Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...V. – Installations artisanalesV. A1. – Céramique, terres cuites...Belgodère (Haute-Corse). Erbajolo

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
V. – Installations artisanales
V. A1. – Céramique, terres cuites, verrerie : opérations de terrain

Belgodère (Haute-Corse). Erbajolo

Responsable d’opération : Laurent Vidal
Notice rédigée avec Kewin Pêche-Quilichini et Freddy Thuillier
p. 269

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Texte intégral

1Au lieu-dit Erbajolo, un diagnostic, combinant une prospection pédestre, des tranchées mécanisées et des sondages manuels, ont permis d’étudier un four, en élévation partielle, et un ensemble de structures, sur une parcelle de 350 m2, liées à la production de terres cuites architecturales. Le four est implanté, à proximité d’une vaste occupation antique déjà signalée, sur le haut du versant sud d’un petit relief constitué d’orthogneiss œillés dominant d’une vingtaine de mètres les vallées coalescentes du Fiume di Regino et du ruisseau d’Erbaiola, à 800 m de la plage de Lozari située au nord.

2Le four a fait l’objet d’un lever photogrammétrique (réalisation M. Seguin, Inrap) et de deux sondages manuels. Il s’agit d’un édifice de plan rectangulaire dérasé et en partie encaissé. Les sondages manuels ont mis en évidence l’alandier et la fosse d’accès au sud, une porte d’enfournement à l’est et une partie de la chambre de chauffe. Cette dernière est constituée par un canal délimité par deux banquettes longeant la base des murs latéraux du four. Un paquet de six briques, reliquat du dernier chargement, est encore en place sur la banquette orientale. Il n’y a ni voûtains ni sole perforée : le canal de chauffe devait être recouvert par une voûte temporaire créée par l’agencement particulier de la partie inférieure de la charge comme dans les fours en meule. Le four est cependant conservé sur 2 m de hauteur depuis la base de la chambre de chauffe jusqu’au sommet dérasé du mur du laboratoire. Son comblement est assuré en grande partie par une couche de débris de tuiles, scellant les traces de la dernière cuisson. En dehors de quelques « moutons » de briques, de nombreux éléments de la production du four plus ou moins surcuits ont été recueillis : briques, tuiles canal et aussi, plus surprenant, des tuiles à rebord de type tegula. La production du four se distingue bien des terres cuites architecturales romaines, présentes aux abords de la structure, par une pâte micacée sableuse avec parfois de grosses inclusions.

3La surface du replat topographique s’étendant autour du four est marquée à l’ouest par une vaste excavation de 100 m2 et au SO par une fosse plus petite de 30 m2. Le premier creusement doit être interprété comme une carrière, exploitant le colmatage d’une des petites dépressions formées par les irrégularités du substratum métamorphique (observation O. Sivan Inrap). La partie supérieure du remplissage est formée d’argiles et de limons sableux gris foncé à structure prismatique et inclusions de gravillons, ce qui témoigne de la relative hydromorphie de la dépression et de son assèchement temporaire. La seconde excavation est un creux à fond plat de 8 m de long pour 4,40 m de largeur entamant, sur 0,85 m de profondeur totale, le terrain naturel jusqu’aux sables à matrice argileuse jaune rouille. Il est rempli sur 0,55 m d’épaisseur par une couche homogène d’argile sableuse brune, recelant de nombreux gros fragments de terres cuites architecturales, dont des éléments surcuits. Cette présence de l’argile et des artefacts invite à considérer cette fosse comme un élément de la chaîne de travail de l’argile : fosse de décantation, de mouillage ou de malaxage.

4Sur le plan cadastral de 1872, le four n’est pas identifié comme tel, à l’instar d’autres fours à briques en ruine de la commune. Une datation par radiocarbone de la dernière cuisson, montre qu’il a pu fonctionner entre 1680 et 1765 ou entre 1800 et 1872. La seconde période paraît plus probable, car la petite ville voisine d’Île-Rousse se développe à cette époque et les excavations marquent encore le paysage. Il s’agit de la première étude archéologique d’un d’un atelier de tuilier-briquetier en Corse.

Belgodère, Erbajolo, l’intérieur de la chambre de chauffe.

Belgodère, Erbajolo, l’intérieur de la chambre de chauffe.

Cl. L. Vidal

Haut de page

Table des illustrations

Titre Belgodère, Erbajolo, l’intérieur de la chambre de chauffe.
Crédits Cl. L. Vidal
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Vidal, Kewin Pêche-Quilichini et Freddy Thuillier, « Belgodère (Haute-Corse). Erbajolo »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 269.

Référence électronique

Laurent Vidal, Kewin Pêche-Quilichini et Freddy Thuillier, « Belgodère (Haute-Corse). Erbajolo » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7077 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7077

Haut de page

Auteurs

Laurent Vidal

Inrap

Articles du même auteur

Kewin Pêche-Quilichini

Articles du même auteur

Freddy Thuillier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurent Vidal

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search