Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Grande Verrière (La) (Saône-et-Loire). Roches de Glenne

Responsable d’opération : Valentin Chevassu
p. 239

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : université de Bourgogne-Franche-Comté

Texte intégral

1Dans le cadre d’une thèse de doctorat sur l’occupation humaine et la dynamique des pouvoirs ruraux dans le Morvan médiéval, des sondages ont été menés du 4 au 29 avril 2016 sur le château ruiné des Roches de Glenne. Le site, actuellement sous forêt, prend la forme d’un éperon barré divisé en deux espaces, une basse cour et une enceinte castrale. De nombreux microreliefs et quelques rares vestiges d’élévations permettent de restituer une partie des bâtiments. Ce château, dont l’existence n’est mentionnée explicitement qu’entre 1230 et 1360, est lié à l’une des plus grandes châtellenies du sud Morvan, dont l’évolution est documentée du xie s. à la Révolution. Il s’agissait donc de définir le phasage de l’occupation afin de caractériser la chronologie d’un de ces châteaux de hauteur, dont le développement puis l’abandon rapide, caractérisent l’évolution de la région au Moyen Âge central.

2Le premier sondage a permis de décrire le phasage de l’occupation dans le secteur de la tour maîtresse, utilisée du xie au xive s. La présence d’abondantes terres cuites architecturales et d’éléments céramiques résiduels datés des iie-iiie s. signale une implantation antique, sous le château ou à proximité immédiate. Cinq états d’occupation ont pu être définis pour la période médiévale. L’édification de la tour peut être datée des xe-xie s. par le mobilier céramique. Ce premier état est recouvert par un premier aménagement de sol et un niveau de destruction, dépourvu d’éléments datant. Un second niveau de sol est installé, recoupé ensuite par des niveaux de rejet datés des xiiie-xive s. puis recouvert par une épaisse couche de démolition liée à l’abandon et à l’effondrement progressif des élévations.

3Le second sondage donne un aperçu de l’habitat qui prend place dans la basse cour. Six structures fossoyées et deux radiers de sol sont apparus à l’interface entre la terre végétale et le terrain naturel. Elles suggèrent la présence d’un habitat en terre et bois, mais la faible emprise du sondage n’a pas permis de reconnaître une quelconque organisation dans ces aménagements, datés des xie-xiiie s. par le mobilier céramique découvert.

4Des prospections complémentaires ont enfin été réalisées dans l’ensemble de la basse cour. Une forte concentration de scories de forge et de probables tranchées minières localisent un petit secteur artisanal au NO du château, tandis que plusieurs zones d’habitats sont signalées par des arases de murs associées à des concentrations de mobilier céramique des xie-xiiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Chevassu, « Grande Verrière (La) (Saône-et-Loire). Roches de Glenne », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 239.

Référence électronique

Valentin Chevassu, « Grande Verrière (La) (Saône-et-Loire). Roches de Glenne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7034

Haut de page

Auteur

Valentin Chevassu

université de Bourgogne-Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Valentin Chevassu

université de Bourgogne-Franche-Comté

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals