Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Étaples (Pas-de-Calais). Route de Fromessent, parcelle AW 8

Responsable d’opération : Thomas Byhet
p. 237-238

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : ministère de la Culture Hauts-de-France

Texte intégral

1Du 1er au 17 juin 2016, une campagne de sondages archéologiques s’est déroulée sur la parcelle AW 8, route de Fromessent qui recèle les vestiges d’un élément défensif de l’époque moderne : un ouvrage tenaillé (ouvrage bas que l’on fait devant la courtine au milieu du fossé) aménagé au milieu du xvie s., au NE de l’ancien château (détruit au xixe s.). Cette deuxième campagne, qui a vu le creusement de trois tranchées (no 3 à 5), toutes situées à l’ouest des tranchées no 1 et 2 réalisées en 2015, avait notamment comme objectifs de préciser le plan et la chronologie de l’ouvrage (phases de construction, de remaniements et d’abandon) et de déterminer l’existence d’occupations antérieures ou postérieures à son édification.

2La tranchée no 3 avait pour but le recoupement de tous les éléments constitutifs de l’ouvrage tenaillé découvert en 2015, mais cette fois sur le flanc occidental de l’ouvrage, à peu près au centre de celui-ci. À l’ouverture de cette tranchée sont apparus les vestiges d’un élément non encore exploré : un chemin couvert dont quelques plans indiquaient l’existence. Il n’en subsiste que la banquette de circulation (longueur : 4 m ; épaisseur : de 20 à 60 cm) qui suit le pendage du terrain, elle repose sur un épais remblai de terre argileuse (épaisseur maximale : 1 m) qui a été déposé sur le substrat naturel crayeux arasé lors des travaux de terrassement du site. Elle comporte deux parties : l’une est un niveau plan (largeur : 2 m) qui semble constituer l’espace de piétinement, l’autre est un plan incliné de largeur identique, formant une sorte de rempart. Cette banquette est constituée d’un agrégat de fragments de craie et de silex liés à l’argile. Le chemin couvert longeait probablement tout le flanc occidental de l’ouvrage, comme le suggèrent les plans de la parcelle établis au xixe s. La restitution de son élévation, parapet de terre et/ou d’une palissade, reste une question.

3La banquette est séparée du fossé par une séquence de remblais qui forme un espace de 7 m de long qui s’étend entre l’extrémité est du chemin couvert et l’ouverture du fossé, à l’ouest. L’ensemble repose sur le substrat argileux travaillé. L’ensemble forme une épaisse langue de terre (de 50 cm à l’est à 1 m environ à l’ouest) qui suit le pendage du terrain, modelé par les ingénieurs dans un double but : offrir, à l’est, un ouvrage de contrebutement au chemin couvert et constituer un support ferme et stable pour la banquette du chemin couvert.

4À la suite du chemin couvert et de la terrée se trouve l’imposant fossé de l’ouvrage. Les rares sources textuelles indiquent qu’il était sec. Il est donc normal de n’y trouver aucune couche de dépôts ou aucun vestige de cunette en attestant la mise en eau. Le creusement du fossé s’est effectué directement dans le substrat crayeux. À chacune des deux extrémités du fossé, les pionniers chargés du creusement ont rencontré des poches d’argile qui n’en ont vraisemblablement pas fragilisé les bordures. Le fossé montre un profil en cuvette évasée et un fond plat (largeur : 16 m à l’ouverture ; 10 m au fond). Le comblement s’est effectué en plusieurs couches non forcément synchrones. La plus importante est en tout point semblable à celle observée en 2015 dans la portion septentrionale du fossé. Au-dessous, se trouve une autre couche de terre dont la position dans le fossé (au pied du rempart) et la structure (une argile très homogène) sont similaires aux couches découvertes en 2015 dans la portion nord du fossé et qui avaient été interprétées comme les vestiges du parapet de terre qui couvrait la section nord du rempart de l’ouvrage tenaillé et avait glissé avec le temps au fond du fossé. Une origine et une fonction identiques sont volontiers attribuées à cette couche du fossé ouest.

5Sur le flanc nord de l’ouvrage, les ingénieurs responsables de la construction se sont appuyés sur le substrat calcaire pour façonner le rempart. Sur le flanc ouest, la veine de calcaire cède la place à une argile à silex. Pour pallier ce manque, les ingénieurs ont modelé le rempart en superposant une couche de terrazzo sur un épais radier formé de deux couches argileuses très compactes. À nouveau donc, les ingénieurs ont tiré parti des ressources locales pour établir le rempart, mais en travaillant la craie et non plus en la taillant directement dans le substrat en place.

6Le creusement de la tranchée no 4 a révélé l’importante séquence de remblais constituant rempart et pointe de la demi-gorge NO. Cinq couches ont été individualisées, elles suivent le pendage du terrain et avancent obliquement par rapport aux bords de la tranchée. Chacune de ces couches fait suite à une autre, de composition différente : elles sont constituées en grande majorité de fragments de calcaire alternant avec l’argile.

7Au sud, un sondage complémentaire avait pour objectif d’établir la puissance stratigraphique des remblais composant la partie sommitale de la demi-gorge. Environ 2 m de remblais crayeux ont été disposés, sous la forme de quatre couches distinctes, jusqu’au substrat. Cet ensemble de couches matérialise le puissant effort fourni pour construire l’ouvrage, ainsi que la quantité de matériaux employés à sa confection. Au sud, à la jonction de la pointe de la demi-gorge avec le fossé nord, le substrat argilo-crayeux semble avoir été taillé en biais : sur ce plan incliné, vient mourir la dernière couche de la séquence de remblais qui matérialise peut-être la pointe de la demi-gorge NO de l’ouvrage tenaillé.

8L’ouverture de la tranchée no 5, au nord du site, qui avait pour objectif le recoupement de la séquence de remblais constituant le glacis défensif de l’ouvrage tenaillé, a révélé une puissante séquence de remblais. La compréhension de cette partie du glacis reste sujette à caution. En 2015, l’hypothèse d’un chemin couvert le long de la bordure méridionale du glacis avait été évoquée. À l’arrière de la séquence de remblais, une longueur de 5 m matérialisée par le substrat crayeux dérasé a pu servir de plateforme à ce possible chemin couvert, les remblais calcaires formant peut-être la base stable d’un parapet de terre disparu qui protégeait le chemin couvert. Ce parapet devait filer en droite ligne vers la campagne en une pente insensible sur quelques dizaines de mètres.

9De manière générale, la campagne 2016 a livré un mobilier très peu abondant. Cette rareté s’explique, par la faible superficie d’ouverture des tranchées, mais aussi par la nature de l’ouvrage. La découverte de quatre fragments d’un fond de marmite en grès (pâte grise et glaçure stannifère) dans l’une des couches de comblement du fossé fournit pour la première fois un indice chronologique de ce comblement que l’on peut situer au xviiie s. au plus tôt, peut-être au xixe s.

Étaples, vue vers l’est du chemin couvert de l’ouvrage tenaillé. À l’arrière-plan le fossé et le rempart.

Étaples, vue vers l’est du chemin couvert de l’ouvrage tenaillé. À l’arrière-plan le fossé et le rempart.

Cl. T. Byhet

Haut de page

Table des illustrations

Titre Étaples, vue vers l’est du chemin couvert de l’ouvrage tenaillé. À l’arrière-plan le fossé et le rempart.
Crédits Cl. T. Byhet
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Byhet, « Étaples (Pas-de-Calais). Route de Fromessent, parcelle AW 8 », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 237-238.

Référence électronique

Thomas Byhet, « Étaples (Pas-de-Calais). Route de Fromessent, parcelle AW 8 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7032

Haut de page

Auteur

Thomas Byhet

ministère de la Culture Hauts-de-France

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Byhet

ministère de la Culture Hauts-de-France

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals