Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Surgères (Charente-Maritime). Parkings du château

Responsable d’opération : Catherine Vacher
p. 198

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0140771

Texte intégral

1Le diagnostic réalisé autour de la moitié nord du château de Surgères, connu dès le xe s., a révélé de nombreuses données sur l’occupation de ce secteur du Moyen Âge à nos jours. À partir des treize sondages répartis en étoile autour de la courtine, la topographie du double réseau de douves a pu être précisée et les phases de comblement documentées. Le diagnostic a aussi montré que les tours disparues de la courtine n’ont laissé aucune trace dans le sous-sol.

2Le creusement des douves au xiiie s. a entraîné la destruction d’une occupation médiévale très dense qui se développait précédemment en périphérie du château primitif. La phase la plus ancienne est datée du xe s. avec une continuité jusqu’au xiiie s. Il s’agit de structures creusées dans le calcaire, fosses, trous de poteau, fossés ou de niveaux de sol. Ce type de vestiges a été vu dans tous les sondages d’ouest en est. L’ensemble marque un vaste habitat en structures légères, bois et terre, comportant au moins deux cavités souterraines. L’antériorité de cette occupation par rapport à la douve interne est attestée par la céramique, mais aussi par une cavité souterraine clairement entamée par le creusement des fossés. À cet endroit, un mur est venu conforter la contrescarpe de la douve.

3Les premières constructions en pierre recouvrent cette occupation sans hiatus chronologique. Elles sont localisées de part et d’autre de la porte nord. L’occupation médiévale est attestée jusqu’à la fin du xive s. Les derniers indices de cette occupation du bas Moyen Âge indiquent le xve s. avec un bâtiment localisé immédiatement à l’ouest du débouché du pont-levis nord, construction s’adossant à une structure plus ancienne et édifiée sur une cave.

4Le déclin de cinq siècles d’occupation médiévale dense contre le château de Surgères coïncide avec la guerre de Cent Ans et le démantèlement du château ordonné par Louis XI en 1472. La désaffection du secteur a persisté jusqu’à nos jours. Très peu de constructions modernes ont été mises au jour lors du diagnostic. Elles sont toutes localisées à l’est de la porte nord.

5Cet espace vide depuis plusieurs siècles n’a pas connu d’autres bouleversements que le comblement des douves et le creusement de quelques réseaux. Les vestiges sont le plus souvent peu profonds, entre 0,40 et 0,80 m.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vacher, « Surgères (Charente-Maritime). Parkings du château », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 198.

Référence électronique

Catherine Vacher, « Surgères (Charente-Maritime). Parkings du château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7252

Haut de page

Auteur

Catherine Vacher

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Vacher

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals