Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 1. – Opérations de terrain

Uchon (Saône-et-Loire). Le château

Responsable d’opération : Michel Maerten
p. 254

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Artehis

Texte intégral

1Des relevés architecturaux détaillés (arases et parements) et un plan d’ensemble des structures apparentes, ont été réalisés en préalable à la consolidation des murs de la courtine du château d’Uchon (Saône-et-Loire). Rappelons qu’entre 1981 et 1982, le décaissement complet du donjon de plan barlong fut réalisé à l’aide d’une pelle mécanique, sans autorisation archéologique. Les parements externes, qui étaient encore en partie visibles, furent alors remblayés avec les sédiments extraits de la tour. A posteriori, une partie de celle-ci servit même de dépotoir sauvage. Lors de notre première intervention de sauvetage, réalisée en 1983, nous avions pu observer très parcimonieusement le niveau d’apparition du substrat granitique sur lequel furent implantées les fondations de cette tour. L’épaisseur des remblais accumulés actuellement à l’intérieur de la tour reste inconnue. Il n’est pas impossible qu’un lambeau de sol ait été préservé de la destruction.

2L’opération de sondage réalisée en juillet 2016 n’aura que faiblement répondu à nos attentes, puisque les relevés n’ont pu être menés à leur terme par manque de temps et, surtout, pour des raisons de sécurité. En effet, l’étroitesse du passage sur les murs entre le vide, du côté intérieur de la tour, et la clôture de protection, dont plusieurs piquets métalliques furent scellés directement dans les murs, ne permettent de progresser que lentement, pour installer une grille de relevés.

3L’analyse des parements internes, conservés encore au maximum sur une élévation de 3,50 m, nous a fourni des renseignements sur l’agencement des assises et l’aménagement des trous de boulin. Les parements étaient soignés et recouverts d’un enduit de chaux, encore en partie visible en 1983. La partie basse et aveugle de la tour devait servir de cellier. Celui-ci était surmonté d’un étage sur plancher ancré par des poutres. Ce niveau était éclairé par 4 baies à ébrasement traversant une maçonnerie de plus de 2,50 m de largeur, sur les segments les mieux observés.

4Par ailleurs, un relevé pierre à pierre du parement interne du seul grand pan de mur encore conservé en élévation a été réalisé. Cette maçonnerie comporte une cheminée dont un corbeau présente un masque humain très altéré, taillé dans le granit.

5Aucun mobilier archéologique n’a été recueilli, en dehors de détritus déposés postérieurement à la destruction du site, au début des années 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Maerten, « Uchon (Saône-et-Loire). Le château », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 254.

Référence électronique

Michel Maerten, « Uchon (Saône-et-Loire). Le château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7068

Haut de page

Auteur

Michel Maerten

Artehis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michel Maerten

Artehis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals