Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Saint-Gervais-la-Forêt (Loir-et-Cher). Le Tertre

Responsable d’opération : Gwenaël Roy
p. 194-195

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0137266

Texte intégral

1L’opération a permis d’identifier, sur une surface de 2 400 m², une occupation des ixe-xie s. Elle est implantée au pied du versant qui borde la rive gauche de la Loire, en face de la ville de Blois, et probablement le long d’une voie reliant les deux ponts les plus anciennement connus qui permettent d’accéder à la cité comtale.

2Les indices d’occupations antérieures au ixe s. sont rares. De la seconde moitié du ixe s. à la première moitié du Xe s., le site se structure. Deux pôles émergent, probablement séparés par un élément paysager (haie). L’unité orientale est la mieux caractérisée. L’espace s’organise autour d’une cour centrale. Un imposant bâtiment sur poteaux (416 m² au sol) est construit à l’ouest. L’édifice est cloisonné en plusieurs pièces qui accueillent des activités domestiques et artisanales. Deux bâtiments agricoles, des clôtures ou des palissades complètent les vestiges construits. Ils délimitent des secteurs de stockage et d’autres dévolus aux activités agropastorales classiques rencontrées sur les établissements ruraux. L’unité occidentale présente une aire d’ensilage où un schéma d’implantation a présidé au creusement des structures. L’assemblage du mobilier exhumé témoigne pour l’ensemble du site d’une population jouissant d’un statut privilégié. Son insertion dans les circuits d’approvisionnement de la ville de Blois est manifeste. Les rejets indiquent cependant un déclin de cette prospérité dans le courant de la première moitié du xe s. L’abandon du site, amorcé dès la seconde moitié du xe s., est effectif le siècle suivant. Sa vocation change avec l’apport de remblais pour une mise en culture jusqu’à l’époque contemporaine.

3La caractérisation du site est délicate. Son caractère rural n’est pas assuré. Il pourrait s’agir d’un établissement associé à un domaine plus important, laïc ou ecclésiastique. L’hypothèse d’unités d’habitats regroupées le long d’une voie et qui seraient abandonnées dans le cadre de la mise en place des bourgs paroissiaux est également envisageable. La proximité de la cité comtale et de ses points d’accès sont certainement des éléments déterminants dans le choix d’implantation de cette occupation. Le rôle polarisateur des lieux de cultes pour l’habitat pourrait expliquer l’abandon du site, l’église consacrée à saint Gervais se situant à 400 m de distance.

Saint-Gervais-la-Forêt, Le Tertre.

Saint-Gervais-la-Forêt, Le Tertre.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Gervais-la-Forêt, Le Tertre.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwenaël Roy, « Saint-Gervais-la-Forêt (Loir-et-Cher). Le Tertre »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 194-195.

Référence électronique

Gwenaël Roy, « Saint-Gervais-la-Forêt (Loir-et-Cher). Le Tertre » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7237

Haut de page

Responsable d’opération

Gwenaël Roy

Inrap

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals