Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Camaret-sur-Aigues (Vaucluse). Tour sarrasine

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 231

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : conseil départemental de Vaucluse

Texte intégral

1Une opération de sondage a été prescrite sur la tour dite « sarrasine » de Camaret-sur-Aigues en raison de la protection du bâtiment au titre des monuments historiques.

2D’une manière générale, l’appareil extérieur est extrêmement bien soigné et montre une construction de grande qualité. La tour est bâtie en calcaire molassique ; les pierres ont des modules de taille petite et moyenne et les assises sont très régulières avec des joints très fins. Extérieurement, l’édifice présente de nombreux trous de boulin parfaitement alignés qui témoignent de l’utilisation d’un échafaudage. La majeure partie de l’édifice semble remonter à la fin du xiie s. et au début du xiiie s. Dans un premier temps, la tour ne comprenait qu’un rez-de-chaussée et un premier étage. Le rez-de-chaussée était accessible depuis le nord et devait être un espace réservé au stockage.

3Le premier étage constituait l’espace de vie, ou salle d’honneur. Trois portes d’un module identique sont présentes à cet étage. Il s’agit des ouvertures d’origine. Cette salle était couverte par une charpente de bois constituant une toiture à deux pentes dont le négatif est visible sur les murs pignons. Au niveau de la charpente, les murs latéraux ont été terminés en employant un appareil de petits moellons. Bien que d’un appareil différent, cette maçonnerie date du premier état. Cette limite se situe juste au-dessus de la toiture primitive et indique l’emplacement probable d’un premier chemin de ronde. La corniche conservée dans le mur nord, prend naissance au niveau de cette limite et il se peut qu’elle corresponde à l’emplacement du chemin de ronde primitif. Un coup de sabre, présent dans la partie ouest du mur nord, correspond sans doute au crénelage initial. Une maçonnerie en grand appareil termine les murs latéraux et semble faire partie du premier état.

4Dans un deuxième temps, la toiture fait l’objet d’une première surélévation. En effet, le mur pignon oriental présente le négatif d’une deuxième toiture à deux pentes. Le mur sud a subi de grandes transformations. Il fait l’objet d’une reconstruction visible au premier étage par un changement d’appareil et surtout par un changement de liant : la partie basse a des joints creux et au-dessus, les joints sont de couleur claire. Extérieurement, il y a un changement d’appareil au-dessus des gargouilles évacuant les eaux usées du premier étage. La limite décrit une courbe dont la partie haute se situe à l’est. L’appareil primitif est en calcaire molassique de couleur beige foncé. Les joints sont creux. La reconstruction, malgré la conservation des assises de la maçonnerie primitive, est caractérisée par un appareil polychrome plus hétérogène. Les trous de boulin dans cette maçonnerie sont absents, contrairement aux maçonneries primitives des autres faces.

5Deux soupiraux sont aménagés, destinés à désenfumer la pièce, car une cheminée est construite contre le mur nord. Cette cheminée est adossée au parement et nécessita le creusement de deux saignées de scellement dans le parement originel pour y ancrer les deux piédroits.

6Aux xive et xve s., vraisemblablement, la tour connaît une campagne de surélévation destinée à créer une salle supérieure ou deuxième étage. La toiture à deux pentes est supprimée. Le plancher de ce deuxième étage était supporté au nord par un retrait de maçonnerie qui, initialement, servait pour la charpente primitive. Au sud, ce plancher était supporté par des cavités d’encastrement. Une grande fenêtre à doubles coussièges est créée dans le mur sud. Cette fenêtre, de par ses caractéristiques, diffère largement des ouvertures romanes présentes dans l’édifice. La toiture était supportée par des poutres dont, seuls, les ancrages dans le mur sud sont visibles. L’eau de pluie de la toiture était évacuée par des gargouilles situées au sommet, au niveau du chemin de ronde. Le crénelage, appartenant à cet état de construction ne demeure que sur le mur sud.

7Il semble que le crénelage des murs nord, est et ouest remonte aux xvie et xviie s. L’abattoir municipal est aménagé dans la tour en 1916. Il communiquait à l’ouest avec la boucherie communale.

8Le rez-de-chaussée présente le négatif d’une voûte ainsi que d’une toiture à simple rampant datant de cet aménagement.

9Par la suite, et en fonction des projets de l’aménageur, une fouille archéologique préventive ainsi qu’un suivi de travaux pourraient s’avérer indispensables pour la sauvegarde de ces vestiges.

Camaret-sur-Aigues, Tour sarrazine, vue générale depuis le SE.

Camaret-sur-Aigues, Tour sarrazine, vue générale depuis le SE.

Cl. G. Baro

Haut de page

Table des illustrations

Titre Camaret-sur-Aigues, Tour sarrazine, vue générale depuis le SE.
Crédits Cl. G. Baro
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7024/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Camaret-sur-Aigues (Vaucluse). Tour sarrasine »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 231.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Camaret-sur-Aigues (Vaucluse). Tour sarrasine » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7024

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

conseil départemental de Vaucluse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

conseil départemental de Vaucluse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals