Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Aurillac (Cantal). Îlot Saint-Géraud

Responsable d’opération : Nicolas Clément
p. 210-211

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1à l’occasion d’un projet immobilier programmé au pied de l’église abbatiale Saint-Géraud à Aurillac, une campagne de fouille préventive s’est déroulée sur plus de dix mois. Les découvertes sont allées bien au-delà de ce que laissait présager le diagnostic. L’abbaye d’Aurillac, située au bord de la Jordanne, est une fondation monastique carolingienne de Géraud, un laïc appartenant à l’une des plus importantes familles méridionales, autour des années 895. C’est de cette communauté qu’était issu le moine Gerbert, premier pape français sous le nom de Sylvestre II. L’abbaye figure parmi les lieux saints visités en 1031 par le roi de France Robert le Pieux lors de son pèlerinage. À partir du xvie s., après la sécularisation de l’abbaye et les destructions liées aux guerres de Religion, le site est transformé en un vaste jardin. Les fouilles préventives ont mis au jour toute l’aile orientale du cloître du xiiie s. La conservation est remarquable, avec une salle capitulaire de 98 m2 ou encore une salle de 53 m2 avec des structures maçonnées de près de 2 m de haut et des colonnes encore en place. Un collecteur d’eaux usées a livré plus de 200 monnaies, des jetons, des méreaux, des enseignes de pèlerinage, des éléments de buffleterie, des stylets, des outils de médecine ou des instruments de toilette, ainsi qu’un fragment de sceau d’un des abbés d’Aurillac de la première moitié du xive s., ou encore une bulle en plomb d’un acte pontifical émis par le pape Grégoire XI (1370-1378). C’est aussi une série de bâtiments de servitude qui a été découverte et notamment une écurie qui a brûlé. Des planches carbonisées ont été mises au jour, ainsi que des gerbes de céréales et une mangeoire composée de piquets en bois et de vannerie. La présence de sarcophages monolithes témoigne des premiers temps du monastère avant qu’ils ne soient partiellement détruits par de grands travaux au xiiie s., avec la recomposition des bâtiments conventuels et la mise en place de la fontaine du palais abbatial. Les éléments lapidaires, bien que découverts en positon secondaire, contribuent, par leur nombre, au renouvellement des connaissances sur l’art roman auvergnat. Ce sont, notamment, trois chapiteaux intacts portant un décor caractéristique de la fin du xie et le début xiie s. : bandeau de perles, entrelacs et palmettes. Pour la première fois à Aurillac, un chapiteau historié a été découvert. Il narre en deux scènes très simplifiées le meurtre d’Abel par Caïn. La découverte la plus exceptionnelle reste celle de sarcophages monoxyles appartenant à un cimetière carolingien antérieur à la fondation du monastère. Découverte unique sur le territoire français, et au niveau européen, ces sarcophages sont dans un état de conservation tout à fait exceptionnel. Ce cimetière couvre une superficie d’au moins 1000 m2. Le sondage d’environ 100 m2 a révélé la présence d’une trentaine de sépultures en sarcophage monoxyle ou en planches de bois avec des degrés de conservation très variables. Au total, 9 couvercles et 12 cuves intacts ont été mis au jour. Les troncs sont parfois équarris ou simplement épannelés, d’autres portent encore quelques lambeaux d’écorce. Des aménagements à chaque extrémité du couvercle témoignent de leur manipulation. Les traces d’outils sont bien perceptibles. Des pratiques funéraires ont été repérées à travers le dépôt de branches sur le couvercle ou encore d’éléments végétaux sur le fond de la cuve.

Aurillac, îlot Saint-Géraud.

Aurillac, îlot Saint-Géraud.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Aurillac, îlot Saint-Géraud.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Clément, « Aurillac (Cantal). Îlot Saint-Géraud », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 210-211.

Référence électronique

Nicolas Clément, « Aurillac (Cantal). Îlot Saint-Géraud » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7290

Haut de page

Auteur

Nicolas Clément

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Clément

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals