Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Berzy-le-Sec (Aisne). Le Château

Responsable d’opération : Laure Leroux
p. 228

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Texte intégral

1Situé à quelques kilomètres au sud de Soissons, le château de Berzy-le-Sec, lourdement endommagé lors de bombardements en 1918, fait l’objet de travaux de sécurisation et de restauration depuis 1998 par l’Association pour la sauvegarde du patrimoine de l’Aisne méridionale, sous la présidence de Bruno Lestrat. Dès 1990, Christian Corvisier publiait une synthèse de référence de l’évolution de ce modeste site castral, des premières mentions d’un lignage de chevaliers à Berzy au xiie s. jusqu’à sa transformation en exploitation agricole à la période moderne. Si les élévations subsistantes évoquent pour l’essentiel les derniers siècles du Moyen Âge et le début de la période moderne, les indices d’un bâti plus ancien, signalés par Christian Corvisier, appelaient une approche archéologique concernant prioritairement l’épicentre de l’ensemble castral, une tour autour de laquelle semblent s’organiser les logis et courtines. Les investigations archéologiques ont débuté en octobre 2015, avec la réalisation d’un premier sondage par Sophie Roulley au premier niveau de la tour, et se sont poursuivies en juin et juillet 2016 par un second sondage au pied de la tour, associé au relevé systématique des élévations subsistantes de l’édifice. Aussi modestes soient-ils par leur emprise, ces sondages ont livré des données inattendues concernant la genèse et l’évolution du site castral.

2Ainsi, la découverte de tessons datant de la fin de l’époque mérovingienne jusqu’au début du xie s., inclus dans divers remblais, révèle une occupation de ce rebord de plateau dès le haut Moyen Âge. Si un moulin, situé dans la vallée, est attesté dès le début du viiie s. lors de sa cession à l’abbaye Saint-Médard, la fouille révèle que l’emplacement de l’actuel site castral a également fait l’objet, dès cette période, d’une occupation. La vocation défensive de cette implantation ne peut être formellement attestée à partir de ce mobilier, mais sa position dominante à la confluence de deux vallées et l’éloignement des ressources hydrographiques, privilégiées dans la création d’un habitat, argumentent en faveur de cette hypothèse.

3La datation d’une élévation en appareil de pierre taillée appartenant au noyau initial de la tour centrale, à partir de particules charbonneuses piégées dans ses fondations, a confirmé l’ancienneté de cette maçonnerie, dont la réalisation se situerait entre 1018 et 1055. Ce terminus post quem est essentiel, dans la mesure où les premières mentions du plus ancien chevalier de Berzy connu, Eble de Berzy, interviennent en 1152. Simple témoin d’actes du comte de Soissons, son rattachement à Berzy et son identification comme « miles », ne semblent effectives dans les sources écrites qu’à partir des années 1170. Au regard du décalage chronologique et des moyens mis en œuvre, il paraît désormais difficile de lui attribuer la paternité de cette première construction à Berzy-le-Sec. En revanche, la proximité du lignage avec les comtes de Soissons, dès la seconde moitié du xiie s. et tout au long du xiiie s., laisse envisager une réalisation du comte de Soissons au tournant des xie-xiie s., dont Eble pourrait avoir été l’un des premiers châtelains.

4Ce vestige de la tour centrale est conservé sur plus de 6 m de hauteur, et, quoique lourdement remanié, il semble pouvoir être associé à un retour et un mur en vis-à-vis, dont les dernières assises ont conservé une baie attribuable au xiie s. L’ensemble dessine un plan quadrangulaire, dont l’extrémité n’est pas encore connue : l’analyse du bâti permet désormais d’affirmer que la tour de plan carré qui nous est parvenue est issue d’une reconstruction de la partie occidentale de l’édifice, antérieure ou contemporaine de la fin du xive s.

5Le sondage réalisé en 2016 a également révélé la base d’une tour semi-circulaire, aux maçonneries liées à l’argile, accolée contre la tour. Son positionnement et ses dimensions évoquent une tour d’escalier en vis hors œuvre, hypothèse confirmée par l’existence d’un couloir aménagé dans l’épaisseur du mur auquel elle s’adosse, au premier niveau de la tour. L’architecture de cette tour d’escalier évoque une réalisation de la fin du Moyen Âge ou du début de l’Époque moderne. Signalons également qu’elle intègre, dans ses soubassements, une citerne, qui était encore en activité au début du xxe s.

6Ces premiers sondages confirment le potentiel du site, d’un abord pourtant modeste, et encouragent la poursuite des investigations archéologiques.

Berzy-le-Sec, localisation des sondages niveau 0 et 1, état 2016.

Berzy-le-Sec, localisation des sondages niveau 0 et 1, état 2016.

DAO E. Morinière, S. Roully, L. Leroux

Haut de page

Table des illustrations

Titre Berzy-le-Sec, localisation des sondages niveau 0 et 1, état 2016.
Crédits DAO E. Morinière, S. Roully, L. Leroux
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Leroux, « Berzy-le-Sec (Aisne). Le Château », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 228.

Référence électronique

Laure Leroux, « Berzy-le-Sec (Aisne). Le Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7019

Haut de page

Auteur

Laure Leroux

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laure Leroux

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals