Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Annecy (Haute-Savoie). Église Saint-Maurice

Responsable d’opération : Amélie Roger
p. 209-210

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1En 2014 et 2015, l’église Saint-Maurice d’Annecy a été l’objet d’une vaste campagne de restauration. Le bâtiment, classé au titre des Monuments historiques en 1956, était effectivement très dégradé et nécessitait d’importants travaux de consolidation. Cet édifice du xve s., église de l’ancien couvent de Dominicains de la ville, est le plus ancien bâtiment religieux conservé dans le centre ancien d’Annecy. Lors de la restauration, l’installation d’échafaudages et le décaissement du sol du chœur ont permis d’apporter des éléments de descriptions et d’analyses archéologiques complémentaires à la connaissance que nous avions de Saint-Maurice.

2L’analyse des éléments mis au jour dans le chœur de l’église laisse apparaître deux états du chœur liturgique. Alors que la construction de l’église commence dès 1422, les voûtes ne sont installées qu’à la fin du xve s. À l’entrée du chœur, les bases de leurs ogives ancrées sous les murs gouttereaux attestent qu’elles étaient prévues et sans doute installées dès le commencement des travaux. Par la suite et très rapidement, les supports dans le chœur architectural sont repensés. En effet, l’installation d’un jubé nécessitait que les retombées d’ogives reposent non plus directement au niveau du sol, mais plus haut, sur des culs-de-lampe. Le premier état du chœur, antérieur au milieu du xvie s., présentait donc une imposante structure, le jubé, séparant la nef des fidèles du chœur des Dominicains. Ainsi, les espaces religieux et laïcs étaient nettement délimités. Néanmoins, les fondations mises au jour d’un couloir au centre de ce jubé permettent d’affirmer que des circulations entre ces espaces existaient. Elles relevaient sans doute du domaine des processions. Les fidèles n’étaient pour autant pas totalement exclus de l’espace réservé aux frères. En effet, la mise au jour de caveaux dans le chœur prouve qu’il était accessible à la communauté des morts laïcs.

3Le second état du chœur correspond à une réalité post-révolutionnaire dont les Dominicains ne font plus partie. Le jubé a été déposé. Les éléments de décor qui le composaient sont également détruits ou remployés en tout-venant dans l’installation des fondations du nouvel autel. Celui-ci, selon la pratique du xixe s., est richement agrémenté de statues et d’une croix monumentale. Devenue paroissiale, l’église présente pourtant toujours une distinction des espaces. Une petite barrière liturgique, installée beaucoup plus à l’est que l’ancien jubé, séparait également le sanctuaire réservé au prêtre, du chœur et de la nef, espace des fidèles.

4Enfin, les analyses réalisées dans la tour d’escalier ont permis d’en proposer un phasage de construction. Ces étapes d’édification ne peuvent être avancées que par la confrontation avec les différents espaces du bâtiment. Au début du xve s., l’escalier est construit en même temps que le clocher. Il dispose alors de deux ouvertures, les portes menant actuellement au premier étage et au dernier étage de ce dernier. À la fin des années 1480, les voûtes à croisées d’ogives du chœur sont installées et on insère trois petites baies dans l’escalier, sans doute pour le rendre plus lumineux grâce au second jour issu du chœur. Une porte est ouverte à peu près à la même époque. Elle permettait un accès direct au premier étage du couvent aujourd’hui disparu. En 1791, la partie haute du clocher est détruite, ainsi que les révolutions de l’escalier permettant d’y accéder. Les dominicains chassés, le couvent reçoit une autre affectation. La porte permettant d’y accéder depuis l’escalier est alors condamnée. Au xixe s., alors que l’église devient paroissiale, le premier étage du clocher est séparé en deux dans la hauteur. Une porte est alors insérée afin d’accéder à la nouvelle pièce ainsi créée. Enfin, au xxe s., la construction d’une nouvelle sacristie nécessite le percement d’une nouvelle et dernière porte, permettant d’accéder à celui-ci depuis le premier étage du nouveau corps de bâtiment.

Annecy, église Saint-Maurice.

Annecy, église Saint-Maurice.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Annecy, église Saint-Maurice.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7286/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amélie Roger, « Annecy (Haute-Savoie). Église Saint-Maurice »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 209-210.

Référence électronique

Amélie Roger, « Annecy (Haute-Savoie). Église Saint-Maurice » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7286

Haut de page

Auteur

Amélie Roger

université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Amélie Roger

université Lumière Lyon 2

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals