Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainBergheim (Haut-Rhin). Porte Haute

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Bergheim (Haut-Rhin). Porte Haute

Responsable d’opération : Maxime Werlé
p. 227

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Archimède

Texte intégral

1L’opération d’archéologie préventive a été motivée par le projet de restauration de la Porte Haute (Obertor) à Bergheim. Cette ancienne tour-porte, située à l’entrée ouest de la ville médiévale, est un élément emblématique du patrimoine de l’agglomération, classé au titre des monuments historiques depuis 1948. L’intervention devait, d’une part, permettre de vérifier la datation admise pour la construction de l’ouvrage, habituellement daté du début du xive s., sur la foi des sources textuelles qui signalent le chantier de l’enceinte primitive en 1311-1312. Elle devait, d’autre part, préciser la nature et la chronologie des phases de transformation des élévations. Elle devait, enfin, nous renseigner sur l’évolution des fonctions de la tour-porte depuis le Moyen Âge. Pour répondre à ces objectifs, l’étude archéologique du bâtiment, qui devait initialement être limitée aux élévations extérieures échafaudées et décrépies, a été complétée par des observations sur les élévations intérieures, les planchers et la charpente. Les questions de datation devaient par ailleurs être abordées par le biais de la dendrochronologie. L’étude archéologique des élévations a permis de reconnaître six phases de construction et de réaménagement, qui s’étendent de la fin du xive s. jusqu’à nos jours.

2La première phase correspond à la construction de la tour-porte, ouverte à la gorge. Les résultats de l’expertise dendrochronologique, inattendus, permettent de rejeter la datation traditionnelle du début du xive s. : ils suggèrent deux campagnes de construction successives, l’une vers 1397, l’autre vers 1408. L’étude apporte notamment des informations relatives au mode de fonctionnement de l’ouvrage, concernant en particulier la herse coulissante entre deux contreforts et les traces d’une fermeture légère de la gorge.

3La deuxième phase est marquée par la fermeture maçonnée de la gorge au premier étage, qui semble être de peu postérieure à la construction de la tour-porte (début ou première moitié du xve s. ?). Elle pourrait être liée à l’aménagement d’un espace habitable, utilisé comme logement par les veilleurs ou les portiers. Par ailleurs, une arcade en arc brisé, conservée dans le mur d’une maison mitoyenne et prenant directement appui sur l’angle de la Porte Haute, correspond peut-être à l’arc-triomphal appartenant à une ancienne chapelle, mentionnée en 1465, dépendant de l’hôpital de Bergheim ; celui-ci jouxtait l’Obertor depuis le bas Moyen Âge.

4La phase suivante, datée par dendrochronologie de 1575, voit la fermeture complète de la gorge, par un mur maçonné au deuxième étage et par un pan de bois aux troisième et quatrième étages. Cela résulte peut-être de la volonté d’isoler mieux des étages dévolus au guet et accueillants une première horloge. Ainsi, la fermeture de la gorge pourrait être liée au renforcement de la fonction de beffroi communal, à une époque où l’Obertor n’était plus exposée en première ligne : l’enceinte extérieure, précédée d’un fossé, avait été construite à la fin du xve ou au début du xvie s., et pourvue d’une avant-porte.

5L’ancienne tour-porte, vétuste, fait l’objet en 1759 ou peu après d’une importante campagne de consolidation. Le rez-de-chaussée est alors considérablement renforcé. Par ailleurs, un système de tirants munis d’ancres a été mis en place afin de neutraliser les poussées divergentes qui s’exerçaient sur les façades. La Porte Haute perd, à cette occasion, tout rôle défensif : la porte primitive en arc brisé est remplacée par une simple arcade, dépourvue de système de fermeture. Les fonctions défensives, policières et douanières sont alors exercées par l’avant-porte et par une barbacane. La fonction de beffroi communal, en revanche, devient primordiale : un nouveau campanile est installé au sommet du toit et doté d’une cloche et deux cadrans actionnés par une horloge (disparue).

6La Porte Haute a fait l’objet d’une nouvelle campagne de restauration dans les années 1877-1878. Elle est marquée par l’installation de nouveaux organes de circulation (escalier), par des percements dans les élévations des étages, par une rénovation des façades et de la couverture, et surtout par l’aménagement d’une nouvelle horloge mécanique (au troisième étage) et de ses cadrans (au quatrième étage). Une nouvelle fonction, annexe, lui est en outre attribuée à la fin du xixe ou dans la première moitié du xxe s. : celle de tour de séchage des tuyaux d’incendie, dévolue au corps des sapeurs-pompiers de Bergheim.

7Enfin, un nouveau ravalement des façades est entrepris au milieu du xxe s., mettant notamment en valeur les pans de bois de 1575, qui avaient été enduits en 1877-1878. L’ancienne tour-porte, qui a peu à peu perdu toutes ses anciennes fonctions, est désormais reconnue pour sa valeur patrimoniale et touristique.

Bergheim, façade ouest (côté campagne) et est (côté ville), élévation indiquant le phasage.

Bergheim, façade ouest (côté campagne) et est (côté ville), élévation indiquant le phasage.

DAO F. Basoge, M. Chosson, M. Werlé

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bergheim, façade ouest (côté campagne) et est (côté ville), élévation indiquant le phasage.
Crédits DAO F. Basoge, M. Chosson, M. Werlé
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7016/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Werlé, « Bergheim (Haut-Rhin). Porte Haute »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 227.

Référence électronique

Maxime Werlé, « Bergheim (Haut-Rhin). Porte Haute » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7016 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7016

Haut de page

Auteur

Maxime Werlé

Archimède

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime Werlé

Archimède

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search