Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...V. – Installations artisanalesV. B3. – Carrières, mines et méta...Puy-de-Dôme. Le trachyte en Auver...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
V. – Installations artisanales
V. B3. – Carrières, mines et métallurgie : projets collectifs de recherche

Puy-de-Dôme. Le trachyte en Auvergne : exploitation, utilisation et diffusion de l’Antiquité à l’Époque moderne

Responsables d'opération : Pierre Boivin, Bertrand Dousteyssier et Didier Miallier
p. 276

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : université Clermont-Auvergne

Texte intégral

1Le programme collectif de recherche « Le trachyte en Auvergne : exploitation, utilisation et diffusion de l’Antiquité à l’époque moderne », coordonné par Pierre Boivin, Bertrand Dousteyssier et Didier Miallier, a été validé pour 3 ans (2016-2018). Ce programme est pluridisciplinaire : il associe des archéologues, des archéologues du bâti, des géologues, un tailleur de pierre, des ingénieurs en instrumentation scientifique et des membres du groupe de spéléologie d’Auvergne. Ensemble, nous travaillons sur une roche volcanique bien représentée dans le département du Puy-de-Dôme, à savoir le trachyte, sur son exploitation, sur ses utilisations et la diffusion des produits manufacturés depuis l’Antiquité. Ce PCR se place dans la continuité de plusieurs années de travail sur cette thématique ; il permet de formaliser les choses et offre un cadre de travail reconnu par toutes les structures participantes (CNRS, universités, Inrap, MCC, association).

2Sept volcans de la chaîne des Puys sont trachytiques : le Puy Chopine, le Puy-de-Dôme, le Grand Sarcoui, le Kilian, le Vasset, le Cliersou, l’Aumône (également appelé Petit Suchet). Les laves trachytiques de la chaîne des Puys – connues localement par les archéologues sous le nom de « domite » – sont grises (avec des variantes du blanc au gris foncé). Elles ont une faible densité, une faible résistance à la compression et certaines d’entre elles sont sensibles au gel. Aucun affleurement massif de lave n’a jamais été observé sur le volcan Vasset, de sorte que seuls six des sept volcans cités peuvent avoir été exploités pour leur trachyte massif. Un protocole d’analyses permet de discriminer les trachytes du Kilian, du Sarcoui, du Chopine et du Puy-de-Dôme, les trachytes de l’Aumône et du Cliersou n’étant pas distinguables avec les méthodes mises en œuvre. Des carrières, très bien conservées, sont actuellement connues pour les volcans Kilian, Aumône, Cliersou et Sarcoui.

3Les trachytes ont été utilisés :

  • pour la construction d’édifices gallo-romains, comme le temple dit de Mercure situé au sommet du Puy-de-Dôme (grand et petit appareil). À l’époque médiévale, cette pierre a été largement mise en œuvre pour la construction de l’église de Montfermy, de Laschamps et l’abbatiale de Mozac. À l’époque moderne, le trachyte est présent dans de nombreuses granges, étables et maisons dans des hameaux et villages de la chaîne des Puys. Dans la plupart des cas, l’emploi du trachyte est limité aux encadrements des ouvertures et aux chaînages d’angle ;
  • pour la réalisation de sculptures, d’inscriptions et de coffres funéraires à l’époque gallo-romaine, de chapiteaux au Moyen Âge ;
  • pour la réalisation de sarcophages à l’époque mérovingienne.

4Plusieurs dizaines de sarcophages médiévaux en trachyte ont été découverts dans les départements du Puy-de-Dôme, de l’Allier, de la Creuse ou de la Haute-Loire. Les fouilles d’Olby (S. Gaime), de Brioude (F. Gauthier), de Saint-Hilaire (J. Roger) permettent de proposer une chronologie relativement fine et de voir la concomitance de l’utilisation de sarcophages en différents matériaux. Ces sarcophages sont traditionnellement datés de l’époque mérovingienne.

5Le PCR a pour ambition de répondre – ou tenter de répondre – à un certain nombre de questions :

  • quelles sont les stratégies d’ouvertures des carrières et quel est le phasage précis des périodes d’extraction ? Un sondage a été mené en 2016 dans une carrière du Sarcoui (infra, G. Martin).
  • Quelle est l’importance de l’utilisation de cette pierre (sur la diachronie) et avec quelles autres roches rentre-t-elle en concurrence et pourquoi ?
  • Quelles sont les aires (sur la diachronie) de diffusion des produits réalisés dans le trachyte de chaque volcan et y a-t-il spécialisation ? Une prospection a été lancée sur plusieurs départements du Massif Central ; on perçoit désormais que l’exportation de sarcophages mérovingiens s’effectue jusqu’à 100 km de la carrière d’origine.
  • Peut-on considérer le trachyte comme un nouveau marqueur chronologique en Auvergne, en fonction du volcan d’origine ? Les batteries d’analyses lancées sur des objets bien datés devraient permettre de répondre à cette question.
  • Peut-on découvrir ou pressentir de nouvelles nécropoles mérovingiennes en Auvergne grâce à la cartographie fine des sarcophages en trachytes (sarcophages entiers ou fragments remployés notamment dans la construction d’églises romanes) ? Cette première année du programme permet déjà de répondre par l’affirmative.
  • Les zones de carrières sont-elles décelables grâce à une approche topographique fine des formes héritées (extraction, déblais, transport) ? L’année 2016 a vu l’achèvement du dernier levé Lidar, sur le volcan Chopine, dont on sait, grâce aux analyses, que le trachyte a été exploité au Moyen Âge, sans qu’aucune zone d’extraction n’ait été jusque-là découverte.

6L’exploitation de l’ensemble des levés se poursuit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Boivin, Bertrand Dousteyssier et Didier Miallier, « Puy-de-Dôme. Le trachyte en Auvergne : exploitation, utilisation et diffusion de l’Antiquité à l’Époque moderne »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 276.

Référence électronique

Pierre Boivin, Bertrand Dousteyssier, Didier Miallier, « Puy-de-Dôme. Le trachyte en Auvergne : exploitation, utilisation et diffusion de l’Antiquité à l’Époque moderne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7108 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7108

Haut de page

Auteurs

Pierre Boivin

université Clermont-Auvergne

Bertrand Dousteyssier

université Clermont-Auvergne

Didier Miallier

université Clermont-Auvergne

Haut de page

Responsables d'opération

Pierre Boivin

université Clermont-Auvergne

Bertrand Dousteyssier

université Clermont-Auvergne

Didier Miallier

université Clermont-Auvergne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search