Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
V. – Installations artisanales
V. C1. – Autres installations artisanales : opérations de terrain

Châteaubleau (Seine-et-Marne). Centre-bourg/Parcelle A 324

Responsable d’opération : Fabien Pilon
p. 279-280

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Texte intégral

1La fouille programmée pluriannuelle « Châteaubleau (77)/Quartiers gallo-romains – Parcelles A297/306/307/324, ZA91/103 (2016-2018) » vise à recueillir les principales informations manquantes sur l’habitat civil gallo-romain à Châteaubleau. Ces lacunes sont de natures très diverses et concernent aussi bien la topographie, la chronologie, que les fonctionnalités de ces espaces. Afin de les combler, quatre zones de fouille ont été définies au niveau des quartiers sud, NO et NE de l’agglomération antique.

2Les recherches conduites en 2016 au sud du quartier NO (parcelle A324) ont mis en évidence la présence d’une zone cultuelle avec deux états de fonctionnement. Le premier (ca 2e quart ier s. apr. J.-C.- iie s.) comprend au moins un fanum en pans de bois et torchis, peut-être décoré d’enduits peints. Son péribole est composé de fossés dans un premier temps, avant d’évoluer. Une palissade fait suite au fossé ouest à la fin du ier s. Ces structures, isolées de l’ensemble cultuel central ayant fonctionné du iie au ives. apr. J.-C., pourraient appartenir à un état antérieur de celui-ci, aménagé plus à l’ouest, à proximité de la voie romaine. À la fin du iie s. ou au début du suivant, un nouveau fanum est construit en opus vittatum. Ce temple est doté d’un porche oriental auquel donne accès un empierrement aménagé sur un niveau antérieur de même type. Une rue orientée N-S – déjà fouillée plus au nord – borde alors le mur de galerie ouest du temple qui tient lieu, de facto, de péribole. Une configuration de même type est envisagée en bordure nord du monument. Enfin, une clôture de pieux complète le dispositif de péribole à l’est. L’isolement du fanum par rapport à l’ensemble cultuel central et à sa double galerie de péribole, dont il est éloigné d’environ 60 m, de même que son positionnement en limite méridionale du quartier NO, coincé entre deux rues au moins, plaident pour un fanum de quartier qui pourrait aussi témoigner de l’emplacement du sanctuaire primitif. Le fonctionnement de ce temple ne semble pas dépasser la fin du iiie s. et son abandon ne fait place à aucune autre construction.

3Dans le courant du xe s. (datation fournie par deux analyses au 14C de charbons de bois issus de la dernière chauffe), un four à chaux est implanté dans les vestiges du fanum. Ce four est doté d’une chambre de chauffe à peu près rectangulaire mesurant 5,50 m en E-O et 4,70 m en N-S, pour une profondeur de creusement maximale de 1,40 m. Aucun aménagement de pierres ou de terres cuites architecturales (tuiles, briques) n’a été employé pour structurer ses parois. Ces dernières sont cuites de manière relativement homogène sur tout le pourtour du creusement. Si la face méridionale s’appuie sur les fondations du mur sud de galerie, on ne retrouve aucun parement sur les trois autres faces, ce dont témoigne leur paroi rubéfiée. L’enlèvement des fondations du mur sud de la cella montre que les artisans n’en avaient nul besoin. Au fond du four, des pierres meulières ont été déposées et forment une sorte de pavement. Un canal, creusé lui aussi dans les niveaux d’occupation et d’aménagement des temples, puis dans les limons des plateaux sous-jacents, permettait d’accéder au fond du four à partir de son angle NE. Il est long de 2,5 m et large de 0,5 m à 1 m. Le chargement de chaux et de pierres partiellement cuites a été retrouvé en place, scellant le fond du four et les parties basses des parois recouverts d’une couche de cendres et de charbons de bois. Plusieurs négatifs de pièces de bois carbonisées, dont l’écorce a été pétrifiée par la chaux, sont les autres témoins organiques de la dernière chauffe. L’étude anthracologique montre que huit bûches sont en hêtre et une en chêne. Les charbons de bois prélevés à l’entrée du four attestent de la présence du noisetier et de l’érable champêtre, sous forme de petites branches. L’hypothèse d’une structure servant à des cuissons à courte flamme « en aire ouverte » semble devoir être privilégiée. Mais les cas de comparaison sont trop rares pour conclure.

4Il s’agit du troisième four à chaux fouillé à Châteaubleau. Les deux premiers ont été mis au jour dans les vestiges du théâtre gallo-romain et ont fonctionné, pour l’un, entre le dernier quart du ive s. et le premier quart du ve s., et pour l’autre entre la seconde moitié du xve s. et le courant du xvie s.

Châteaubleau, four à chaux médiéval F06 en cours de fouille, avec son chargement de chaux et de pierres partiellement cuites encore en place.

Châteaubleau, four à chaux médiéval F06 en cours de fouille, avec son chargement de chaux et de pierres partiellement cuites encore en place.

Cl. Association La Riobé

Haut de page

Table des illustrations

Titre Châteaubleau, four à chaux médiéval F06 en cours de fouille, avec son chargement de chaux et de pierres partiellement cuites encore en place.
Crédits Cl. Association La Riobé
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabien Pilon, « Châteaubleau (Seine-et-Marne). Centre-bourg/Parcelle A 324 », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 279-280.

Référence électronique

Fabien Pilon, « Châteaubleau (Seine-et-Marne). Centre-bourg/Parcelle A 324 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7126

Haut de page

Responsable d’opération

Fabien Pilon

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals