Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
V. – Installations artisanales
V. B3. – Carrières, mines et métallurgie : projets collectifs de recherche

Sainte-Marie-aux-Mines, Wegsheid, Sewen (Haut-Rhin). Mines et métallurgie des métaux non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xviie s.

Responsable d’opération : Bernard Bohly, Patrick Clerc, Pierre Fluck et Joseph Gauthier
p. 276-278

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Texte intégral

1Le projet collectif de recherche Mines et métallurgie des métaux non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xviie s. regroupe différentes actions (prospections, sondages et fouilles) qui s’inscrivent dans une volonté de comprendre l’évolution des savoir-faire et l’organisation socio-économique de la production d’argent, de cuivre et de plomb sur une période de neuf siècles. En 2016, deux secteurs ont été investigués. Au nord des Vosges moldanubiennes, le massif de l’Altenberg, à Sainte-Marie-aux-Mines, fait l’objet de plusieurs opérations dirigées par Joseph Gauthier (carreau Sainte-Barbe ; mine Giro), Pierre Fluck (cité ouvrière de Fouchelle ; quartier Berg Armo) et Patrick Clerc (mine Patris). À ces opérations ponctuelles s’ajoute un travail de topographie générale du vallon Saint-Philippe mené par Joseph Gauthier, dont le but est de géoréférencer en RGF93 l’ensemble des sites en cours de fouille. Sur la bordure méridionale des Vosges, Bernard Bohly a concentré ses opérations sur la haute vallée de la Doller, dans les secteurs de Sewen (mines Leimkritter ; mines Enzengesick) et de Wegscheid (mine Reichenberg ; mine Saint-Jacques ; mine Fürstenbau). C’est donc la phase d’extraction qui est actuellement la plus étudiée en nombre de sites. Au-delà de l’étude des techniques d’abattage et des dynamiques d’exploitation, c’est elle qui est la plus à même de poser les bases de la chronogéographie des exploitations. Le carreau Sainte-Barbe aborde l’étape de la préparation des minerais au xve s., alors que les sites Fouchelle et Berg Armo ouvrent le regard sur les conditions de vie des mineurs aux xvie-xviie s.

2À quelques dizaines de mètres l’une de l’autre, exploitant deux branches proches du faisceau filonien de l’Altenberg (galère argentifère majoritaire, présence de cuivre gris), les mines Patris et Giro soulèvent des questionnements divers. La mine Patris illustre l’époque des premiers travers-bancs du secteur, ces galeries horizontales permettant d’atteindre le filon tout en en assurant l’exhaure. Datée en 2007 de la première moitié du xie s., elle fait l’objet d’une fouille programmée depuis 2014. Ce travail a permis de démontrer le caractère productif de cette mine supposée stérile. La fouille a atteint en 2016 la zone d’extraction sur filon. La mine Giro, quant à elle, n’a été rouverte qu’en 2015, donnant accès à un réseau souterrain sur deux niveaux (0 et -19 m) parmi les plus importants de l’Altenberg (environ 200 m de développement explorés). La majeure partie des travaux date de la période moderne, très certainement du xvie s. Le travers-banc d’accès, de taille impressionnante au porche (2,75 m de hauteur), voit son plafond s’abaisser avec le franchissement de deux bancs de roche plus dure, contre lesquels la technique de l’abattage au feu a pu être utilisée. La galerie donne accès à une salle dont les parois de gneiss conservent la marque des coups de pointerolle de manière remarquable. Dans cette salle s’ouvre un puits descendant qui a été boisé et équipé d’un treuil afin de décombrer à sa base le passage dans le niveau inférieur. Au-delà de la salle, le travers-banc se poursuit et rencontre des travaux qui pourraient être médiévaux. La fouille de cette partie nous renseignera sur le phasage chronologique du site, quand l’accès facilité à l’ensemble du réseau permettra de mener une étude structurale du filon, la gitologie de l’Altenberg étant encore assez mal connue.

3À Sewen, deux secteurs miniers ont fait l’objet d’une topographie de surface : Enzengesick et Leimkritter. Le premier comprend un réseau sur trois niveaux dont l’un avait été daté en 2015 de la première moitié du xve s. L’ensemble a été entièrement fouillé. L’étude de la géométrie et des techniques de percement laisse entendre que les trois niveaux sont contemporains. À Leimkritter comme sur la plupart des sites de la vallée, deux filons ont fait l’objet d’une reprise par Joseph Vogt vers 1900. La cartographie de surface et la fouille d’une petite galerie et d’un chantier au jour ont néanmoins montré que l’attaque du gisement est antérieure. Des traces de creusement au feu ont été détectées à plusieurs endroits et des encoches de poutres taillées à la pointerolle témoignent de travaux anciens qui devraient être datés en 2017. L’activité dans ce secteur, précieuse pour son témoignage chronologique et technique, reste de faible ampleur sur le plan économique, ne consistant qu’en des travaux de recherche pour le cuivre.

4Au contraire, les exploitations du vallon du Soultzbach, à Wegscheid, comptent parmi les plus importantes de la vallée. En témoigne en premier lieu la mine Reichenberg, exploitée aux xve et xvie s. (Cu, Pb, Ag). Renseignée, comme les autres mines du district, par un rapport de visite de 1527, elle connaît un moment de reprise dans les années 1560-1570, comme l’ont montré deux analyses dendrochronologiques réalisées en 2016. Le creusement est effectué sur filon dès l’entrée de la mine. La galerie a été fouillée sur 20 m, du porche à un puits descendant. Un caniveau taillé avec beaucoup de soin dans le sol du niveau de circulation, couvert à l’origine par un plancher, contenait les restes de gouttières monoxyles. En amont, au sommet du puits intérieur, ce caniveau débutait sous un espace de travail dont l’étude a révélé qu’il servait au fonctionnement d’une pompe à bras. En aval, à l’ouverture de la tranchée d’entrée, il aboutit au sommet d’un dépilage creusé sur l’axe du filon. Entre le porche et le puits, de nombreuses encoches de poutre et saignées courant le long des parois indiquent plusieurs phases d’aménagement du couloir d’entrée et de multiples efforts visant à dévier les infiltrations d’eau superficielles. Sur le carreau de la mine, une forge du xvie s. a été découverte sans avoir fait pour le moment l’objet d’une fouille. Aux environs immédiats de la mine Reichenberg, deux autres galeries ont été étudiées. La mine Saint-Jacques est une amorce de galerie de quelques mètres, bien datée du premier quart du xvie s., qui pose un jalon intéressant dans l’étude de la typologie des galeries. La mine Fürstenbau n’a pas dépassé le stade de la recherche, avec 32 m de développement, dont un tiers en Sitzort (galerie d’une hauteur moyenne de 1,40 m), seule la moitié supérieure de la galerie a été creusée. Elle représente cependant une source remarquable pour l’étude des techniques de percement. Il s’agit d’un instantané saisissant et bien daté par les archives du travail d’un ouvrier. L’observation des déblais qu’il a laissés derrière lui montre un travail en deux temps : la définition du contour de la galerie par deux saignées latérales à la pointerolle (accumulation d’éclats fins et souvent lamellaires à la base du Sitzort) ; puis, dans la partie centrale, compte tenu de la nature très faillée de la roche, il arrachait de gros blocs à la pointerolle et au coin. La galerie présente également des traces d’abattage au feu et un puits d’aérage sans faux plafond.

5Au sortir de la mine, le minerai subit une étape d’enrichissement physique, que l’on appelle minéralurgie ou préparation du minerai, et qui précède le processus chimique qu’est la métallurgie (au terme de laquelle on obtient le métal). Depuis 2013, le carreau Sainte-Barbe à Sainte-Marie-aux-Mines livre le témoignage matériel de deux ateliers successifs datés du xve s. Dans la première moitié du siècle, le traitement se fait manuellement et à sec, sur une plate-forme faite de résidus sableux dont la mise en place volontaire a pu être mise en évidence en 2016. L’étude stratigraphique de la base de l’atelier de concassage fait soupçonner la pratique du lavage de minerai broyé avant le xve s. Cette hypothèse ne suffit cependant pas à remettre en cause le passage attesté, vers le milieu du siècle, à un enrichissement par voie humide jouant sur la densité des matériaux. Seules deux grandes fosses de décantation comblées par des résidus de lavage en témoignent, les structures de traitement n’ayant pas encore été découvertes. L’étude micromorphologique de prélèvements effectués dans les lits de décantation a été réalisée sur lames minces. Elle montre notamment l’apport intermittent de sédiments dans les fosses, ce qui alimente la réflexion sur l’organisation générale du travail sur le carreau. En amont de cet atelier, sur le plateau principal de la halde dont la microtopographie a été poursuivie, des sondages ont été implantés grâce aux données de la prospection géophysique menée en 2015 et d’un sondage effectué en 2012 qui avait révélé un important amas de scories datées des xie-xiie s. Une épaisse couche de colluvions (1,50 à 1,80 m) recouvre un niveau xvie qui a juste été atteint, sans que les sources des anomalies magnétiques n’aient pu être découvertes.

6Enfin, deux sites à Sainte-Marie témoignent des conditions de vie des mineurs des xvie et xviie s. Au lieu-dit Fouchelle, en sortie du vallon Saint-Philippe, une véritable cité ouvrière est fouillée depuis 2014. L’ensemble F2B a été fouillé en 2016. Il comprend deux unités d’habitation accolées, construites en bande allongée au bord d’un sentier. Chaque cellule dispose de pièces de tailles sensiblement égales, agencées de manière standardisée, à savoir équipées d’un poêle en céramique et d’un foyer domestique. Ces deux éléments sont séparés par un mur puissant percé par un soupirail qui permet, depuis le foyer, d’alimenter en bois le poêle. La cuisine est, dans les deux cas, plus étroite que la pièce à vivre. La présence fréquente de blocs de résidus de fonderie (Speiss) évoque la profession exercée par les habitants. On peut leur trouver une application domestique dans leur propriété de rétention thermique. Mentionnons également la découverte de mobilier révélateur d’une occupation familiale, tel qu’un dé à jouer et un dé à coudre. Deux particularités touchent l’organisation et l’équipement de cet ensemble F2B. La première cellule possède un four domestique voûté en brique, intégré dans la masse du mur de fond de la pièce à vivre, contre la montagne. La deuxième comprend une troisième pièce, plus petite, et une cuisine légèrement plus grande. Compte tenu de la distribution de l’espace en cellules de deux ou trois pièces, le site F2B constitue une exception par rapport aux sites F5 et F6 où l’habitat était sous forme de cellules uniques, mais disposant de la même surface utile et de structures équivalentes. À l’extrémité opposée du vallon, dans les hauteurs de l’Altenberg, le quartier Berg Armo allie habitat et zone de préparation du minerai du xvie s. Sur l’atelier d’enrichissement, la fouille 2016 a mis au jour un bac en bois rempli de sédiments de lavage. À quelques mètres de distance, les environs des deux maisons fouillées lors des campagnes précédentes ont été sondés à la recherche d’activités artisanales de type forge, sans atteindre de structures en place.

7L’ensemble de ces opérations permet de comprendre les dynamiques d’exploitation au niveau local, et de dresser des comparaisons à l’échelle régionale. On notera la concomitance remarquée dans plusieurs cas des techniques d’abattage à l’outil et au feu, cette dernière pratique étant jusque-là peu renseignée dans les Vosges. Cet exemple montre combien les techniques minières, minéralurgiques et métallurgiques médiévales restent peu connues à ce jour. Cet état de fait vaut autant pour les Vosges que pour la plupart des districts miniers européens. Les sites étudiés dans le cadre de ce PCR démontrent le riche potentiel du massif vosgien pour faire avancer les problématiques techniques, sociales, mais aussi environnementales liées au passé minier. 2016 a en effet été l’année de soutenance de la thèse d’Anne-Lise Mariet, au laboratoire Chrono-environnement (UMR 6249, partenaire du PCR depuis 2012), dont le travail a porté en grande partie sur l’impact environnemental de l’activité minière passée dans le district de Sainte-Marie-aux-Mines.

8Les résultats de cette campagne viennent bien évidemment enrichir ceux des campagnes précédentes, et c’est une vision globale de l’activité minière dans les Vosges alsaciennes qui se construit d’année en année. Partie intégrante du projet INTERREG Regio mineralia – Aux origines de la culture industrielle dans le Rhin supérieur : les ressources minérales porté par le Cresat, qui a débuté au 1er septembre 2016, le PCR Mines et métallurgie des métaux non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xviie s. va désormais pouvoir bénéficier d’une vision transfrontalière, en partageant problématiques et résultats avec les archéologues miniers de Baden-Württemberg et de Rheinland-Pfalz. C’est également dans ce cadre européen qu’est prévu l’aménagement de la mine Reichenberg à Wegscheid et de l’ensemble F2B de la Fouchelle à Sainte-Marie-aux-Mines dans un but de valorisation auprès du grand public des résultats de la recherche scientifique.

9Le PCR Mines et métallurgie des métaux non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xviie s. est majoritairement financé par le Service régional de l’archéologie d’Alsace. Il est porté sur les plans administratif et logistique par l’Asepam (Association Spéléologique pour l’Étude et la Protection des Anciennes Mines) à Sainte-Marie-aux-Mines et le groupe archéologique les Trolls à Soultz. Outre les responsables d’opérations, plusieurs chercheurs concourent aux différentes études menées. La prospection géophysique est dirigée par Nicolas Florsch (Ummisco UMI 209), l’étude micromorphologique assurée par Anne Gebhardt (Inrap-Live UMR 7362) et les observations pétrographiques conduites par Estelle Camizuli (Edytem UMR 5204). La céramique de poêle fait l’objet de la thèse de Delphine Bauer (Cresat EA 3436). Jean-François Bouvier (Asepam) et Daniel Rudler (Maison de la Géologie) contribuent à la direction de secteurs et à la rédaction des rapports.

Wegscheid, mine Fürstenbau, plafond de la galerie, la succession des failles est marquée tous les 25 à 35 cm.

Wegscheid, mine Fürstenbau, plafond de la galerie, la succession des failles est marquée tous les 25 à 35 cm.

Cl. B. Bohly

Haut de page

Table des illustrations

Titre Wegscheid, mine Fürstenbau, plafond de la galerie, la succession des failles est marquée tous les 25 à 35 cm.
Crédits Cl. B. Bohly
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bohly, Patrick Clerc, Pierre Fluck et Joseph Gauthier, « Sainte-Marie-aux-Mines, Wegsheid, Sewen (Haut-Rhin). Mines et métallurgie des métaux non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xviie s. », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 276-278.

Référence électronique

Bernard Bohly, Patrick Clerc, Pierre Fluck, Joseph Gauthier, « Sainte-Marie-aux-Mines, Wegsheid, Sewen (Haut-Rhin). Mines et métallurgie des métaux non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xviie s. » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7115

Haut de page

Auteurs

Bernard Bohly

Articles du même auteur

Patrick Clerc

Articles du même auteur

Pierre Fluck

Articles du même auteur

Joseph Gauthier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Bernard Bohly

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Patrick Clerc

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Pierre Fluck

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Joseph Gauthier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals