Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
V. – Installations artisanales
V. A2. - Céramique, terres cuites, verrerie : prospections

Barbery (Calvados). Les tuileries (médiévales et modernes)

Responsable d’opération : Jean-Baptiste Vincent
p. 272

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Craham

Texte intégral

1La documentation écrite de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne relative au bâti dans la région de Caen mentionne régulièrement l’utilisation de la tuile de Barbery comme matériau de couverture. Au xvie s., dans ses Recherches et antiquités, Charles de Bourgueville signale ainsi « les tuileries de Barbery » comme une des activités importantes à proximité de Caen. On ignore pourtant presque tout de la chronologie de ces établissements, de la nature des productions, des modes de commercialisation et des prix, de l’étendue de la diffusion, de l’organisation de la production et de l’exploitation des matières premières, ou encore des considérations techniques et esthétiques qui amènent à choisir une couverture en tuile plutôt qu’en ardoise.

2Une enquête pluridisciplinaire, rassemblant historiens, archéologues, spécialistes du mobilier, archéomètres et géomorphologues issus de deux laboratoires de l’université de Caen (Craham-UMR 6273 et LETG Caen Géophen-UMR 6554), du service archéologie du département du Calvados et de l’Inrap a été mise en œuvre grâce au soutien du service régional de l’archéologie (Drac Normandie) et du département du Calvados. Elle prévoyait des prospections pédestres et magnétiques et des carottages dans les zones probables d’extraction de matières premières.

3à l’aide d’un magnétomètre équipé de cinq sondes, nous avons pu faire le relevé des susceptibilités magnétiques sur une surface d’environ 12 ha. Quoiqu’une seule tuilerie soit figurée en 1783 dans l’espace considéré – les conditions de terrain n’ayant pas permis d’aller prospecter à l’emplacement des deux autres tuileries représentées sur le plan – plusieurs anomalies ont été détectées, dont une dizaine seraient liées à la présence de structures de cuisson. De plus, d’autres anomalies de plus faibles intensités pourraient correspondre à des dépotoirs ou des structures archéologiques.

4Parmi les cinq carottages réalisés sous la supervision de Robert Davidson (LETG-Caen Géophen), deux ont été effectués de manière à identifier la nature d’une anomalie de faibles intensités dont l’origine pouvait être pédologique ou archéologique. Ils ont permis de qualifier cette anomalie : il s’agit d’une ancienne mare ayant servi de dépotoir, où l’on retrouve de très nombreux fragments de terres cuites architecturales. D’autres prélèvements dans des zones identifiées comme des lieux potentiels d’extractions de matières premières ont révélé différents types d’argile : des argiles jaunes et sableuses sur les hauteurs du vallon, tandis que l’on observe des argiles rouges très fines dans le petit bois, à proximité du douet de Corneville où de nombreux et profonds microreliefs sont visibles. Un carottage a d’ailleurs été réalisé à proximité du douet, dans la « Queue de l’Étang » selon la dénomination de 1783, les archives du xviie s. mentionnant les « fosses de la queue du petit vivier ». Là ont été observées des argiles rouges très fines et plastiques, très différentes de celles des secteurs plus élevés et plus éloignés du douet.

5Le ramassage de matériel réalisé dans les zones de concentration a permis d’observer, outre de très nombreuses tuiles aux couleurs (du jaune gris au rouge) et aux dimensions variables, présentant différents modes d’accrochage, des éléments de four, des briques et quelques fragments de pavé. Les zones de concentration de terres cuites architecturales en surface ne correspondraient pas toujours à des anomalies magnétiques. à l’œil nu, les différentes argiles paraissent correspondre aux différentes couleurs de terres cuites ramassées en surface. L’étude physico-chimique des différents prélèvements se poursuivra l’année prochaine par des analyses granulométriques, microscopiques et chimiques en collaboration avec le service archéologie du département et LETG-Géophen (Olivier Maquaire) complétée par une étude morphologique des terres cuites architecturales.

6Ces éléments ont confirmé les hypothèses de travail formulées. Une partie de ces anomalies sont situées dans des secteurs où les sources écrites des xviie et xviiie s. (dont l’étude doit être poursuivie) ne paraissent pas mentionner de tuileries, mais plutôt des fours abandonnés au cours du xvie s. Dans la première moitié du xviie s., on évoque ainsi « des vieulx fourneaulx desmolis » et, dès le xvie s., des lieux « ou soulloit avoir une tuillerie ». Ces indices incitent à poursuivre les recherches par l’ouverture d’un sondage archéologique visant à évaluer l’état de conservation des fours et à en préciser la datation par archéomagnétisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Vincent, « Barbery (Calvados). Les tuileries (médiévales et modernes) »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 272.

Référence électronique

Jean-Baptiste Vincent, « Barbery (Calvados). Les tuileries (médiévales et modernes) » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7087

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Vincent

Craham

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals