Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainArgenton-sur-Creuse (Indre). La F...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Argenton-sur-Creuse (Indre). La Forteresse

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 225-226

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Texte intégral

1La forteresse d’Argenton-sur-Creuse est implantée sur l’extrémité d’un éperon rocheux orienté N-S, délimité par le coteau de la vallée de la Creuse à l’est et un vallon encaissé à l’ouest. L’enceinte du château couvre un espace de 300 m N-S sur 90 m E-O qui surplombe la ville haute d’Argenton, étendue au pied du coteau au nord et au NE. Le coteau à l’est est très escarpé et forme une falaise par endroits. Les origines du château remontent au viiie s. d’après les textes et il appartient aux seigneurs de Brosse au xe s. puis aux seigneurs de Chauvigny en 1020. À la fin du xiie s., l’ensemble est divisé par Philippe Auguste entre les seigneurs de Déols et leurs vassaux les vicomtes de Brosse. Aujourd’hui, l’enceinte avec ses tours n’est que ruines après la mise hors service de la forteresse par Louis XIII en 1632 appliquant une décision d’Henri IV. Les travaux de sape ont brisé la tour maîtresse, la courtine et la porte d’entrée méridionale en plusieurs morceaux.

2Les travaux de consolidation des murailles et l’ouverture d’un parcours piéton ont nécessité un diagnostic archéologique. L’intervention de 2016 a pu sonder la stratigraphie du terrain à l’ouest du site, montrant la présence d’une occupation antique associée à la voie qui longeait le côté ouest de l’éperon. La démolition de constructions récentes, appuyées contre le coteau, a permis de dégager une partie de la rampe d’accès du côté ouest et de découvrir des tronçons de la courtine tombés sur le chemin lors de sa démolition au xviie s. Il a donc été possible d’identifier le tracé d’origine de la muraille médiévale et de caractériser les maçonneries plus tardives appartenant aux murs de soutènement et de clôture du xixe s. Un tronçon de la courtine ouest qui subsiste dans la partie nord de la rampe d’accès sera l’objet d’une intervention, ainsi qu’un four à chaux du xixe s. destiné à être intégré dans un parcours patrimonial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Argenton-sur-Creuse (Indre). La Forteresse »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 225-226.

Référence électronique

Simon Bryant, « Argenton-sur-Creuse (Indre). La Forteresse » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7009

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search