Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Aulnay (Charente-Maritime). Église Saint-Pierre-de-la-Tour

Responsable d’opération : Jean-Paul Nibodeau
p. 210

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0140751

Texte intégral

1L’église Saint-Pierre-de-la-Tour à Aulnay, considérée comme un joyau de l’art roman, est classée au titre des Monuments historiques depuis 1840 et est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. De ce fait, elle a été l’objet de nombreuses restaurations depuis le milieu du xixe s.

2Cette opération de diagnostic s’inscrit dans le cadre du projet de restauration et d’assainissement de l’église conduit par l’architecte en chef des Monuments historiques pour pallier un problème d’humidité généralisée qui fragilise l’édifice, et qui semble provenir du revers pavé aménagé tout autour de l’édifice au milieu du xixe s., avec des pierres tombales des xviie-xixe s. prélevées dans le cimetière entourant l’église, après enlèvement des remblais et des sépultures accumulés le long de ses murs.

3Afin de déterminer l’impact de ces travaux sur les niveaux archéologiques, et d’évaluer l’état des fondations de l’édifice ainsi que celui du dallage, huit sondages ont été réalisés à l’extérieur de l’église.

4Pour asseoir l’église romane, les constructeurs ont systématiquement cherché le calcaire sain : les fondations descendent à des profondeurs comprises entre 0,80 au NE et 1,50 m au SO ; il en est de même pour les fondations des contreforts ajoutés à la façade occidentale. Deux types de mise en œuvre sont utilisées : l’une privilégie le remplissage complet de la tranchée par de la maçonnerie sans parement, l’autre utilise la tranchée ouverte en y bâtissant une fondation parementée en gradins. La première est spécifique des fondations romanes, largement débordantes, qui apparaissent juste sous le revers pavé à l’exception des endroits où des sépultures les ont percées. La seconde correspond aux fondations des contreforts, avec des variations mineures qui témoignent des différentes époques de leur réalisation. L’élévation des parties romanes, entièrement en pierres de taille, est soulignée par un soubassement homogène constitué par deux assises, orné d’un tore en partie supérieure et reposant sur les fondations par l’intermédiaire d’une assise de réglage légèrement débordante.

5Les maçonneries enterrées montrent un état de conservation satisfaisant. Le mortier entre les blocs de pierre de taille est parfaitement conservé, et ceux-ci ne présentent pas de désordre. Les problèmes les plus significatifs apparaissent au niveau des dalles du revers pavé et juste au-dessus de celles-ci dans le soubassement. L’assise de réglage a subi une importante altération lors de la pose des dalles au milieu du xixe s. Le mortier, constitué par un sédiment argilo-marneux, a disparu des joints sous l’effet d’un lessivage entre les pierres de taille qui, de ce fait, se déchaussent, entraînant des désordres dans l’ensemble des murs.

6Le revers pavé ayant été posé approximativement à l’emplacement du sol existant au moment de la construction de l’église, les niveaux postérieurs ont été évacués lors du dégagement du monument. Néanmoins, il subsiste un potentiel stratigraphique dont l’amplitude varie de quelques dizaines de centimètres au nord à au moins 1,50 m au sud. Outre la présence de sépultures en coffre, en sarcophage ou en cercueil, il a été possible de reconnaître des structures en creux (fosse, trou de poteau) aménagées dans le calcaire et dont le rare mobilier céramique suggère qu’elles pourraient remonter à l’Antiquité ou au haut Moyen Âge.

7Ces observations, qui confirment celles réalisées plus à l’est, au-delà l’emprise du cimetière, tendent à montrer une continuité de son occupation depuis au moins le très haut Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Nibodeau, « Aulnay (Charente-Maritime). Église Saint-Pierre-de-la-Tour », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 210.

Référence électronique

Jean-Paul Nibodeau, « Aulnay (Charente-Maritime). Église Saint-Pierre-de-la-Tour » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7289

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Nibodeau

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Paul Nibodeau

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals