Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Chartres (Eure-et-Loir). 1, rue de l’Horloge

Responsable d’opération : Thomas Lecroère
p. 173-175

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

Maison urbaine

1La maison est située au pied de la cathédrale de Chartres, au NO, dans un quartier privilégié de la ville médiévale et moderne (quartier Beauvoir : hôtels particuliers – dont celui des Gouverneurs –, ordres religieux) qui connaît une forte activité économique (fours banaux, marché aux chevaux). Des étaux de boucherie sont mentionnés dans la rue de l’Horloge (alors rue de la Porte Neuve, une des portes du cloître cathédral également attribuées par l’historiographie à l’enceinte dite « du ixe s. ») du xie au xviiis.

2L’édifice est constitué d’un rez-de-chaussée et de trois étages – dont un sous combles – construits sur au moins trois niveaux de caves (le troisième étant inaccessible). Elle a fait l’objet d’une rénovation au cours de l’hiver et du printemps 2014-2015. La découverte de pan de bois ancien lors du piquetage des enduits a motivé la prescription d’un sauvetage urgent.

3L’étude conjointe du pan de bois et des caves, réalisée en parallèle de l’avancement des travaux, a permis de déterminer un minimum de trois phases.

Fin xiiie s.– début xve s.

4Les caves sont creusées et aménagées sur toute l’emprise de la parcelle. L’accès se fait depuis l’angle nord au moyen d’un escalier droit de facture soignée. Les portes des caves, à encadrement chanfreiné, sont pourvues de piédroits surmontés de coussinets à talon et bandeau. Voûtées, les caves présentent un important volume (environ 2,50 m sous clé) dénotant une utilisation commerciale (stockage). Le premier niveau possède un soupirail s’ouvrant vers le SE, en direction de la cathédrale, et très certainement muré lors de la construction de la clôture du cloître à la charnière des xiiie-xive s. (terminée en 1327). Partiellement masqué par la voûte actuelle, il témoigne d’une hauteur sous voûte originellement plus importante pouvant correspondre à une cave semi-enterrée. La physionomie de la maison n’est pas connue, mais la présence d’une cave semi-enterrée suggère une construction réalisée sur un soubassement avec un accès au rez-de-chaussée se faisant à l’aide d’un perron.

Période moderne (début xvie-xviiie s.)

5La maison est reconstruite en pan de bois. Son armature principale est constituée de cinq portiques réalisés à l’aide de poteaux courts reliés par des sommiers et contreventés par les sablières de rive. L’armature secondaire présente un décor fortement ostentatoire constitué de croix de Saint-André à ramifications disposées en registres et panneaux. Les fenêtres sont parfois pourvues de croisées. Les ouvertures et les lignes directrices de la composition (poteaux, sablières, entretoises) sont soulignées par des moulures sculptées. Les travées du rez-de-chaussée, séparées par des piliers en pierre de taille calcaire et surmontées de jours, accueillent très probablement des baies commerciales (étaux de boucherie ?). Un léger encorbellement (30 cm) sépare le rez-de-chaussée des étages. La construction de la maison, réalisée de plain-pied, conduit à la réduction du volume du premier niveau de caves par la construction d’un nouveau voûtement, moins haut et nécessitant de créer deux espaces. L’accès se fait désormais depuis l’angle ouest de la parcelle, toujours par un escalier droit. La datation du pan de bois, estimée par comparaison au premier tiers du xvie s., est confirmée par la dendrochronologie (1511-1527).

Période industrielle (xixe-xxe s.)

6La période industrielle voit un profond remaniement de la maison. Les façades sont modifiées par le percement de nouvelles fenêtres et des panneaux entiers sont remplacés par du pan de bois à grille, témoin du mouvement d’enduction des façades qui se met en place entre la fin du xviiie et le milieu du xixe s. Un de ses éléments est daté par dendrochronologie entre 1770 et 1796. Les caves perdent leur vocation commerciale et l’accès se fait désormais depuis le fond de la parcelle.

Chartres, état de la maison avant travaux avec matérialisation des différentes phases.

Chartres, état de la maison avant travaux avec matérialisation des différentes phases.

DAO T. Lecroère

Haut de page

Table des illustrations

Titre Chartres, état de la maison avant travaux avec matérialisation des différentes phases.
Crédits DAO T. Lecroère
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Lecroère, « Chartres (Eure-et-Loir). 1, rue de l’Horloge », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 173-175.

Référence électronique

Thomas Lecroère, « Chartres (Eure-et-Loir). 1, rue de l’Horloge » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7166

Haut de page

Auteur

Thomas Lecroère

Ville de Chartres

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Lecroère

Ville de Chartres

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals