Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Chambord (Loir-et-Cher). Place Saint-Louis

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 173

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0137273

Texte intégral

1Le diagnostic concerne un terrain situé à l’ouest de l’Hôtel Saint-Michel, entre l’ancien chemin de Blois et la Maison des Boucheries, au sud, et les berges du Cosson, au nord. La partie sud présente un dénivelé de 2 m par rapport au chemin, résultat de terrassements liés à des aménagements des années 1950-1960. D’après les plans de la fin du xviie s., l’emprise devait couvrir la partie ouest d’une cour bordée de bâtiments appartenant aux artisans du château.

2Six sondages d’une superficie de 155 m² ont été réalisés dans les 1 600 m² disponibles dans l’emprise. Ils ont mis en évidence l’importance des terrassements récents, qui ont effacé presque toute trace de l’occupation antérieure au milieu du xxs. Dans l’angle NO du site, trois plots maçonnés appartenaient à une structure légère construite au cours du xixe s., puis démolie. Les parties nord et est du site ont conservé un horizon de terre végétale ancienne, atteint à une profondeur de 80 cm (soit vers 76,10 m NGF). Le décapage a mis en évidence une ligne de quatre trous de plantation qui signalent soit une limite de parcelle plantée d’arbres, soit les vestiges d’un verger. Le mobilier céramique suggère une fourchette chronologique comprise entre le milieu du xviiie s. et la fin du xixs. D’autres vestiges, dont une surface aménagée en briques, confirment l’utilisation du site comme jardin ou verger jusque dans les années 1950-1960.

3D’après l’iconographie ancienne, la deuxième tranche du diagnostic couvre une partie des bâtiments figurés sur un plan de 1693 : l’extrémité orientale des écuries de Madame de Conty et des bâtiments des cantinières à l’ouest de la place et le logis et la cour de la ferme de La Gobinière au milieu.

4Deux sondages d’une superficie de 53 m² ont permis, l’un, de retrouver deux murs appartenant à un des bâtiments annexes de la ferme, composés de maçonneries de 40 cm d’épaisseur conservées sur une hauteur de 60 cm maximum. La stratigraphie associée à ces vestiges était liée à la démolition du bâtiment, avec une couche de charbons et de cendres recouverte par une masse de mortier écrasé et de débris de construction. Le second sondage n’a pas permis de retrouver les écuries, mais le fossé bordant le chemin de Blois a été découvert et en partie fouillé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Chambord (Loir-et-Cher). Place Saint-Louis »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 173.

Référence électronique

Simon Bryant, « Chambord (Loir-et-Cher). Place Saint-Louis » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7165

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals