Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
V. – Installations artisanales
V. B2. – Carrières, mines et métallurgie : prospections

Villemagne l’Argentière, Le Pradal, Taussac-la-Billière, La Tour-sur-Orb, Camplong (Hérault). Villemagne l’Argentière

Responsable d’opération : Nicolas Minvielle Larousse
p. 275-276

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : université Aix-Marseille

Texte intégral

1Les prospections effectuées sur les gisements argentifères de Villemagne s’inscrivent dans une recherche universitaire portant sur les exploitations polymétalliques médiévales de la bordure méridionale du Massif central. D’amples travaux médiévaux y sont attestés a minima au cours des xiie et xiiie s. La richesse du corpus textuel favorise notre perception des travaux et nous indique que la totalité du processus de production se concentrait dans cet espace : extraction, minéralurgie, métallurgie, commercialisation.

2La campagne 2016 s’est focalisée sur une étendue de terrain réduite, chaînée aux mentions médiévales et précisée par la carte géologique. Dans ce cadre, nous avons inventorié 31 entités archéologiques, dont 20 inconnues. Les vestiges reconnus sont tous des ouvrages miniers : galeries de recherches, chantiers d’exploitation, ouvrages d’assistance (galeries en travers-banc, puits). Aucun atelier ou aire de traitement du minerai n’ont été observés.

3L’analyse du corpus montre que les anciens avaient développé une approche raisonnée et systématique du terrain. L’extraction était intensive dans un triangle Planals/Cammal/Roire. Les côtés occidental et oriental du triangle ont fait l’objet de prospections systématiques et de travaux aussi étendus que possible. L’espace métallifère induit par les textes se confirme donc et nous constatons ici la forte corrélation entre les travaux anciens et les mentions médiévales. Au nord, les travaux de Boussagues sont moins nombreux, mais se supposent au moins sur une section de la faille Lamalou/Boussagues. S’agissant du traitement du minerai, aucune donnée archéologique significative n’est pour le moment connue. À bien considérer l’ampleur des chantiers d’exploitation et la répartition des pôles de peuplement, peu ou prou identiques à nos jours, il est probable que l’essentiel du traitement du minerai se déroulait dans les villages et hameaux sans générer de quartiers indépendants.

4Si les prospections ne permettent pas de préciser la chronologie des exploitations, au-delà de la traditionnelle partition entre travaux anciens et travaux modernes (la séparation s’effectue au cours des xviie et xviiie s.), le corpus textuel nous propose quelques lignes de force. Les entreprises polymétalliques de Villemagne/Boussagues connaissent en effet une longue phase de croissance depuis la moitié du xiie s. au plus tard, jusqu’en 1233. Entre cette date et 1268, elles régressent pour s’arrêter à la fin du xiiie s. La période la plus intense paraît se situer à la moitié du xiie s. Elle se prolonge jusqu’au milieu du xiiie s. environ et s’estompe au cours de la première moitié du xive s. Cette durée d’exploitation, plutôt brève, est au fond cohérente avec les petits gisements dispersés sur les accidents géologiques et le faible nombre de gisements étendus. Il faudra néanmoins vérifier ces hypothèses en multipliant les sondages et les datations archéologiques.

Villemagne l’Argentière, entrée d’un chantier d’exploitation percé par le feu (Planals-02).

Villemagne l’Argentière, entrée d’un chantier d’exploitation percé par le feu (Planals-02).
Haut de page

Table des illustrations

Titre Villemagne l’Argentière, entrée d’un chantier d’exploitation percé par le feu (Planals-02).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7104/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Minvielle Larousse, « Villemagne l’Argentière, Le Pradal, Taussac-la-Billière, La Tour-sur-Orb, Camplong (Hérault). Villemagne l’Argentière », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 275-276.

Référence électronique

Nicolas Minvielle Larousse, « Villemagne l’Argentière, Le Pradal, Taussac-la-Billière, La Tour-sur-Orb, Camplong (Hérault). Villemagne l’Argentière » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7104

Haut de page

Auteur

Nicolas Minvielle Larousse

université Aix-Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Minvielle Larousse

université Aix-Marseille

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals