Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros47Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III. 1. – Opérations de terrainRochelle (La) (Charente-Maritime)...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Rochelle (La) (Charente-Maritime). Parking du Gabut

Grabungsleiter: Emmanuel Barbier
p. 248-249

Anmerkungen der Redaktion

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Volltext

1La première mention de La Rochelle apparaît dans une charte de l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers (998-1000), mais la ville ne se développe véritablement qu’à partir du xiie s. La première enceinte, probablement fondée dans les années 1160-1170, permet d’asseoir le statut de cette nouvelle cité portuaire qui s’émancipe progressivement des pouvoirs locaux, notamment au début du xiiie s. en englobant deux nouveaux quartiers – Saint-Jean du Perrot et Saint-Nicolas – qui se sont développés sur deux îlots encadrant le havre, à l’ouest et à l’est.

2Le quartier du Gabut, situé entre le rivage et le quartier Saint-Nicolas, est partiellement intégré à la ville à la fin du xive s., après la construction d’une nouvelle enceinte reliant la tour Saint-Nicolas à la porte du même nom. Ce secteur se développe ensuite progressivement. Des bâtiments très allongés (corderies, magasins pour l’artillerie) sont en effet représentés sur les plans de la période moderne et perdurent jusqu’au démantèlement de l’enceinte, à la fin du xixe s.

3En 1988-1989, les travaux d’aménagement du Gabut avaient révélé une partie de cette enceinte et du bastion construit à partir de 1568. La surveillance archéologique réalisée à cette occasion avait alors permis d’observer le bon état de conservation des vestiges, avec la présence des fondations d’un mur, d’orientation différente de la courtine, ainsi que de nombreux pieux de bois liés à la construction du bastion.

4Le projet de réaménagement des abords du Vieux Port de La Rochelle, dans le cadre du programme d’actions de prévention contre les inondations (Papi), a nécessité la réalisation d’une fouille archéologique. Celle-ci s’est cantonnée à l’espace du parking limité à l’enceinte et ses abords. Le projet doit en effet prendre en compte la topographie du site issue de l’étude des vestiges.

5Un des objectifs de la fouille archéologique consistait donc dans l’étude de l’enceinte fondée à la fin du xive s. Son arase est apparue entre 0,20 et 1 m sous le sol actuel. Observée sur près de 60 m, sa largeur (3,50 m) paraît constante et témoigne d’une construction homogène dont la fondation est légèrement talutée. Un sondage profond réalisé contre le parement interne (nord) a permis d’observer deux légers ressauts de fondation assis sur les galets de lest préalablement déposés sur la rive sud du port. Le parement externe (sud), largement épierré, témoigne de nombreuses reprises ponctuelles. Au contraire le parement interne est mieux conservé. Tous deux ont été montés en pierres de taille de grand appareil qui semblent issues, pour la plupart, des carrières calcaires de Saint-Vaize et Saint-Savinien (étude de Jacques Gaillard, docteur en archéologie, spécialiste de la pierre et des carrières), situées sur les rives de la Charente. L’usure des blocs a nécessité de nombreuses réparations pour le parement externe particulièrement exposé dans le fossé, malgré l’utilisation systématique d’un mortier hydraulique, nettement identifiable à sa couleur ocre, censé garantir la bonne étanchéité de la construction. Un blocage lié au mortier de chaux complète l’ensemble. Il se distingue par une réutilisation importante de galets de lest régulièrement déchargés sur la Petite Rive (square Valin). Ce mur d’enceinte permettait de clore le port en joignant la tour Saint-Nicolas au quartier éponyme déjà protégé, depuis le début du xiiie s., par sa propre enceinte.

6Une circulation sommairement aménagée en galets de lest a été découverte au pied de cette défense soumise, par ailleurs, à de fréquentes submersions. Des ornières dues aux passages répétés de charrettes sont perceptibles. Quelques réfections du revêtement ont été observées, mais aucune construction ne s’y développe, l’espace demeurant encore très humide au cours de cette période (xve-1re moitié xvie s.). Dans la seconde moitié du xvie s., ce secteur de la ville est massivement remblayé et utilisé comme dépotoir. De nombreux rejets domestiques (faune, poissons, poteries, scories métalliques, etc.) y ont été observés.

7Ce remblaiement massif participe à l’installation d’une terrasse qui se matérialise, vers la fin du xvie s., par la construction d’un muret de soutènement. De facture plus fruste, il est monté uniquement en pierres de lest liées au mortier de chaux et issues principalement de gisements locaux (sud du Massif armoricain). Ce muret, strictement parallèle à l’enceinte, est complété par une série de contreforts saillants qui participaient au soutènement de la maçonnerie et des terres associées, supports d’une terrasse établie à la même hauteur que l’enceinte. Ce dispositif doublait l’épaisseur de l’enceinte et permettait ainsi de limiter les brèches tout en ménageant une plateforme d’artillerie au début du xviie s.

8Au cours du xviiie s., des bâtiments sont progressivement appuyés contre ce muret. En dépit d’un dégagement partiel, deux espaces distincts ont été observés ; il s’agit vraisemblablement de constructions légères sur piliers. Les nombreuses battitures et foyers observés sur la partie orientale ont notamment permis d’identifier une forge et de probables magasins pour l’artillerie.

9Dans un second temps, une large fosse tapissée de chaux est creusée au détriment d’une partie des bâtiments. Son dégagement très partiel ne permet pas de l’interpréter davantage, mais elle peut être mise en relation avec une grande phase de travaux probablement contemporaine du creusement, à partir de 1778, du bassin dans l’étier de la Petite Rive.

10L’enceinte, préservée jusqu’à la fin du xixe s., a été récemment démantelée. Seule une ouverture dont le piédroit et l’ébrasement ont pu être partiellement dégagés a été aménagée aux abords de la tour Saint-Nicolas. Suite au démantèlement, des bâtiments de la direction départementale maritime ont investi le lieu comme le montre la découverte des arases de fondations, construites sur un lit de sable.

11Cette opération a donc permis de reconnaître une partie de la fortification de la ville de La Rochelle et du port limitrophe tout en précisant les contextes liés tant à sa construction en plein marais qu’aux différents modes d’occupation attenants.

La Rochelle, vue d’ensemble de l’enceinte joignant la tour Saint-Nicolas.

La Rochelle, vue d’ensemble de l’enceinte joignant la tour Saint-Nicolas.

Cl. Œil du drone

Seitenanfang

Abbildungsverzeichnis

Titel La Rochelle, vue d’ensemble de l’enceinte joignant la tour Saint-Nicolas.
Abbildungsnachweis Cl. Œil du drone
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7058/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 573k
Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Emmanuel Barbier, „Rochelle (La) (Charente-Maritime). Parking du Gabut“Archéologie médiévale, 47 | 2017, 248-249.

Online-Version

Emmanuel Barbier, „Rochelle (La) (Charente-Maritime). Parking du Gabut“ [archäologische Miszelle], Archéologie médiévale [Online], 47 | 2017, Online erschienen am: 15 Februar 2018, abgerufen am 15 Oktober 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/7058; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.7058

Seitenanfang

Autor

Emmanuel Barbier

Inrap

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Grabungsleiter

Emmanuel Barbier

Inrap

Ausgrabung unter der Leitung von diesem Archäologen

Seitenanfang

Urheberrechte

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Seitenanfang
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search