Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Saint-Dizier-la-Tour (Creuse). Mottes castrales de La Tour-Saint-Austrille

Responsable d’opération : Philippe Racinet
Notice rédigée avec Richard Jonvel
p. 250-251

Entrées d’index

Année de l'opération:

2014, 2015, 2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : université de Picardie

Texte intégral

1Le complexe castral de La Tour-Saint-Austrille est l’objet d’un programme d’archéologie de terrain depuis 2014. Il s’étend sur une superficie d’environ 4 ha et se compose de trois tertres : au sud, une motte principale dominant l’ensemble ; au nord, deux petites buttes mitoyennes, distantes de 4,50 m et séparées par un cours d’eau, la Goze ; au centre, une vaste plateforme surélevée qu’occupa une église fondée au xe s. et une nécropole, siège d’une collégiale puis d’un prieuré (1095) dépendant de l’abbaye bénédictine de Déols.

2Pierre Rebière de Cessac (1821-1889), président de la Société des sciences naturelles, archéologiques et historiques de la Creuse, réalisa, en 1865, des fouilles archéologiques sur deux des trois « tumulus » de la tour sous le patronage scientifique de la prestigieuse Commission de topographie des Gaules. Tout à sa tâche de participer à la première grande carte archéologique de la France, il fut quelque peu décontenancé par les résultats des fouilles, reconnaissant à grand-peine le caractère médiéval du site. C’est ainsi qu’une collection archéologique de première importance pour la connaissance du phénomène castral en Haute-Marche, notamment un mobilier métallique exceptionnel, tomba dans l’oubli, au moins jusqu’en 1984 et le récolement des objets dans les réserves du Musée de Guéret.

3La campagne 2016 a été conçue pour achever plusieurs études, avant de formuler un vrai programme de fouille. Elle a donc été consacrée à l’achèvement du relevé microtopographique des 4 ha, à l’étude du mobilier archéologique conservé à Guéret avec comme toile de fond la fouille de 1865, ce qui a nécessité des compléments d’enquête en archives. Enfin, de manière encore secondaire, des prospections ont été menées, le long du cours supérieur de la Goze (canalisation, anciens étangs) et dans le village de La Tour, pour amorcer l’inventaire du mobilier lapidaire provenant notamment de l’ancienne église.

4Le complexe fortifié est implanté au fond d’une vallée qui tend à se resserrer entre les hauteurs du village et le mont rocheux en vis-à-vis. Si on ne peut pas encore être certain de la présence d’une voie qui expliquerait le choix de cette implantation, l’inexistence d’un point rocheux isolé dans ce secteur pour y établir une motte de hauteur a conduit le maître d’ouvrage à préférer le fond de vallée marécageux. Ce complexe entre dans la typologie des mottes multiples ou groupes de mottes. Le long d’un axe SO-NE, on rencontre quatre élévations successives établies sur un profil topographique étagé, en deux groupes.

5Le tertre principal est implanté sur la rive gauche de la Goze, sur une terrasse constituée de sable granitique induré. Entamé par une carrière et par deux opérations de fouille archéologique au xixe s., le tertre initial, ovalaire, mesure 50 m (NS) sur 44 m (OE) pour une hauteur de 13 m. La plateforme, estimée à 220 m2, se limite aujourd’hui à une simple crête. Cette motte était ceinte d’un fossé qui circonscrit un espace beaucoup plus important. Au nord se développe une large plateforme trapézoïdale d’une longueur maximale de 127 m sur 84 m de large. Son grand côté occidental présente une escarpe de 4 m surplombant un chemin vicinal en cavée, occupant probablement le fond de l’ancien fossé de la grande motte. De ce côté, cette plateforme a donc été créée en recoupant les terrains de pied de pente du coteau. Le grand côté nord, le plus long, présente une élévation de 5 m. Le relevé topographique révèle ainsi l’existence d’une grande enceinte fossoyée de forme trapézoïdale établie sur la rive gauche de la Goze, englobant 2 ha environ. Elle comporte la grande motte avec, au nord, une « basse cour » dont la pointe orientale est occupée par l’établissement religieux fondé au xe s. et par des masures.

6Les deux petits tertres septentrionaux participent au fonctionnement de l’ensemble précédent, la petitesse de leurs plateformes sommitales ne pouvant correspondre à une occupation élitaire. La motte nord a une base circulaire d’un diamètre de 36 m et une hauteur de 7 m. La plateforme sommitale, de forme rectangulaire, mesure 12,60 × 10 m, soit une superficie de 126 m2. La motte sud, de forme ovale (39 m × 31 m), présente des pentes asymétriques, les plus raides donnant sur la rivière. Sa plateforme sommitale s’élève aussi à 7 m et sa surface initiale mesure 10,20 × 7 m, soit 71,4 m2. Le fossé ceinturant les deux buttes a été entièrement comblé, à l’exception d’une légère plateforme au NE qui atteste une contrescarpe surélevée. Avec cet ensemble, on dispose d’une fortification de terre comprise dans une enceinte ovalaire mesurant environ 138 m de long sur 112 m de large (1,50 ha), au centre de laquelle évoluent deux petites mottes séparées de quelques mètres. Cette situation, rarissime, complète de manière originale le premier ensemble situé au sud. Dans l’hypothèse d’une zone environnante non marécageuse, il pourrait s’agir d’un système d’entrée, avec une possible fonction complémentaire en liaison avec la métallurgie.

7Cette année, nous avons soigneusement analysé les différents comptes rendus des fouilles de 1865 sur le grand tertre et la petite motte sud. L’enregistrement stratigraphique de qualité permet à Pierre de Cessac de définir les caractéristiques des deux mottes et donc leurs différences. Au sein des deux mottes, la vitrification est identifiée dans des couches bien distinctes auxquelles il faut associer des couches cendreuses très épaisses sous-jacentes. Le grand tertre s’étend au-dessus d’un socle rocheux taillé par l’homme. La phase de vitrification nécessite, en effet, la disposition au sol d’un épais tapis de végétaux sur lesquels sont disposées des roches granitiques maintenues par un coffrage mixte comportant des poutres et des pierres. Deux niveaux de terres noires, séparés par un radier damé, pourraient correspondre à une succession d’occupations qui s’achève sur une résidence fortifiée dont les fondations sont maçonnées.

8Dans le cadre de l’étude du mobilier déposé dans les réserves du Musée de Guéret, nous avons comparé les différents inventaires au corpus actuel. Ce dernier est composé de 118 objets métalliques, d’une céramique, de deux terres cuites sculptées et de cinq objets en verre. Le musée disposerait de moins de 3,4 % des objets ramenés en 1865. La répartition fonctionnelle est différente selon qu’on se réfère aux inventaires du xixe s. ou à la collection actuelle. Avec les premiers, le domaine militaire comptabilise entre 50 et 62 % des isolats pour la grande motte alors que la petite motte sud se caractérise par une forte proportion d’éléments de quincaillerie (59 à 38 %). La collection actuelle comporte en majorité de l’outillage (41 %), l’armement et les éléments de quincaillerie totalisant respectivement 13 et 19 %. De cette comptabilité sont exclus, dès le départ, la céramique et les ossements, les mentions se limitant à quelques détails.

9La reprise d’un PCR sur les fortifications du haut Moyen Âge serait un cadre parfait pour justifier une multiplication des interventions sur de pareils sites, à étendre sur tout le Limousin pour intégrer les travaux de Dimitri Paloumbas en Corrèze ou les travaux du PCR de Christian Rémy. Bien entendu, il conviendrait d’intégrer la question des mottes multiples bien présentes en Haute-Vienne et en Creuse, de même que celles des fortifications de fond de talweg, bien représentées en raison de l’hydrologie creusoise. Ces sites sont, par ailleurs, prédisposés pour des analyses palynologiques.

Saint-Dizier-la-Tour, plan topographique de la Tour-Saint-Austrille, état 2016.

Saint-Dizier-la-Tour, plan topographique de la Tour-Saint-Austrille, état 2016.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Dizier-la-Tour, plan topographique de la Tour-Saint-Austrille, état 2016.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7059/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Jonvel, « Saint-Dizier-la-Tour (Creuse). Mottes castrales de La Tour-Saint-Austrille »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 250-251.

Référence électronique

Philippe Racinet, Richard Jonvel, « Saint-Dizier-la-Tour (Creuse). Mottes castrales de La Tour-Saint-Austrille » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7059

Haut de page

Auteur

Richard Jonvel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

université de Picardie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals