Vergons, Saint-Pons du Thor, Saint-Honorat de Clumanc…). Le territoire de Thorame est ainsi largement investi par l’abbaye phocéenne. À Senez, l’affirmation du pouvoir épiscopal et canonial (le chapitre est régularisé sans doute dès la fin du xiie s.) se manifeste par le biais des aménagements architecturaux d’ampleurs conduits sur la première église, puis à travers la reconstruction complète de la cathédrale à partir de la fin du xiie s. Castellane connaît un destin particulier, favorisé par sa position de carrefour entre le littoral et les hautes vallées et par l’implantation de la famille éponyme. Les différentes vocations de l’agglomération se perçoivent à travers sa topographie, dans laquelle émergent plusieurs points de fixation de l’habitat : le castrum de Petra Castellana, sans doute occupé à partir de la fin du xie ou du xiie s. au plus tôt et déserté après les xiiie-xive s. ; le château seigneurial implanté sur le roc voisin et le bourg commerçant qui se développe en contrebas, à proximité du pont sur le Verdon. Ce territoire est également fortement investi par les communautés religieuses, comme en témoignent notamment les possessions de Saint-Victor. Malgré la prédominance économique et politique de Castellane, le siège demeure dans l’antique cité de Senez tout au long de l’Ancien régime. Cette permanence se perçoit à travers les nombreuses tentatives de transfert vers Castellane sollicitées par les évêques dès le xve s. mais toujours contrariées par la communauté canoniale. Le diocèse de Senez, qui perdure jusqu’à la Révolution, disparaît définitivement avec le concordat et la fusion des évêchés bas-alpins au profit d’un siège épiscopal unique, installé dans la nouvelle préfecture de Digne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Dupuis, « Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Périmètre de l’ancien diocèse »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 222-223.

Référence électronique

Mathias Dupuis, « Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Périmètre de l’ancien diocèse » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7003

Haut de page

Auteur

Mathias Dupuis

conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mathias Dupuis

conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals