Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainEaucourt-sur-Somme (Somme). Les «...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Eaucourt-sur-Somme (Somme). Les « aires du château »

Responsable d’opération : Sandrine Mouny
p. 234-236

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Trame

Texte intégral

2015

1Localisé à 7 km en amont d’Abbeville et à 32 km au NO d’Amiens, le site fortifié est situé à l’extrémité méridionale du village d’Eaucourt-sur-Somme. Ce château est bâti en fond de vallée alluviale, dans un lieu facilement inondable sur la rive droite de la Somme.

2L’édifice est un bel exemple de maison forte, implantée dans le comté de Ponthieu et construite vers la fin du xiie s. sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223) par les seigneurs de la Ferté-lès-Saint-Riquier. Cette résidence apparaît comme un élément de contrôle de la vallée, sans pour autant avoir une place stratégique à protéger. Son édification est à mettre en relation avec l’importance des flux commerciaux du fleuve, et son évolution est étroitement liée au développement d’Abbeville, ville portuaire d’accession médiévale.

3Chef-lieu d’un domaine rural assez modeste, cette domus castris a été détenue par une aristocratie chevaleresque, notamment les seigneurs de la Ferté-lès-Saint-Riquier, jusqu’au xviiie s.

4Depuis 1983, les membres de l’association de restauration du château d’Eaucourt valorisent ce site fortifié par des animations ludiques, et aussi par la réalisation de quelques travaux d’entretien et de préservation des vestiges encore en élévation. Dynamique et volontaire, cette association désirant renforcer l’attractivité du site en créant un espace pédagogique de qualité et cohérent scientifiquement a sollicité les compétences de spécialistes de l’unité de recherche Trame de l’université de Picardie Jules Verne (équipe d’accueil 4284).

5En 2014, sous le patronage du SRA Hauts-de-France, l’université de Picardie Jules Verne d’Amiens a lancé un programme de recherche autour du château sous la direction de S. Mouny (IGE). Il s’agissait alors d’acquérir de nouvelles connaissances en exploitant conjointement toutes les sources disponibles en particulier l’approche archéologique, ainsi qu’historique ou encore architecturale. Les investigations de 2015 ont été menées pour évaluer le potentiel du site. En février, un important travail de relevé topographique a été entrepris sur les « aires du château ». L’élaboration d’un plan, associant les courbes de niveau du site et la localisation des structures encore en élévation, a apporté des informations sur les éléments constitutifs de l’espace castral. On discerne nettement une terrasse de plan rectangulaire, de 50 m du nord au sud et de 65 m d’est en ouest, correspondant à une surface d’environ de 3 250 m2. Cette plateforme est moyennement surélevée. Son emprise est marquée par un talus, surmonté par une enceinte en pierre, en partie conservée au SE, et surtout par des fossés qui encerclent la haute cour. L’évasement de ces douves atteint les 30 m de large dans certains endroits, notamment au NO où la contrescarpe est parfaitement visible. Ces fossés sont alimentés en eau par un petit ruisseau relié à la Somme. La plateforme dispose d’une esplanade en « L » au niveau des ailes SO et SE. Cette élévation laisse présager l’emplacement d’un grand bâtiment adossé aux courtines. Selon des sources iconographiques du xviiie s., l’enceinte était pourvue d’une tour à chaque angle. Enfin, au centre de la haute cour, on perçoit une légère excavation de 10 m de diamètre, qui indiquerait la localisation de la cour intérieure. Par ailleurs, le repérage des structures construites encore en élévation, a permis de mettre en évidence la position en avant-garde du châtelet d’entrée. Ce dernier est composé de deux tours circulaires en façade, d’une tour de guet dotée d’un escalier en vis, et d’un vestibule de refuge, carré, voûté d’une croisée d’ogive. Ces vestiges architecturaux constituent de rares témoignages de l’adaptation d’un site en plein conflit médiéval, la guerre de Cent Ans, et de l’évolution rapide face aux progrès de l’armement.

6En août, la première campagne de fouilles s’est déroulée sous la forme d’un sondage. La superficie de prescription étant limitée à 50 m2, deux secteurs de reconnaissance (S1 et S2) ont été définis au niveau de la proéminence observée sur le flanc SE de la plateforme. L’intervention archéologique en S1 a été marquée par la découverte, à 24 cm de profondeur, d’une élégante tour interne de flanquement, mise au jour dans sa moitié. Son accès se situe au nord et donne sur la cour. Sa face externe pourvue de trois pans, présente un bel appareillage composé de quatre assises d’une composition mixte en damier, alternant des moellons de grès et des blocs de silex soigneusement taillés. Sous-jacente à cet assemblage, une assise de parements calcaires, moulurés et taillés à la ripe, constitue un cordon intermédiaire avec une construction supérieure réalisée en brique. De profil circulaire, la face interne est composée uniquement de briques. Le volume intérieur tient dans un diamètre de 3,24 m et les murs ont une épaisseur moyenne de 75 cm. La richesse esthétique de cette structure réside dans l’utilisation et l’association de ces différents matériaux. Cette combinaison de techniques mises en œuvre ressemble au style des constructions du Pays de Caux et ce genre d’architecture est typique des xvie-xviie s. La fouille a aussi mis en évidence deux états de fonctionnement de cette tour. En effet, la partie supérieure polygonale présente un périmètre légèrement inférieur à la circonférence de sa base circulaire. Cette partie plus ancienne, marquée par une maçonnerie massive de pierres parementées, composée d’un appareillage régulier placé en degré adouci, a été fortement arasée pour servir de semelle de fondation à la construction plus récente., La fonction de cette tour d’apparence somptueuse et dépourvue d’organe défensif est typiquement résidentielle. Elle abritait un escalier en vis desservant au moins un étage dans un grand bâtiment, dont deux pièces ont également été mises au jour pendant cette campagne, au niveau du second secteur (S2). La fouille en S2 a mis en évidence plusieurs phases d’occupation, matérialisées par des niveaux de sol, des épandages cendreux et charbonneux, et des légères constructions. Un des remblais de ces aménagements a livré une monnaie de Louis XIV, un liard de France de 1657. Ces installations témoignent d’une utilisation à vocation domestique. La découverte majeure de ce secteur reste l’apparition de deux pièces d’un grand bâtiment résidentiel, délimité par des maçonneries parfaitement appareillées de gros parements calcaires de 1,05 m d’épaisseur. Les zones de rejet associées à cette construction sont riches en mobilier (restes alimentaires et vaisselle culinaire). Selon l’analyse de la céramique, l’ensemble de ces contextes correspond à une fourchette chronologique allant de l’extrême fin du xve jusqu’au milieu du xvie s.

7La fouille a montré l’ampleur des dépôts ainsi que l’intérêt des vestiges enfouis. Leur état de conservation annonce une suite prometteuse.

2016

8En 2016, deux investigations archéologiques ont été menées afin de confirmer quelques hypothèses et compléter les découvertes.

9En mai, un sondage a été effectué sur le flanc sud du châtelet d’entrée afin de connaître la physionomie de cette porte fortifiée (dans sa partie manquante), d’évaluer l’ampleur stratigraphique à cet endroit et de déterminer l’état de conservation de ses vestiges en sous-sol. Cette exploration était également destinée à préparer une campagne de relevés du bâti. L’opération a été marquée par la découverte du soubassement appareillé de la tour de guet qui abritait un escalier en vis ; son parement interne est circulaire, en revanche, sa base externe forme un angle droit. Le plan contredit une représentation extraite de l’ouvrage La Picardie historique et monumentale qui représente l’angle sud du donjon par une forme arrondie en saillie. Par ailleurs, un niveau de circulation recouvert par une couche de destruction partielle de la tour, et contenant un demi-franc de 1577 (monnaie royale d’Henri III), permet de situer chronologiquement le dernier état de fonctionnement de cette structure.

10La fouille menée au niveau de la grosse tour de façade a mis en évidence sa circonférence et quelques aménagements intégrés à sa maçonnerie, comme un conduit de latrines et une salle basse.

11En août, la campagne de fouille s’est concentrée sur l’aile SE de la plateforme. Cette opération consistait en l’élargissement du sondage 1 de 2015. Après le dégagement des multiples couches d’abandon et de remblais de destruction, cette campagne a été marquée par la mise au jour de la tour d’escalier dans son intégralité. Cette tour est flanquée dans l’angle de deux corps de bâtiments. Son contour visible est constitué de cinq segments rectilignes qui l’apparentent à un polygone. Le parement externe se singularise sur trois assises par un réseau de carrés réguliers composés de plusieurs blocs de silex soigneusement taillés et de moellons de grès disposés en damier. Ce bel appareillage se place du côté de la cour centrale. La combinaison des techniques mises en œuvre place sa datation entre la seconde moitié du xvie et le début du xviie s. Cette tour est agrémentée d’un puits. Intégrés à sa maçonnerie, ses parois internes présentent la particularité d’être édifiées également en damier. Sur sa hauteur, une ouverture a été aménagée donnant sur une pièce disposant d’un sol pavé de dalles irrégulières, partiellement conservé. Cette campagne a aussi fait apparaître, sous de profonds niveaux d’abandon, les vestiges d’un important ensemble résidentiel adossé à l’enceinte SE de la plateforme. Cette construction présente plusieurs états d’occupation, qui se matérialisent par de nombreux niveaux charbonneux associés à des lambeaux de sol. Un appareillage d’un pan de mur écroulé, composé de briques et de calcaires taillées en assises alternées, laisse présager l’effondrement d’un mur pignon. Les façades parementées ainsi, s’apparentent aux demeures de type gentilhommière bien connues dès le premier quart du xviie s. Sous jacent à cette installation, un long bâtiment se dessine. Cette campagne de fouille a mis en évidence une grande salle d’apparat, pourvue d’un sol en craie et équipée d’une cheminée monumentale perceptible par son encadrement de pavés de grès et de blocs calcaires.

12S’ajoute la découverte d’une structure bâtie, fortement arasée, et parallèle au mur de façade occidentale du bâtiment. L’espace entre les deux (1,20 m de large) délimite une sorte de couloir extérieur avec des restes ténus de sol, qui se termine par un petit escalier en pierre de deux marches. Il est envisagé que cette demeure soit agrémentée d’une galerie couverte par un auvent. Cette dernière s’ouvre sur la cour par de grandes arcades supportées par des piliers calcaires créant un passage ajouré. Les portiques plaqués sur les devantures des châteaux apparaissent dès le xve s. Enfin, même si les maçonneries de cet ensemble résidentiel sont dans un état de conservation médiocre, toutes fortement arasées, les parties basses externes subsistantes révèlent un agencement alterné de moellons de grès et de blocs de silex taillés. L’emploi de mêmes matériaux que la tour confirme la contemporanéité de toutes ces structures. Ce mode de construction mixte utilisé dans le soubassement (30 à 80 cm de haut) et le goût marqué par la polychromie qu’elle confère, sont des éléments distinctifs de la demeure noble.

Eaucourt-sur-Somme, vue de la tour du château mise au jour dans le secteur 1.

Eaucourt-sur-Somme, vue de la tour du château mise au jour dans le secteur 1.

Cl. P.-E. Lenfant

Eaucourt-sur-Somme, plan des structures construites mises au jour lors de la campagne d’août 2016.

Eaucourt-sur-Somme, plan des structures construites mises au jour lors de la campagne d’août 2016.

Relevé A. Berrier, M. Braida, B. Brousse, F. Guerrin, M. Habran ; DAO S. Mouny

Haut de page

Table des illustrations

Titre Eaucourt-sur-Somme, vue de la tour du château mise au jour dans le secteur 1.
Crédits Cl. P.-E. Lenfant
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Eaucourt-sur-Somme, plan des structures construites mises au jour lors de la campagne d’août 2016.
Crédits Relevé A. Berrier, M. Braida, B. Brousse, F. Guerrin, M. Habran ; DAO S. Mouny
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Mouny, « Eaucourt-sur-Somme (Somme). Les « aires du château » »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 234-236.

Référence électronique

Sandrine Mouny, « Eaucourt-sur-Somme (Somme). Les « aires du château » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7030

Haut de page

Auteur

Sandrine Mouny

Trame

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sandrine Mouny

Trame

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search