Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Orléans (Loiret). Maisons médiévales et modernes

Responsable d’opération : Clément Alix
p. 188-189

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1Un suivi archéologique du programme de ravalement de façade conduit par la ville ainsi que l’analyse de certains bâtiments, accompagnée de datations par dendrochronologie ou par radiocarbone, ont permis d’étudier des habitations de commerçants ou d’artisans à façades en pan de bois. La typologie est conforme aux exemples similaires ailleurs dans la ville : façades en chêne à l’aplomb, rives sur rue, avec doubles sablières s’encastrant dans des murs pignons maçonnés. À l’exception de deux bâtiments présentant une ossature à grille datant de la fin du xvie et du xviie s. (48, rue Sainte-Catherine, maison nord ; façade postérieure 8, rue des Gobelets), ces pans de bois ont été construits dans les années 1490-1520 avec des panneaux de croix de Saint-André assemblés à tenons et mortaises et se superposant en plusieurs registres sur la hauteur d’un étage. Seuls les sablières et les encadrements des fenêtres principales (croisées, demi-croisées) présentent des négatifs de sculptures (larmiers, pinacles, accolades). Le hourdis était constitué de briquettes avec joints saillants au mortier de chaux. Deux bâtiments se distinguent par les traces du recul de leur façade, vers la fin du xvie s. et au xviiie s., ce qui suggère que leurs étages pouvaient initialement être en encorbellement (18 et 28, rue Étienne-Dolet).

2L’étude des intérieurs a montré que certaines maisons correspondent à des reconstructions d’habitations plus anciennes. En témoignent les murs pignons mitoyens et des caves édifiées aux xiiie-xive s. (28, rue Étienne-Dolet, 8 et 10, rue du Bœuf-Sainte-Croix). Par ailleurs, ces différentes façades en pan de bois ont subi au xviiie s. des transformations couramment observées à Orléans : modifications des baies pour l’accueil de nouveaux formats de menuiseries, réfection du hourdis et application de couches de pigments colorés sur les pièces de bois (rouge foncé, jaune, orangé). Au xixe s., les derniers décors sculptés sont bûchés avant qu’un enduit au plâtre sur lattis cloué ne recouvre l’ensemble des pans de bois.

3Un autre type d’habitation, antérieur au xve s., se caractérise par des murs entièrement bâtis en pierre (7, 8 et 9, rue des Gobelets). Les façades principales présentaient un parement en moyen appareil de calcaire de Beauce. L’étude du no 8, rue des Gobelets a permis d’observer les vestiges d’une habitation du xiie s., élément inédit dans la connaissance de l’architecture urbaine orléanaise. Malgré sa destruction en 1962, la lecture des traces visibles sur son mur gouttereau nord permet de restituer les grands traits de l’édifice. De plan rectangulaire (presque 20 m × 7 m), il était environné de deux cours, l’une à l’est et l’autre au nord, et s’élevait sur deux niveaux superposés. À l’étage se trouvait une salle haute, accessible au NO par un escalier droit extérieur. Elle surmontait un grand cellier partiellement excavé, probablement couvert d’un plafond, à l’exception de son extrémité orientale occupée par une petite salle basse à deux travées de voûtes d’arêtes. Le mur nord était couronné d’une corniche sculptée de motifs de dents-de-scie. Ce bâtiment correspondait vraisemblablement à l’habitation d’un haut dignitaire ecclésiastique en lien avec la proche église Sainte-Colombe ou avec le chapitre cathédral. En 1368, ce bâtiment fut rehaussé et agrandi par l’adjonction d’une aile perpendiculaire, longeant la rue des Gobelets. Ce dernier corps de bâtiment conserve encore de nombreux éléments qui renseignent sur les techniques de construction (façades en pierre de taille, plafond, ouvertures). La charpente de comble constitue un des premiers témoins de l’emploi de fermes à pannes de la région. Elle se rapproche également d’un type de couvrement attesté dans l’ouest de la France, ce qui permet de restituer une salle haute sous charpente apparente à fonction d’apparat.

Orléans, relevé manuel de l’élévation de la façade sur rue de la maison, 10, rue du Bœuf-Sainte-Croix.

Orléans, relevé manuel de l’élévation de la façade sur rue de la maison, 10, rue du Bœuf-Sainte-Croix.

DAO Clément Alix

Haut de page

Table des illustrations

Titre Orléans, relevé manuel de l’élévation de la façade sur rue de la maison, 10, rue du Bœuf-Sainte-Croix.
Crédits DAO Clément Alix
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 842k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Maisons médiévales et modernes »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 188-189.

Référence électronique

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Maisons médiévales et modernes » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7216

Haut de page

Auteur

Clément Alix

service municipal d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Clément Alix

service municipal d’Orléans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals