Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Pernes-les-Fontaines (Vaucluse). Tour Giberti dite « Chauvet »

Responsable d’opération : Maxime Dadure
p. 245

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : direction du patrimoine de L’Isle-sur-la-Sorgue

Texte intégral

1Le projet de réhabilitation par la municipalité de l’ensemble dit de la Tour Chauvet a été l’occasion de découvrir un nouvel exemple de tour aristocratique urbaine du xiie s., à l’origine d’un hôtel particulier de la fin du Moyen Âge rebâti entre la fin du xvie s. et le début du xviie s.

2La tour est la partie la plus ancienne de l’îlot. Elle est aujourd’hui conservée sur 16,50 m d’élévation, mais on peut restituer une hauteur totale de 21 m (crénelage compris). Malgré les remaniements successifs, les sondages et les retraits d’enduits ont révélé l’organisation primitive de l’édifice initialement divisé en 3 niveaux. Le rez-de-chaussée, quasiment aveugle, était l’espace le plus modeste en termes de volume et de décors. Trahissant les principes de l’architecture militaire de l’époque, une porte ouvrait directement sur la rue.

3Le premier étage était la pièce la plus imposante de la tour, avec une voûte brisée culminant à plus de 7,50 m. Il s’agissait de l’étage noble, espace d’apparat destiné à l’accueil et aux événements officiels, affirmant le statut et la prospérité de son détenteur. Une porte communiquait directement avec l’extérieur par l’intermédiaire d’un escalier, isolant ainsi l’étage du rez-de-chaussée. La voûte rassemblait l’essentiel des éléments de décor dont la facture est attribuable à la fin du xiie s. Une corniche ainsi qu’un bandeau orné de gorges et de motifs végétaux soulignaient le départ de la voûte. Deux arcs doubleaux reposaient sur des culots décorés de feuillages. Seul un de ces culots subsiste avec à sa base une feuille d’eau enroulée. Les fragments d’un second évoquent plutôt un bestiaire fantastique. On ne restitue à ce niveau que deux ouvertures de désenfumage liées à l’utilisation de braseros. L’accès au second étage du xiie s., se faisait au moyen d’un escalier interne en bois qui n’a laissé aucune trace, si ce n’est la porte disposée dans la voûte.

4Le second étage a été défiguré au xviie s. mais les rares pierres de parement encore en place permettent de restituer une voûte identique à celle de l’étage inférieur. Le volume est toutefois moins important, il n’excède pas une hauteur de 6,35 m. La seule ouverture conservée consiste en une fenêtre qui garde en façade une petite archivolte moulurée.

5Les premiers travaux significatifs touchant l’édifice sont caractéristiques de l’architecture des xive-xve s. On procède notamment au découpage du premier étage du xiie s. en deux niveaux par la création d’un plancher sur arc. La tour est alors intégrée à un premier hôtel particulier dont on ne conserve que les communications avec la tour.

6Au tournant des xvie-xviie s. un nouvel hôtel particulier se développe sur 3 niveaux à partir de la tour romane en effaçant presque toute trace des constructions médiévales environnantes. Le corps de bâtiment principal est encore desservi par son escalier en vis tandis que l’on retrouve les planchers d’époque en excellent état. La façade sud était percée de fenêtres à croisées archaïsantes soigneusement ordonnancées. Seul le rez-de-chaussée utilise exclusivement la pierre. À partir du premier étage, les ouvertures comme l’escalier en vis privilégient le plâtre, choisi pour des raisons économiques, mais aussi pour la légèreté du matériau.

Pernes-les-Fontaines, la Tour Chauvet, cliché d’un des culots de la voûte du premier étage roman.

Pernes-les-Fontaines, la Tour Chauvet, cliché d’un des culots de la voûte du premier étage roman.

Cl. M. Dadure

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pernes-les-Fontaines, la Tour Chauvet, cliché d’un des culots de la voûte du premier étage roman.
Crédits Cl. M. Dadure
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Dadure, « Pernes-les-Fontaines (Vaucluse). Tour Giberti dite « Chauvet » », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 245.

Référence électronique

Maxime Dadure, « Pernes-les-Fontaines (Vaucluse). Tour Giberti dite « Chauvet » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7049

Haut de page

Auteur

Maxime Dadure

direction du patrimoine de L’Isle-sur-la-Sorgue

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime Dadure

direction du patrimoine de L’Isle-sur-la-Sorgue

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals