Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Lyon (Rhône). Hôtel-Dieu – Cours du Midi et Sainte-Marie, bâtiment V, rue Bellecordière : tranches 3, 4 et 5

Responsable d’opération : Stéphane Ardouin
Notice rédigée avec Anne-Catherine Le Mer
p. 183

Texte intégral

1L’Hôtel-Dieu de Lyon est un établissement hospitalier de 2,5 ha connu depuis la fin du xiie s. Il est situé dans la Presqu’île, sur la rive droite du Rhône. Après plusieurs interventions archéologiques préventives, l’opération a porté sur trois secteurs distincts. Commencée au sud par la cour du Midi (tranche 3 de 821 m²) (cf. chroniques Archéologie médiévale, 2015), la fouille s’est prolongée sur une parcelle centrale à l’emplacement de l’ancien bâtiment V au sud de la chapelle actuelle (xviie s.), rue Bellecordière (tranche 5 de 554 m²), avant de s’achever par la cour Sainte-Marie au NE de l’emprise (tranche 4 de 338 m²).

2La fouille a permis de confirmer l’occupation de l’ensemble du site dès le Ier s., avant un abandon au cours du iiie s. Une voirie orientée NO/SE, en usage durant les ive-ve s., a été observée dans la parcelle centrale, sous un important niveau d’alluvions résultant de crues du Rhône. Les vestiges du haut Moyen Âge, recoupant les niveaux d’abandon antiques, sont limités à quelques sépultures relativement alignées dans la parcelle NE et à la mise au jour d’éléments de fondation observés au sud dans la cour du Midi. Une nouvelle voirie empierrée, d’orientation assez proche de la voie antique, mais située plus au nord, est mise en place au cours des xiiie-xive s. Elle longeait le sud de la chapelle actuelle, emplacement probable des bâtiments de l’aumônerie et de l’église formant, avec le cloître accolé au nord, l’Hôtel-Dieu des xiiie-xive s. Parallèlement, une occupation dans la cour du Midi, au sud, se signale par un fossé et, sur la parcelle centrale, par quelques fosses et un vaste puits circulaire en appareillage de gros galets, abandonné à la fin du xive ou au xve s. Ces vestiges correspondent au Bourgchanin, le quartier d’habitation qui s’est développé au contact de l’Hôtel-Dieu. La mise en place, sur les parcelles situées au sud de la chapelle, des caves, fosses d’aisances et cages d’escalier des maisons urbaines des xviie-xviiie s., a fortement perturbé les vestiges du Moyen Âge et du début de la période moderne. Quelques puits maçonnés des xvie-xviie s. et cours pavés de galets au xviiie s. ont été mis au jour dans la cour du Midi et sur la parcelle centrale, où fut également découvert, dans le sol de l’une des caves, un dépôt monétaire d’une quarantaine de billons du premier tiers du xviie s.

3La voie médiévale est exhaussée lors de la reconstruction de l’église au xviie s. et l’extension de l’Hôtel-Dieu par la construction, au nord du cloître médiéval, des bâtiments en croix formant les « Quatre Rangs ». Cette voirie apparaît dans les archives sous l’appellation de « rue de la Tripperie », possible référence à la boucherie qui longeait l’Hôtel-Dieu au nord. La voie est à nouveau remaniée et couverte d’un pavage de galets au xviiie s., période à laquelle elle est nommée « rue Serpillère ». Ce vocable, utilisé pour désigner le linceul des défunts dans un règlement de l’Hôtel-Dieu, renvoie probablement aux nombreux lieux d’inhumations des quatre cours nord séparées par les « Quatre Rangs ». Les fondations de l’un de ces bâtiments du xviie s. ont pu être observées dans la parcelle NE, où plus de 60 sépultures modernes ont été mises au jour. Concentrées dans la zone nord, elles sont attribuables à l’ancien cimetière protestant, en usage de 1600 à 1682, avant que l’agrandissement de la boucherie ne les contraigne à s’installer dans la cour du NO (objet d’une intervention archéologique distincte sur la tranche 6). La nouvelle extension de l’Hôtel-Dieu vers le sud conduit à l’abandon progressif, à la démolition des maisons et au remblaiement des sous-sols du Bourgchanin aux xviiie et xixe s. La rue, devenue voirie interne de l’hôpital, est à nouveau rehaussée et associée à un égout dallé. Dans la cour NE, la mise en place d’une buanderie au milieu du xixe s. a détruit une bonne partie des vestiges antérieurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Catherine Le Mer, « Lyon (Rhône). Hôtel-Dieu – Cours du Midi et Sainte-Marie, bâtiment V, rue Bellecordière : tranches 3, 4 et 5 »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 183.

Référence électronique

Stéphane Ardouin, Anne-Catherine Le Mer, « Lyon (Rhône). Hôtel-Dieu – Cours du Midi et Sainte-Marie, bâtiment V, rue Bellecordière : tranches 3, 4 et 5 » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7203

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Ardouin

Service archéologique de la ville de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals