Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 1. – Opérations de terrain

Tours (Indre-et-Loire), 12, rue Descartes, maison médiévale du quartier canonial Saint-Martin

Responsable d’opération : Franck Tournadre et Julien Noblet
p. 199-200

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1L’opération a porté sur une maison ainsi que sur le mur mitoyen la séparant de la parcelle voisine au sud. Ce sauvetage urgent précédait le ravalement des élévations et le complet réaménagement intérieur, liés à un projet de vente à la découpe de la dernière maison médiévale non restaurée située en plein cœur du quartier canonial de la collégiale Saint-Martin. L’étude a consisté, d’une part, en une analyse archéologique du bâti des structures accessibles et, d’autre part, à l’ouverture d’un sondage dans la cave. Face aux contraintes du chantier, un scanner 3D de la charpente, un temps menacée de destruction, a été effectué afin d’enregistrer le maximum d’informations.

2L’enveloppe maçonnée de la maison, montée en moyen appareil de tuffeau, appartient à la seconde moitié du xiie s. Cette demeure, utilisée probablement par un membre du chapitre de Saint-Martin, est bâtie à proximité de la basilique dont la nef était en cours de reconstruction à cette époque. Comprenant une salle basse excavée éclairée par de hauts jours tombants et une salle haute sous charpente, ce logis se distingue par la qualité de ses baies d’étage géminées donnant sur la rue. Côté cour, un escalier extérieur permettait d’accéder, par une porte en plein cintre, à l’étage résidentiel. En dépit du manque de lisibilité archéologique du mur prolongeant vers l’est le mur pignon sud, il est évident que cette construction fonctionnait avec des bâtiments situés à l’est et dont subsistent des vestiges en élévation, notamment un grand arc en plein cintre, dispositif lié à une maison-tour ou ouvrant initialement sur une tour disparue de l’enceinte du castrum sancti Martini (daté du xe s.).

3Au cours du xiiie s., de profonds changements sont apportés : un véritable niveau de caves, couvertes d’ogives à pans abattus reposants sur des culots tronconiques et sur un support central trapu, est ajouté. Quant à l’étage noble, dont le niveau n’est pas modifié, contrairement à celui du rez-de-chaussée, il est embelli par un décor de peintures murales : un faux-appareil à joints rouges recouvrait l’ensemble des parois. Les lignes de force de l’architecture, notamment les arcs en plein cintre des baies, étaient soulignées par un semis de fleurs regroupées dans des trilobes noirs, avant de disparaître sous un badigeon blanc de propreté. Un fragment dégagé de ce décor peint a pu être relevé lors des phases de terrain.

4Au xve s., la charpente est reconstruite. Datée par dendrochronologie de 1423, cette structure à chevrons formant fermes, reprenant la pente de la charpente précédente pour s’adapter aux pignons du xiie s., présente un parti original – rare pour une époque si tardive –, avec contreventement, mais dépourvu de faîtière. À la fin du xve s. ou au début du xvie s., le logis fait l’objet d’une nouvelle transformation. Des planchers à solives, portés par des poutres de forte section, sont insérés et le comble est ainsi créé. Des baies sont percées dans la façade, et des cheminées monumentales chauffent à chaque niveau les pièces désormais séparées par des cloisons en pan de bois. À ces éléments de confort s’ajoutent, dans les années 1780-1840, la création d’un escalier intérieur éclairé par deux oculi, la reprise des cheminées et la pose d’un nouveau décor peint, visant à mettre la demeure au goût du jour. Outre les nombreuses modifications et ajouts de percements, un porche est aménagé en lieu et place du passage reliant auparavant la cour à la rue. Enfin, en 1903, la cave perd momentanément sa vocation de stockage pour être convertie en chapelle.

5En dépit des contraintes et des limites inhérentes à cette opération, l’étude du bâti a permis de renforcer la connaissance de la demeure patricienne en milieu urbain, plus particulièrement celle des logis d’ecclésiastiques attachés à un chapitre.

Tours, 12 rue Descartes, face ouest (intérieur), relevé analytique et coupe de la charpente.

Tours, 12 rue Descartes, face ouest (intérieur), relevé analytique et coupe de la charpente.

Dessin Franck Tournadra et Julien Noblet

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tours, 12 rue Descartes, face ouest (intérieur), relevé analytique et coupe de la charpente.
Crédits Dessin Franck Tournadra et Julien Noblet
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Tournadre et Julien Noblet, « Tours (Indre-et-Loire), 12, rue Descartes, maison médiévale du quartier canonial Saint-Martin »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 199-200.

Référence électronique

Franck Tournadre, Julien Noblet, « Tours (Indre-et-Loire), 12, rue Descartes, maison médiévale du quartier canonial Saint-Martin » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7257

Haut de page

Auteurs

Franck Tournadre

cabinet Arcade

Articles du même auteur

Julien Noblet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Franck Tournadre

cabinet Arcade

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Julien Noblet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals