Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
I. – Construction et habitats civils – environnement rural et urbain
I 2. – Prospections

Cayenne (Guyane). Îlet La Mère

Responsable d’opération : Nicolas Peyraud
p. 204-205

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Une campagne de prospection-inventaire sur l’îlet La Mère, dans le cadre d’une collaboration avec le conservatoire du littoral, propriétaire des lieux, vient compléter des recherches menées par le service Langues et patrimoine de la région depuis 2010, et a vocation à nourrir la réflexion autour de la mise en place d’un plan de gestion du site, devenu indispensable en raison d’une fréquentation touristique croissante.

2L’îlet La Mère fait partie de l’archipel des îlets de Rémire, qui comprend, d’ouest en est, L’Enfant Perdu, Le Malingre, Le Père, La Mère et les Mamelles. Ces îlets, administrativement rattachés à la commune de Cayenne, sont dispersés au large de l’île de Cayenne, jusqu’à l’embouchure du Mahury. Le relief y est accidenté, avec une bande littorale extrêmement réduite. Le socle rocheux est similaire aux affleurements observables sur le continent, constitués de dolérite et de latérite.

3Cet îlet n’avait fait l’objet d’aucune étude archéologique, malgré une densité remarquable de vestiges de toutes périodes. L’occupation amérindienne n’était connue qu’à travers la présence de roches gravées et de polissoirs. Au cours du xviiie s., les Jésuites s’installent sur les trois plus grands îlets. C’est le début d’une série d’occupations de l’îlet La Mère dont les vestiges sont aujourd’hui entremêlés : lieu de réclusion pour des compagnons de Toussaint Louverture au début du xixe s., ensemble pénitentiaire, mais aussi zone d’accostage pour les navires à destination de Cayenne à la fin du xixe et au début du xxe s., ferme privée dans les années 1930, zone d’expérimentation pour l’Institut Pasteur, qui y introduit une population importante de saïmiris jusque dans les années 1980, avant que des premiers aménagements touristiques (sentiers, carbet) n’y soient réalisés dans les années 2000.

4Sur le terrain, il est difficile de distinguer les différentes phases d’occupation. Le pré-inventaire réalisé par le service Langues et patrimoine de la Région a cependant permis de caractériser les constructions des années 1930 et suivantes – les seules à utiliser du béton – et d’identifier, par recoupement avec les plans disponibles, la plupart des bâtiments situés à proximité du dégrad, sans les dater pour autant, car il est possible que l’établissement pénitentiaire ait réutilisé des constructions antérieures. Aujourd’hui, le seul bâtiment ancien encore entièrement en élévation est le campanile de la chapelle. De nombreuses fondations de bâtiments sont cependant visibles dans la partie méridionale de l’îlet, de même que des murs de terrasses. Sur un des deux sommets s’élèvent les murs en partie démolis d’un sémaphore. Une partie du front de mer est aussi consolidée par d’imposants murs de soutènement.

5L’opération a été réalisée en trois temps : la réalisation d’un relevé LiDAR, financé par le Conservatoire du littoral et sous le contrôle technique du service régional de l’archéologie, afin de disposer d’un plan topographique fiable et de définir une zone-test ; la localisation des vestiges amérindiens déjà connus (polissoirs, roches gravées), mais non géoréférencés à ce jour, à l’aide d’un GPS de randonnée, suivi d’une prospection pédestre systématique des secteurs avoisinants ; la prospection systématique de la partie SO de l’îlet, potentiellement plus menacée que les autres par d’éventuels projets de sentiers ou de mise en valeur, accompagnée de l’inventaire des vestiges visibles.

6Les résultats sont prometteurs. Tout d’abord, de nouvelles traces de la présence amérindienne – roches gravées, polissoirs, tessons épars – ont été repérées à divers emplacements, y compris dans des zones relativement éloignées du rivage. La nature de cette occupation n’est pas connue, mais il pourrait s’agir des vestiges d’une occupation durable de l’archipel par les populations amérindiennes.

7En ce qui concerne les vestiges des xviiie-xixe s., malgré les incertitudes liées à la précision du GPS, de l’ordre de 5 m, la comparaison des relevés avec les données LiDAR a permis d’affiner l’analyse de cette dernière et de déterminer divers types d’anomalies microtopographiques dues à la présence de vestiges affleurants ou fossoyés. Le croisement de ces deux approches représente donc une source d’informations nouvelles particulièrement intéressante. Par exemple, les bâtiments du xixe s. sont généralement construits sur des terrasses qui sont parfois, de nos jours, peu perceptibles dans le paysage, mais qu’il est possible de mettre en évidence dès lors que la localisation du bâtiment est connue avec une précision métrique. Dans le même ordre d’idée, la prospection pédestre a permis de repérer de multiples aménagements hydrauliques, souvent masqués par la végétation ; une fois les tracés des principaux fossés connus, il a été possible de les comparer à un modèle numérique de terrain reposant sur l’usage de l’indice de position topographique et de mettre en évidence, dans la zone étudiée, un système de gestion des eaux pluviales particulièrement complexe.

8L’image qui ressort de cette première étude archéologique de l’îlet La Mère est donc celle d’un espace entièrement anthropisé, processus qui a débuté sans doute bien avant l’arrivée des premiers colons et qui s’est accéléré au xixe s. Le recours à une méthode non intrusive pour repérer et caractériser les vestiges demeure, pour l’instant, la meilleure manière de concilier la protection de la nature et des vestiges, d’autant que l’évolution rapide des techniques de relevé (GPS décimétrique, photogrammétrie, scanner 3D) devrait permettre d’en améliorer encore l’efficacité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Peyraud, « Cayenne (Guyane). Îlet La Mère », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 204-205.

Référence électronique

Nicolas Peyraud, « Cayenne (Guyane). Îlet La Mère » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7273

Haut de page

Auteur

Nicolas Peyraud

direction des affaires culturelles de Guyane

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Peyraud

direction des affaires culturelles de Guyane

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals