Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame

Responsable d’opération : Daniel Mouton et Mariacristina Varano
p. 224-225

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : université d’Aix-en-Provence, GRHis université de Rouen

Texte intégral

1La quatrième campagne de fouilles du site de Notre-Dame est la première d’une nouvelle trisannuelle. Ce site est un castrum mentionné dès la fin du xe s. dans les chartes des abbayes de Cluny et Saint-Victor de Marseille sous le nom de castrum Archinzoscum. Il était, à cette époque, entre les mains d’une branche du lignage des Pontevès, famille qui a détenu les châteaux de la vallée jusqu’au xive s.

2L’ensemble du site occupe un relief, dominant la vallée du Colostre. Sur le sommet, se trouve une résidence à caractère élitaire qui a connu trois états successifs, dont les datations ont pu être précisées cette année. La plus ancienne est encore peu fouillée, mais nous en connaissons déjà un bâtiment de 9 m × 3 m qui était construit en bois et en terre. Les bois d’œuvre sont datés par le radiocarbone, de la période allant du milieu du viiie au milieu du ixe s. La présence de particules de fer laisse penser à une forge, mais la grande dimension du bâtiment et le mode de construction plus élaboré que les simples trous de poteau trouvés à proximité pourraient indiquer une autre fonction. Une partie du sol d’occupation à l’extérieur de cet édifice a livré six trous de poteau dont certains contenaient des poutres de section carrée (18 × 18 cm) ainsi que deux fosses qui sont sans doute des silos. La couleur de pâte et le traitement des panses du mobilier céramique sont très différents de ce que nous connaissons habituellement sur les sites castraux provençaux des xe et xie s. Il est certain que ces découvertes vont permettre une avancée déterminante dans notre connaissance de l’époque carolingienne en Provence, période pour laquelle nous avons très peu d’éléments archéologiques. Cette construction a été incendiée. Il est possible que le mobilier ait été conservé en place. Cet épisode d’occupation a été suivi d’un remblaiement par une épaisse couche de terre et de galets sur laquelle s’est développé un nouvel épisode, l’état 1.

3Pour cet état 1, la campagne 2015 avait révélé le bâtiment central au plan hexagonal de 7,3 m de large, construit en bois, terre et pierres, que nous interprétons comme une tour. Ce plan, tout à fait original, trahit un souci d’ostentation rare puisque, à notre connaissance, il n’existe qu’un seul exemple similaire, à Bouillon, en Belgique. Les travaux de 2016 ont dégagé les annexes domestiques qui desservaient ce bâtiment maître. Deux épisodes ont pu être isolés, l’état 1a et l’état 1b. Lors de la première séquence, deux édifices de bois jouxtaient la tour : C1 (5,6 × 3,9 m) à l’ouest et C2 (6 × 3,6 m) au nord. Les parois étaient construites à l’aide de poteaux de bois de 17 à 18 cm de côté, entre lesquels des planches de bois horizontales de 4 cm de large s’inséraient, sans doute par un assemblage à tenon et mortaise. Dans un second temps, l’état 2b, vers le début du xie s., les deux édifices précédents ont été remplacés par deux autres (A1 et A2) plus petits et qui ne comportaient pas de poteaux, mais étaient construits en terre. Nous avons retrouvé la base des murs sous forme de tranchées d’une vingtaine de centimètres de large et de 15 à 18 cm de profondeur. L’édifice A1 (3,35 × 1,85 m) était ouvert vers l’est et protégeait un foyer qui occupait presque tout l’espace. La plaque foyère a été rechargée d’argile à deux reprises et la rubéfaction du sol indique une assez longue utilisation. Au sud de la précédente, la construction A2 (3,8 × 2,3 m) a livré de la céramique, de la faune et du mobilier métallique sans que l’on puisse caractériser précisément l’activité qui s’y pratiquait. Cette occupation de l’état 1 a commencé au cours du xe s. mais nous n’avons pas pour l’instant d’éléments pour être plus précis. Le sol de l’état 1b a livré un denier d’Otton II (973-983) qui donne un terminus post quem pour le début de cet épisode qui paraît s’être poursuivi jusqu’au milieu du xie s., si l’on en juge par les monnaies trouvées dans les niveaux de l’état 2 qui a succédé à cet ensemble. Ce dernier épisode a commencé après l’ensevelissement du précédent sous un remblai de terre et de galets sur lequel s’élevait une enceinte de bois semi-circulaire qui protégeait une maison de terre et bois dont l’occupation s’est terminée au plus tard au troisième quart du xiie s. (voir les chroniques 2013 à 2015).

4Parallèlement, les recherches ont été poursuivies sur les pentes occidentales de la colline, en contrebas de la fortification, sous la direction de Mariacristina Varano. Comme observé dans les campagnes précédentes, il est assez vite apparu que l’occupation des pentes, s’étendait sur une zone beaucoup plus importante que nous le pensions à l’origine. Des anomalies étaient repérables sous le couvert boisé, mais il était impossible d’en avoir une vue d’ensemble. C’est pour cette raison, que le SRA Paca a pris en charge la couverture Lidar du versant méridional de la vallée qui recèle quatre sites médiévaux : Notre-Dame, Saint-Marc, La Moutte et Le Castellet. L’exploitation de ces données n’en est qu’à ses débuts, mais les résultats sont déjà riches. Ainsi, nous avons pu observer que l’occupation-habitat fouillée dans le secteur H1 entre 2013 et 2015 (voir chronique 2015), se poursuit vers le nord et vers le sud en suivant les courbes de niveau. Lors de la campagne 2016, cette fouille a été agrandie vers le sud, ce qui a permis de dégager la suite des maisons de bois. Un échantillon de charbon de bois provenant du plus ancien niveau d’occupation indique, par l’analyse radiocarbone, que ce dernier a commencé dès la période la plus ancienne de la résidence sommitale, entre la fin du viie et la fin du ixe s. De la même manière, le sondage H2, plus proche de la fortification, a été agrandi, mais les éléments de datation pour ce secteur restent peu précis. Quoi qu’il en soit, les structures dégagées dans les deux secteurs ont livré suffisamment d’informations pour conclure que ces maisons sur poteaux étaient bâties sur la base d’un module type (environ 5 m × 2 m). Au sud de H1, d’importantes anomalies indiquées par le Lidar nous ont incités à ouvrir un troisième sondage qui a livré une fosse circulaire avec une entrée aménagée. Il s’agit sans doute d’un abri, mais aucun indice archéologique n’a permis de l’inscrire dans une séquence chronologique.

5L’ensemble de l’occupation des pentes s’étend sur au moins 2 ha. Les données Lidar, en cours de traitement, font ressortir des anomalies qu’il sera nécessaire de vérifier par le retour sur le terrain. La prochaine campagne sera consacrée à une prospection fine sous le couvert boisé et à des relevés topographiques préalables à l’élaboration d’une stratégie pour appréhender cette vaste occupation.

6Ce site est particulièrement intéressant du point de vue de la genèse des sites castraux, pour la première fois en Provence plusieurs indices témoignent d’une occupation plus ancienne qu’on ne le pensait. Il constitue également un jalon fondamental pour la compréhension de l’émergence de l’habitat auprès de la fortification, sans que l’on sache encore s’il s’agissait de simples dépendances domestiques ou d’un véritable village.

Allemagne-en-Provence, le castrum de Notre-Dame.

Allemagne-en-Provence, le castrum de Notre-Dame.

Cl. D. Mouton

Haut de page

Table des illustrations

Titre Allemagne-en-Provence, le castrum de Notre-Dame.
Crédits Cl. D. Mouton
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7007/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 617k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Mouton et Mariacristina Varano, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 224-225.

Référence électronique

Daniel Mouton, Mariacristina Varano, « Allemagne-en-Provence (Alpes-de-Haute-Provence). Notre-Dame » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7007

Haut de page

Auteurs

Daniel Mouton

université d’Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Mariacristina Varano

GRHis Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Daniel Mouton

université d’Aix-en-Provence

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Mariacristina Varano

GRHis Université de Rouen

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals