Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Rochelle (la) (Charente-Maritime). 4 impasse Tout-y-Faut

Responsable d’opération : Jean-Paul Nibodeau
p. 247-248

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Cette opération de diagnostic, réalisée à l’arrière des maisons de l’impasse Tout-y-Faut et de la rue Pas-du-Minage au centre de La Rochelle, dans un des quartiers les plus anciens de la ville, a été l’occasion d’observer deux secteurs contigus qui présentent cependant une évolution distincte. Le projet d’aménagement situé entre la place de Verdun, où ont été mis au jour le château Vauclerc et le marché central où se trouvaient la Grande Boucherie, et la porte Mallevault, était susceptible d’affecter de nombreux vestiges. Des indices laissaient envisager la présence de la courtine nord de la première enceinte de la ville, assurant la jonction entre le château et la porte Mallevault, dans l’emprise du terrain.

2Au sud, le substrat calcaire a été reconnu à un peu plus de 2 m de profondeur ; au nord, seuls des remblais médiévaux ou modernes étaient rencontrés à la même profondeur. Les sondages géotechniques indiquent à cet endroit la présence d’une excavation entre 4,60 m et 6 m de profondeur dont le fond est recouvert d’une couche de vase d’origine fluvio-marine permettant d’envisager une communication avec la mer ou l’un des fleuves côtiers. Dans le secteur étudié, on peut l’identifier avec le fossé de la première enceinte de la ville qui communique avec le fossé nord du château. Le mur séparant actuellement les deux secteurs est une reprise d’un mur antérieur qui repose directement sur le calcaire par l’intermédiaire, du côté sud, d’une semelle débordante en pierres de taille. Sa largeur est estimée à au moins 1,60 m. Il s’agit de la construction la plus ancienne observée sur le site et elle peut être assimilée à la courtine de la première enceinte élevée durant la seconde moitié, voire dans le second quart, du xiie s. Par la suite, entre la fin du xiie s. et la seconde moitié du xiiie s., le quartier de Cougnes, puis les quartiers NO, sont protégés par une nouvelle fortification qui rend la précédente obsolète. Le fossé est progressivement comblé et sans doute transformé en jardins à l’arrière des maisons qui s’alignent sur le côté sud de la rue du Minage. Ce n’est que vers la fin du xviie s. ou au xviiie s. qu’apparaît, sur le comblement du fossé, une occupation pérenne matérialisée par deux séries de sols, une externe, l’autre interne. Ces sols alternent avec des niveaux d’occupation et des remblais sur plus d’1 m d’épaisseur ; le mobilier céramique qui lui est associé est pour l’essentiel constitué de formes à sucre et de pots à mélasse. Cette production spécifique caractérise une activité de raffinage du sucre, or plusieurs raffineries sont connues par les archives dans la rue Pas-du-Minage pour le xviiie s.

3L’occupation du secteur sud est bien différente. Un épais remblai marno-calcaire recouvre le paléosol, il s’agit de rebuts d’une extraction du calcaire qui pourrait provenir du creusement du fossé ou d’une carrière. Un affaissement de terrain, à l’aplomb d’une ouverture subcirculaire dans le substrat calcaire, signale probablement la présence d’une carrière souterraine imparfaitement comblée. Au moins deux autres affaissements ont été observés, toutefois il n’est pas possible de leur attribuer la même origine. De rares traces d’occupation ont été conservées sur ce remblai marneux, elles sont datables au plus tôt du xiiie s., comme le comblement de la carrière ; on n’observe aucun indice du xiie s. Près de la courtine, une maçonnerie quadrangulaire en partie récupérée, qui pourrait être une base de pilier ou un support de poteau, et une fosse sont les seuls vestiges du Moyen Âge. Plus à l’est un bâtiment a été repéré en limite de tranchée, il présente au moins deux états. Son mur gouttereau ouest est installé en bordure d’une excavation creusée dans le substrat rocheux, et dans laquelle un ensemble de niveaux du bas Moyen Âge s’est trouvé conservé. Le mur est reconstruit au début de l’époque moderne avec un léger changement d’orientation. Vers le xviiie s. le terrain situé à l’ouest de ce bâtiment est entièrement décaissé puis nivelé par un apport de terre de jardin. Cette action eut pour conséquence la destruction de tous les niveaux de l’occupation médiévale. On peut en mesurer l’importance grâce à l’affaissement des sols au-dessus du comblement de la carrière. À la fin du xviiie s. ou au début du xixe s., le bâtiment oriental est détruit et remplacé par un nouvel édifice situé plus à l’est.

4Les deux secteurs ont donc évolué indépendamment de part et d’autre de la courtine médiévale qui, malgré son abandon précoce, est restée un élément structurant de cet îlot urbain. Ce n’est qu’au cours du xixe s. ou au début du xxe s. que les deux secteurs ont été réunis en une seule parcelle.

La Rochelle, localisation de la courtine nord de la première enceinte de la ville, entre le château Vauclerc et la porte Mallevault, sur fond cadastral actuel.

La Rochelle, localisation de la courtine nord de la première enceinte de la ville, entre le château Vauclerc et la porte Mallevault, sur fond cadastral actuel.

DAO J.-P. Nibodeau

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Rochelle, localisation de la courtine nord de la première enceinte de la ville, entre le château Vauclerc et la porte Mallevault, sur fond cadastral actuel.
Crédits DAO J.-P. Nibodeau
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7057/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 622k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Nibodeau, « Rochelle (la) (Charente-Maritime). 4 impasse Tout-y-Faut »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 247-248.

Référence électronique

Jean-Paul Nibodeau, « Rochelle (la) (Charente-Maritime). 4 impasse Tout-y-Faut » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7057

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Nibodeau

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Paul Nibodeau

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals