Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
V. – Installations artisanales
V. B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Joux (Rhône). La mine de Cella

Responsable d’opération : Gérald Bonnamour
p. 273

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014, 2015, 2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Arkemine

Texte intégral

1Les sondages réalisés en 2016 contribuent encore une fois à améliorer les connaissances sur l’architecture des travaux miniers du réseau « ancien » de la mine de Cella à Joux, notamment dans la zone d’exploitation du filon. Il est aujourd’hui confirmé que ce dernier a été exploité sur une profondeur indéterminée, puisqu’il est en partie remblayé, à partir de plusieurs niveaux de galeries superposées percées dans l’axe du filon. Par ailleurs, les sondages et études contribuent une nouvelle fois à modéliser et restituer les gestes d’abattage de la roche à l’aide de la pointerolle dans la mine.

2Entre 2015 et 2016, c’est une dizaine d’éléments associés à la voie de roulage en bois découverte en 2014 et 2015, presque intégralement fabriquée en chêne, qui a été analysé par dendrochronologie (Archéolabs). L’intégralité des échantillons analysés démontre que l’abattage des bois a eu lieu durant l’hiver 1473-1474 et qu’ils ont immédiatement été façonnés, ajustés et mis en place dans la mine.

3Un ensemble de fragments de fer retrouvé lors du sondage réalisé en 2014 au niveau du porche d’accès, nettoyé et stabilisé, démontre l’utilisation d’une tôle courbée et fermée, sorte de cerclage en fer large d’environ 3,3 cm et d’un diamètre d’une quinzaine de centimètres. Il s’agit probablement des restes d’une roue d’un chariot utilisé dans la mine médiévale de Cella au xve s. En effet, les représentations et les descriptions datant notamment du xvie s. démontrent que les chariots possédaient des petites roues pleines en bois, parfois cerclées de fer.

4La campagne de sondage de 2016 clôt les interventions réalisées dans la mine de Cella depuis 2013. Les sondages effectués depuis 2014 apportent aujourd’hui de nombreuses informations qui permettent de mieux contextualiser l’exploitation de l’argent extrait de cette mine. Les recherches sur Joux sont une fenêtre ouverte sur les mines exploitées au Moyen Âge en Lyonnais et Beaujolais, autant sur les aspects humains et purement techniques que sur l’occupation du territoire. Elles montrent tout l’intérêt d’étudier les mines modestes, satellites des grandes exploitations minières du Lyonnais et du Beaujolais que sont celles de Chessy (69), Chevinay (69) ou de Brussieu (69).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Bonnamour, « Joux (Rhône). La mine de Cella », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 273.

Référence électronique

Gérald Bonnamour, « Joux (Rhône). La mine de Cella » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7091

Haut de page

Auteur

Gérald Bonnamour

Arkemine

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gérald Bonnamour

Arkemine

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals