Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
III. – Constructions et habitats fortifiés
III. 2. – Prospections

Rogliano (Haute-Corse). San Colombanu ; Luri (Haute-Corse). Castellu di Motti ; Prato-di-Giovellina (Haute-Corse). Castellu di Serravalle ; Santa Maria Sicchè (Corse-du-Sud). Palazzu de Sampiero

Responsable d’opération : Émilie Tomas
p. 256

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Texte intégral

1En réponse à un projet d’étude archéologique portant sur quatre sites fortifiés, un récolement de l’ensemble de la documentation et une analyse de l’architecture des monuments ont été réalisés. Cette étude, commanditée par les services du ministère de la Culture (services régionaux de l’archéologie et des monuments historiques), avait pour but de déterminer les séquences chronologiques de l’évolution de ces sites en offrant en conclusion un diagnostic archéologique des vestiges. Le volet archéologique a consisté à réaliser des relevés topographiques, photogrammétriques, à examiner les relations stratigraphiques et à analyser les mortiers (ou les matériaux de construction) ; autant d’outils d’analyse qui permettent de dresser les caractères généraux des sites.

2À l’exception du Palazzu de Sampiero, les trois castelli présentent de nombreuses affinités. Érigés à l’initiative de seigneurs, ils occupent le sommet de promontoire rocheux, limitant tout regroupement de l’habitat autour du château. Protégés par les pentes vertigineuses comme pour le Castellu di Motti ou par d’imposants remparts comme pour le Castellu de San Colombanu, les matériaux de construction employés sont locaux et la source d’approvisionnement ne semble pas changer, du moins pour les premières phases de construction. L’exemple du Castellu de Serravalle est intéressant dans la mesure où le travail de la pierre ne s’est pas limité aux chaînages d’angle. Le donjon qui s’élève à plus de 5 m de hauteur est bâti avec des blocs de calcaire qui sont simplement dégrossis ou taillés à la broche pointée. À l’inverse, la partie haute de la construction est appareillée au moyen de moellons de granit brut ou à peine dégrossis prélevés in situ. Un soin esthétique est également apporté aux ouvertures, comme les meurtrières qui sont quelquefois réalisées avec des blocs de calcaire.

3Après la première phase d’édification d’une tour et d’une enceinte, c’est à partir du xiiie-xive s., que les castelli se présentent comme de véritables résidences seigneuriales. Alors que l’emprise défensive est élargie et renforcée, les castelli sont dotés de nouveaux bâtiments : citerne, salles de vie souvent aménagées sur deux niveaux, espaces de circulation, etc. Les dispositifs défensifs évoluent durant le xve et la première moitié du xvie s. avec l’adaptation architecturale à l’utilisation d’armes à feu.

4La particularité de ces fortifications, du moins pour les castelli de Motti et de San Colombanu, est une occupation continue du xiie s. jusqu’au xvie s. ; comme le renseigne la documentation ancienne recueillie.

5Parallèlement à ces sites, le Palazzu de Sampiero a également fait l’objet d’une étude. C’est en 1558, qu’une maison-forte dénommée Palazzu est érigée au lieu-dit Vicu. Plusieurs fois représenté au xixe s., le bâtiment a subi plusieurs remaniements ayant toutefois peu affecté son dispositif d’entrée par pont-levis à flèches qui permet d’induire la présence d’un ancien fossé autour du Palazzu.

6Suite à cette première enquête de terrain, l’étude archéologique a permis de constituer les dossiers documentaires et archéologiques qui faisaient défaut. Grâce à ce diagnostic, des réflexions et des problématiques ont pu être proposées afin de construire au mieux les futures investigations patrimoniales.

Prato-di-Giovellina, vue du rempart du Castellu de Serravalle : harpe d’attente, meurtrière et niche d’évacuation des eaux.

Prato-di-Giovellina, vue du rempart du Castellu de Serravalle : harpe d’attente, meurtrière et niche d’évacuation des eaux.

Cl. É. Tomas

Haut de page

Table des illustrations

Titre Prato-di-Giovellina, vue du rempart du Castellu de Serravalle : harpe d’attente, meurtrière et niche d’évacuation des eaux.
Crédits Cl. É. Tomas
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 653k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Tomas, « Rogliano (Haute-Corse). San Colombanu ; Luri (Haute-Corse). Castellu di Motti ; Prato-di-Giovellina (Haute-Corse). Castellu di Serravalle ; Santa Maria Sicchè (Corse-du-Sud). Palazzu de Sampiero », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 256.

Référence électronique

Émilie Tomas, « Rogliano (Haute-Corse). San Colombanu ; Luri (Haute-Corse). Castellu di Motti ; Prato-di-Giovellina (Haute-Corse). Castellu di Serravalle ; Santa Maria Sicchè (Corse-du-Sud). Palazzu de Sampiero » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7074

Haut de page

Auteur

Émilie Tomas

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Émilie Tomas

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals