Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Hagenthal-Le-Bas (Haut-Rhin). « Château », rue de Bettlach/avenue de Souprosse

Responsable d’opération : Maxime Werlé
p. 239-240

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Archimède

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique, engagé sur le château implanté au cœur du village d’Hagenthal-le-Bas, a été motivé par un projet de restauration de l’édifice daté des xvie-xviie s., en vue d’y installer une résidence hôtelière. Il est également envisagé de lotir tout ou partie du vaste terrain qui s’étend en arrière du château, et/ou d’y établir de nouvelles constructions. Le château de Hagenthal-le-Bas constitue un exemple de manoir aristocratique implanté en milieu villageois à l’Époque moderne (xvie-xviie s.), pour les Eptingen, une famille issue de la petite noblesse rurale sundgauvienne. L’opération a pris la forme d’un diagnostic archéologique du bâti, couplé à un diagnostic archéologique du terrain au moyen de tranchées de sondage creusées à la pelle mécanique. Ce dernier a révélé l’existence de vestiges enfouis antérieurs au château des xvie-xviie s. Une fosse indéterminée attribuée aux xie-xiiie s. et plusieurs autres structures, qui ne sont pas datées, pourraient relever d’une occupation médiévale du site. Dans l’état de la documentation archéologique disponible, ces vestiges n’évoquent pas un site castral antérieur au château des xvie-xviie s., mais plutôt une occupation à vocation agro-pastorale en contexte villageois.

2Le diagnostic archéologique du bâti n’a pas non plus livré d’indice de constructions antérieures à l’édifice actuel : si l’on se fie au résultat des analyses dendrochronologiques (menées en 2004) des charpentes des trois bâtiments (1542, 1619 et 1625) qui le composent, on peut penser qu’il a été construit en trois campagnes entre le milieu du xvie et les premières décennies du xviie s. L’alignement des bâtiments les plus anciens, leur homogénéité volumétrique et structurelle, en dehors du deuxième étage et de la haute toiture en pavillon couvrant le corps de bâtiment de 1619, et leur cohésion fonctionnelle est remarquable, alors que la datation de leurs charpentes suggère deux phases de construction séparées de 75 ans environ (1542 et 1619). La construction du bâtiment de 1619, marqué par son aspect turriforme, accentué par la tourelle sur la rue, par sa haute toiture en pavillon répond peut-être autant à une exigence symbolique qu’à un besoin d’agrandissement ou de modernisation. Le corps de bâtiment construit en 1625, en équerre sur le bâtiment primitif, apparaît davantage comme une réponse à un besoin d’agrandissement des espaces habitables.

3L’approche sommaire des espaces intérieurs permet d’entrevoir la fonction de certaines pièces aux xvie-xviie s. : outre les caves, le rez-de-chaussée abritait un espace d’accès dévolu aux circulations, une grande salle d’apparat (?) lambrissée, d’éventuelles Stuben (pièces à vivre lambrissées et chauffées) ou des chambres, et d’autres espaces ou pièces dont la fonction nous échappe. Le premier étage accueillait un espace dévolu aux circulations superposé à celui du rez-de-chaussée, au moins une stube lambrissée. La fonction des autres pièces nous échappe (chambres, cuisine, etc. ?). À ce niveau ont également été décelés les indices potentiels d’une cheminée et de latrines. Les deux étages ont en commun la position des pièces privilégiées vers le sud et vers l’est, où s’exposent les façades principales de l’édifice, ainsi que le caractère secondaire des façades arrières, presque aveugles. Il importe de souligner la présence de plafonds lambrissés bien conservés mais mal datés (fin xvie-xviie s. ou xviiie s. ?), l’existence de vestiges de décors peints sur les murs et les pans-de-bois, ainsi que le remarquable décor en plâtre d’une salle réaménagée au xviiie s.

4Le terrain qui borde le château au nord et à l’ouest, quant à lui, ne semble pas avoir été bâti. Les vestiges enfouis mis au jour correspondent à des structures en creux (fosses) et à un chemin, montant depuis la rue en entaillant le talus. La fonction et l’évolution de ce terrain sont difficiles à percevoir dans le cadre du diagnostic : ces vestiges, datés dans une fourchette chronologique large comprise entre le xvie et le xviiie s., s’accordent le plus volontiers avec une vocation agropastorale (champ, maraîchage, pré ?) ou avec l’hypothèse d’un jardin d’agrément.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Werlé, « Hagenthal-Le-Bas (Haut-Rhin). « Château », rue de Bettlach/avenue de Souprosse », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 239-240.

Référence électronique

Maxime Werlé, « Hagenthal-Le-Bas (Haut-Rhin). « Château », rue de Bettlach/avenue de Souprosse » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7035

Haut de page

Auteur

Maxime Werlé

Archimède

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime Werlé

Archimède

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals