Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Bastia (Haute-Corse). Centre ancien

Responsable d’opération : Émilie Tomas
p. 170

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Une étude du bâti du centre historique de la ville a eu pour objectif de caractériser la construction civile médiévale et moderne sur un échantillon de cent soixante-trois demeures. C’est à partir de 1476 que les premières maisons sont construites et qu’elles se multiplient à l’intérieur et à l’extérieur de la citadelle. Dès 1489, la ville s’organise selon un schéma directeur formant un tracé régulier en damier, où les rues principales sont coupées à angle droit par des transversales plus étroites.

2L’architecture des édifices ne conserve que très peu de traces des structures primitives. Aujourd’hui, les demeures présentent différentes techniques d’appareillage en contradiction apparente avec la faible variété de nature des matériaux de construction (schiste et cipolin, briques et mortiers de chaux). Malgré la diversité de l’environnement géologique, les choix de matériaux locaux se sont toujours portés sur les mêmes roches et formations sableuses. Pour les mortiers de maçonnerie, cette homogénéité rend difficile le repérage d’une quelconque évolution chronologique. La diversité des techniques se repère déjà à l’échelle de l’édifice et de ses façades, marquées par des reprises ou des transformations telles que des rehaussements.

3Quelques façades se démarquent des autres par des éléments caractéristiques de l’architecture du xviis. C’est à cette période que, depuis l’Italie, se diffuse, particulièrement par l’intermédiaire des maîtres maçons génois, un modèle de porte formé de deux piédroits quelquefois décorés d’un bossage sculpté en pointe de diamant. Les piédroits sont alors composés avec des pierres de section rectangulaire ou carrée. L’ensemble est surmonté d’un fronton ouvert au centre duquel pouvait être logé un bas-relief ou un médaillon. Autre élément spécifique de l’architecture, des ferronneries dessinant le profil d’une fleur, les brancheri. Identifiées sur seulement quatre cas, elles dévoilent l’influence génoise à Bastia : elles seraient le signe local de noblesse maritime des propriétaires les plus fortunés. Si certaines façades conservent des marqueurs de la qualité sociale des occupants, d’autres possèdent des témoignages de la religiosité des propriétaires. Linteaux historiés, ornés de symboles, d’inscriptions ou de dates, et niches pour disposer des statues de la Vierge sont observables sur plusieurs façades. On n’observe pas pour autant d’organisation hiérarchique de la trame urbaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Tomas, « Bastia (Haute-Corse). Centre ancien », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 170.

Référence électronique

Émilie Tomas, « Bastia (Haute-Corse). Centre ancien » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7151

Haut de page

Auteur

Émilie Tomas

Arkemine

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Émilie Tomas

Arkemine

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals