Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
V. – Installations artisanales
V. C1. – Autres installations artisanales : opérations de terrain

Gruissan (Aude). Saint-Martin-le-Bas

Responsable d’opération : Guillaume Duperron
Notice rédigée avec Fabrice Bigot, Aline Doniga, Maxime Scrinzi et Christophe Vaschalde
p. 280-281

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Archimède

Texte intégral

1L’établissement littoral de Saint-Martin-le-Bas à Gruissan (Aude) fait l’objet depuis 2011, dans le cadre du PCR « Les ports antiques de Narbonne » (dir. C. Sanchez, UMR 5140), d’une fouille programmée se développant sur environ 2 500 m2. Le site est tout d’abord occupé de l’époque tardo-républicaine à la fin de l’Antiquité, puis connaît une nouvelle occupation durant le Moyen Âge central. La campagne 2016 a apporté de nombreuses données sur cette phase médiévale, dont l’extension semble importante dans la mesure où, en dépit des importantes destructions provoquées par les travaux agricoles récents, des vestiges de cette période ont été identifiés dans plusieurs parties du site.

2Au nord tout d’abord, un four à chaux à gueule basse est exceptionnellement bien conservé sur 2,20 m de hauteur. Il présente un plan subcirculaire de 3,40 m de diamètre et est associé à une vaste fosse de travail de plus de 5 m de longueur. De nombreuses observations ont permis de restituer les gestes des chaufourniers et les outils utilisés lors de la création du four, mais aussi lors de la cuisson et même du défournement. En effet, un mauvais déroulement de la dernière cuisson a entraîné la conservation partielle de la dernière charge de pierres à chaux, ce qui a permis de caractériser la matière première utilisée et d’étudier son agencement au sein du four. En outre, une partie importante de la chaux produite a été abandonnée sur place. Le volume de production de chaque cuisson est évalué à 13 m3 de chaux vive, soit environ 10 tonnes. Si le mobilier céramique, peu abondant et mal conservé, découvert dans les comblements de la fosse de travail suggérait une datation au cours des ve- vie s., les analyses de laboratoire (14C et archéomagnétisme) ont permis de dater formellement le fonctionnement de cette installation artisanale au cours des xie- xiie s.

3À la même époque, trois silos de grandes dimensions, réutilisés comme dépotoirs, sont présents dans la partie centrale du site. Enfin, à une cinquantaine de mètres au sud, à proximité immédiate du littoral de la lagune, des vestiges particulièrement bien conservés de l’occupation médiévale ont été mis au jour sur environ 200 m2. Ils consistent en une série de foyers, certainement à vocation culinaire, parfois partiellement superposés, associés à des niveaux de fonctionnement très cendreux. Plusieurs zones de dépotoirs ont également été reconnues et l’un d’entre eux a été partiellement fouillé. Trois états ont été identifiés au sein de cette phase, ce qui témoigne d’une occupation longue. Une série d’analyses 14C sur ces différents contextes, associées à des datations par archéomagnétisme sur les chapes d’argile des foyers, indique que cette occupation se développe principalement au cours des xie et xiie s. La fouille des dépotoirs a livré des ensembles céramiques conséquents qui contribueront à mieux caractériser le faciès matériel de cette période en Languedoc occidental. De riches données paléoenvironnementales ont également été récoltées. L’étude anthracologique (C. Vaschalde) semble témoigner de l’existence, à cette époque, d’une végétation arbustive qui prend probablement la forme d’une brousse thermophile. Les restes carpologiques (étude J. Ros), ichtyologiques (G. Piquès), malacologiques et fauniques (C. Mureau), en cours d’étude, sont également abondants.

4Ainsi, ces premières données sur l’occupation médiévale du site de Saint-Martin semblent témoigner du réinvestissement de la zone littorale narbonnaise à partir du xie s., au moment même où est édifié, à moins de 5 km de là, le château de Gruissan. L’extension de la fouille dans la zone sud lors des prochaines campagnes permettra d’appréhender plus largement l’organisation des vestiges médiévaux et d’apporter des précisions sur la nature de cette occupation.

Gruissan, vue aérienne du four à chaux et de sa fosse de travail en fin de fouille.

Gruissan, vue aérienne du four à chaux et de sa fosse de travail en fin de fouille.

Cl. G. Duperron

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gruissan, vue aérienne du four à chaux et de sa fosse de travail en fin de fouille.
Crédits Cl. G. Duperron
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7130/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Bigot, Aline Doniga, Maxime Scrinzi et Christophe Vaschalde, « Gruissan (Aude). Saint-Martin-le-Bas », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 280-281.

Référence électronique

Guillaume Duperron, Fabrice Bigot, Aline Doniga, Maxime Scrinzi et Christophe Vaschalde, « Gruissan (Aude). Saint-Martin-le-Bas » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7130

Haut de page

Auteurs

Fabrice Bigot

Aline Doniga

Maxime Scrinzi

Articles du même auteur

Christophe Vaschalde

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Duperron

Archimède

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals