Skip to navigation – Site map
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Boves (Somme). Complexe castral et prioral du Quartier Notre-Dame

Archaeological project director: Philippe Racinet
Note written with Richard Jonvel
p. 228-230

Index terms

Year of Investigation :

2016
Top of page

Editor's notes

Organisme responsable de la fouille : université de Picardie

Full text

1La campagne 2016 a concerné 556 m2 contre 360 m2 en 2015. C’est encore peu, compte tenu des dimensions de l’enceinte, mais le programme archéologique de la basse cour de Boves est porteur de résultats novateurs sur l’occupation des enclos des sites fortifiés ruraux médiévaux en Picardie. La diversité des aménagements, des activités économiques et des objets manufacturés, cela sur une large chronologie (ixe-xvie s.), conforte l’idée que la problématique de la genèse et de l’évolution de la basse cour médiévale a trouvé à Boves un site de recherche exemplaire.

2L’occupation primitive (avant le milieu du xe s.) se déroule dans un espace où la motte n’est pas séparée de la basse cour. L’activité agricole semble dominer. Les aires d’ensilage contemporaines et/ou successives ont des capacités importantes de stockage, indiquant l’existence d’un vaste domaine sous la direction du maître des lieux, représentant l’autorité supérieure a priori amiénoise. Quelques structures, comme une cave, indiquent aussi la présence d’édifices associés aux silos. Ces activités sont contraintes par la présence d’importantes excavations qui sont toutes orientées O-E, en pente vers la vallée de l’Avre, s’enfonçant profondément à travers le promontoire. Un négatif, parallèle et à une vingtaine de mètres au nord du grand fossé sud, a toutes les caractéristiques d’un fossé… Ce premier ensemble marque une intense activité humaine qui s’étend dans un cadre topographique assez accidenté, avec des différences altimétriques significatives compartimentant les lieux de vie.

3Au milieu du xe s., l’établissement d’un fossé défensif autour de la motte ne conduit pas seulement à une modification de l’organisation spatiale, mais aussi à un changement de l’utilisation de l’espace. L’exploitation d’une majorité de silos prend fin sans qu’on soit en mesure de dire si cette activité est complètement abandonnée. Deux grands bâtiments sur poteaux plantés et sablières s’étendent sur les deux niveaux de terrasse cernés. Le bâtiment 1, d’une superficie minimale de 75 m2, les appendices ou les ajouts étant difficile à cerner dans le nuage de poteaux, a pu connaître un premier état lors de la précédente phase. Il est en tout cas avéré qu’il conditionne la disposition des nouvelles structures apparaissant au cours de la seconde moitié du xe et tout au long du xie s. Durant cette période, qui se caractérise par les pertes monétaires les plus importantes (6 monnaies), sont établis de nombreux fonds de cabane comportant de petites structures de stockage intégrées, mais l’activité de tissage domine, d’après les fosses d’ancrage caractéristiques. La cinquantaine de poinçons et/ou de broches confirment la présence de cette activité, même si les découvertes sont issues de remblais de remplissage lors de l’abandon des structures. Ces outils sont mélangés à d’autres objets qu’on associerait plus volontiers à des biens de personnes plus aisées, comme des peignes ou des placages ornementaux. Le peigne exceptionnel, la céramique de la cave basse et, peut-être aussi, les scories de bronze pourraient signifier la présence d’une couche sociale assez élevée dans la basse cour. Les fonds de cabane, pour leur immense majorité, sont couverts par une toiture à poteaux faîtiers. Un seul atelier semi-excavé, le plus important, semble posséder des poteaux corniers. Ils sont assez caractéristiques de la région avec des similitudes observées à Démuin ou à Saleux (Somme). À travers la multitude de poteaux, quelques bâtiments rejoignent la typologie des cas mis en évidence par les opérations d’archéologie préventive de la région. En revanche, le caractère exceptionnel du bâtiment 2 doit d’être souligné. Reconnu sur 70 m2 pour le moment, il s’agit d’un édifice se rapprochant fort des plans reconnus en phase 3 (courant xie s.) sur la motte. L’édifice est porté par des poteaux de dimensions moyennes et fermé par des parois en matériaux légers reposant sur des sablières de 0,30 à 0,50 m de large. Le fonctionnement du bâtiment 2 tourne autour d’un grand foyer, visiblement placé contre le mur occidental. Son sol se signale par une terre noire, assez épaisse par endroits, comprenant de nombreuses esquilles d’os, des céramiques piétinées ainsi que des graines calcinées. L’intérieur comprend de petits aménagements mobiles en bois. Le mobilier indique une occupation s’étendant sur les xie et xiie s., dans l’attente des datations par radiocarbone.

4Vers la fin du xiie s., la basse cour connaît une métamorphose qui met un terme à toutes ces implantations agricoles, artisanales et probablement résidentielles. L’espace se couvre, à un rythme inconnu pour le moment, d’une terre grisâtre à marron foncé contenant une quantité importante de restes fauniques. Ce remblai mal structuré vient sceller la totalité des structures sous-jacentes. Il s’agit, dès lors, d’un abandon radical décidé à la suite d’une nouvelle politique d’aménagement du secteur. Un espace vide se développe-t-il au pied du château dès le milieu du Moyen Âge ? Est-ce l’indice de la mise en place d’une friche « féodale » qui serait liée à ce que certains historiens (Jean Richard ou Dominique Barthélemy) nomment le « redéploiement des mesnies » ? L’étude archéozoologique fournira peut-être des indices sur l’histoire de ce remblai et deux datations par radiocarbone sont attendues. Ce phénomène d’abandon volontaire a été observé dans l’enclos du site castral de Démuin (Somme) ; il est daté de l’extrême fin du xiie s. et marque le début de la naissance d’une basse cour intégrée à la fortification villageoise et associée à l’érection du château de la famille de Démuin.

5La période s’étendant du xiiie au xive s. reste mal renseignée. L’arasement des niveaux superficiels lors de l’érection du dernier complexe castral, dont les ruines dominent toujours le paysage amiénois, concerne toute l’étendue de l’aire de fouille actuellement ouverte. Un seul secteur, au centre, comporte des indices sur la nature de l’occupation de cette période. Il s’agit d’au moins deux terres noires associées à des poteaux qui s’enfoncent à plus de 1,50 m de profondeur. La tradition de grands bâtiments dans ce secteur se serait donc maintenue à travers le temps. Ils sont, dès cette époque, desservis par une voirie passant au sud, établie au cours du xiiie s. et qui se maintient jusqu’à l’abandon définitif du château. Cet axe de circulation forme l’épine dorsale de l’orientation générale des constructions ultérieures.

6À la fin du xive s., la basse cour connaît une redéfinition fonctionnelle avec la rétractation de l’aire castrale fortifiée autour du château. Celui-ci est désormais desservi par une porte d’entrée monumentale établie sur la plateforme du talus méridional. La voirie est adaptée à cette nouvelle entrée ; elle façonne même le profil supérieur de la contrescarpe qui tend à remonter en direction du glacis du mur de terrasse nord du châtelet d’entrée. La volonté de paraître des derniers possesseurs de cette imposante forteresse se révèle dans cette disposition sans aucune considération à l’égard des avancées technologiques des armes à feu. La fouille de la basse cour montre toutefois des aménagements dont le caractère défensif est clair. À l’endroit où la voirie vient longer la section nord du fossé, au sud de celle-ci, deux constructions massives et jointives font saillies dans le fossé, les parois uniquement appareillées vers le fossé. Elles se composent d’un bloc maçonné plein de 4,20 m de long construit en grès et d’un mur de 9 m de long sur 0,90 m de large, tous deux fondés en gradins sur la contrescarpe. Les marques de calibrage et les réemplois indiquent qu’il s’agit d’une construction de la fin du Moyen Âge. Elles sont disposées à un endroit bien spécifique, à proximité de la voirie, dans une zone où celle-ci longe le fossé. Mais quelle en est exactement la fonction ? Est-ce la fondation d’une tour, accompagnée d’une contrescarpe volontairement murée verticalement pour compliquer, sur une longue distance, l’accès à la cour précédant le châtelet ?

7L’importance du mobilier archéologique, avec 4 134 tessons de céramique, 257 pièces métalliques, 43 objets en tabletterie et 6 monnaies, confirme l’apport de la fouille de la basse cour pour la culture matérielle du site castral. Des tendances s’en dégagent. La période ixe-xiie s. est surreprésentée alors que les xve-xvie s., qui ont perdu leurs sols de circulation et ne disposent pas de zones de rejets dans ce secteur, demeurent, comme sur la plateforme, très peu représentés.

Boves, complexe castral et prioral du quartier Notre-Dame, plan des vestiges de la fin du Moyen Âge et de l’Époque moderne.

Boves, complexe castral et prioral du quartier Notre-Dame, plan des vestiges de la fin du Moyen Âge et de l’Époque moderne.
Top of page

List of illustrations

Title Boves, complexe castral et prioral du quartier Notre-Dame, plan des vestiges de la fin du Moyen Âge et de l’Époque moderne.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7020/img-1.jpg
File image/jpeg, 662k
Top of page

References

Bibliographical reference

Richard Jonvel, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du Quartier Notre-Dame », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 228-230.

Electronic reference

Philippe Racinet, Richard Jonvel, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du Quartier Notre-Dame » [Note of archaeological project], Archéologie médiévale [Online], 47 | 2017, Online since 15 February 2018, connection on 22 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7020

Top of page

About the author

Richard Jonvel

By this author

Top of page

Archaeological project director

Philippe Racinet

université de Picardie

Project(s) supervised by this archaeologist

Top of page

Copyright

Archéologie Médiévale

Top of page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals