Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Corbény (Aisne). 12, route de Reims

Responsable d’opération : Isabelle Caillot
p. 176-177

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Les fouilles ont mis au jour une occupation médiévale installée en bordure de l’axe de circulation Laon-Reims. Les vestiges sont principalement composés de deux petits bâtiments médiévaux semi-excavés.

2Un seul des bâtiments a été entièrement observé. De 7 m de long sur 6,50 m de large, ses maçonneries sont composées de petits moellons de craie grossièrement taillés et parementés. Les murs du bâtiment ont fonctionné avec deux niveaux successifs de sols en craie damée visant à stabiliser le substrat sableux. Un accès est aménagé sur la façade NO grâce à deux grandes dalles calcaires taillées servant de seuil. Des trous de poteau au nord et au sud du bâtiment pourraient correspondre à la trace d’appentis s’appuyant sur les pignons. À l’intérieur de la pièce, des trous de piquet dans les sols en craie matérialisent la présence d’aménagements internes. Les tranchées de récupération et les trous de poteau sont recouverts d’un niveau de démolition comportant de nombreuses terres cuites architecturales. La forte présence de ce matériau indique une couverture en tuile. Un niveau d’incendie, localisé uniquement dans la pièce excavée, a livré des éléments de terre rubéfiée qui pourraient traduire l’emploi de torchis sur clayonnage pour les élévations. Le second bâtiment se développe à proximité, en bordure de la route Laon-Reims. Il est matérialisé par des tranchés de récupération, un niveau de sol en craie damée et comporte un foyer de cheminée. Le plan n’est pas complet (6,5 m sur 3,5 m), le bâti se développant hors de l’emprise de fouille. Le sol en craie est percé par deux trous de poteau puis l’espace intérieur du bâtiment est également recouvert par une couche d’incendie.

3On note, à côté des bâtiments, un groupe de trois structures à la fonction encore indéterminée. Le fond et les parois des trois creusements sub-rectangulaires, en partie tapissés d’argile, comportent un aménagement de craie damée conservant en négatif la trace d’un coffrage. Autour, plusieurs trous de poteau, dont la majorité présente des calages de pierres calcaires, forment des alignements permettant d’émettre l’hypothèse de petites constructions en bois protégeant les excavations. L’un des trois creusements a livré deux mortiers en calcaire, et les tessons issus des comblements des trois fosses semblent dater leur abandon dans le courant du bas Moyen Âge. Puis un radier de bloc de craie visant à stabiliser le secteur est mis en place, recouvert dans un second temps par un niveau de sol en craie concassée dont l’extension est délimitée par deux tranchées de récupération. Il pourrait s’agir d’une cour.

4Un peu à l’écart des bâtiments sont implantés deux puits. L’un, constitué de moellons en craie grossièrement taillés et assisés et de plaquettes de calcaire pour la couronne supérieure, a livré du mobilier céramique datant du bas Moyen Âge. La fosse d’implantation du second puits recoupe le creusement du premier. Sa mise en œuvre est différente, avec des blocs calcaires taillés, réglés et assisés. Les parpaings courbes conservent tous sur leurs parements des marques de module de hauteur en chiffre romain. Au fond du puits, un cuvelage en bois soigné et chevillé a permis, à l’aide de cales, de régler la première assise. Ce puits a été condamné lors de l’installation d’un ensemble bâti au xviiis. En effet, dès le décapage archéologique des remblais du xxe s., des murs sont apparus. L’un d’eux traverse tout le terrain et l’ensemble bâti est scindé en trois espaces distincts : l’espace d’habitat, l’espace cour et l’espace jardin. L’ensemble est construit sur des niveaux de remblais modernes, parallèlement à la voirie reprenant l’orientation des vestiges médiévaux.

5Ces maçonneries ont été détruites lors de la Grande Guerre, mais elles apparaissent sur les cadastres anciens, notamment ceux de 1747 et 1827. Le village de Corbény se situait en troisième ligne de front allemand durant la Première Guerre mondiale, et la parcelle fouillée en portait les stigmates avec de nombreux impacts d’obus.

Corbény, vue du bâtiment semi-excavé au sol de craie damée conservant son accès.

Corbény, vue du bâtiment semi-excavé au sol de craie damée conservant son accès.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Corbény, vue du bâtiment semi-excavé au sol de craie damée conservant son accès.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 669k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Caillot, « Corbény (Aisne). 12, route de Reims », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 176-177.

Référence électronique

Isabelle Caillot, « Corbény (Aisne). 12, route de Reims » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7173

Haut de page

Auteur

Isabelle Caillot

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Caillot

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals