Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Avignon (Vaucluse). Jardins du Palais des Papes

Responsable d’opération : Anne Allimant-Verdillon
p. 211-212

Entrées d’index

Année de l'opération:

2015
Haut de page

Texte intégral

1Au début du xive s. de nombreuses propriétés privées dotées de jardins s’étagent à l’est du palais épiscopal d’Avignon. Acquises entre 1316 et 1319, ces propriétés permettent d’agrandir la surface utile du nouveau palais des papes. C’est ainsi que le verger des frères du Thor et de celui de Ponti Bona, situés en contrebas de l’actuelle tour de l’Étude, réunis en septembre 1323 en un seul tènement, forment le premier jardin pontifical.

2Plus au nord, sous la paroi abrupte du rocher des Doms, le jardin de Trouillas est acquis par la papauté entre 1318 et 1323. Situé hors les murs du palais, ce jardin d’une surface de plus de 3000 m2 garda tout au long du xive s. une vocation utilitaire, accueillant semis, pâture et ménagerie.

3Sous le pontificat de Benoît XII, le petit jardin de Jean XXII est agrandi au sud, au-devant de la tour du Pape. L’espace circonscrit par le nouveau rempart édifié entre 1336 et 1340 ne sera cependant aplani qu’en 1339, permettant ainsi de dégager l’espace nécessaire à la mise en place des chantiers de construction de l’aile orientale du palais.

4Le système d’alimentation en eau du palais et des jardins est mis en place à partir de 1338. Utilisant aussi bien les eaux de puits que de pluie, ce réseau alimente jardin, cloître, cuisines et réservoirs. En 1344, une immense citerne est édifiée contre la tour de Trouillas. Qualifiée de « tour de la Glacière » jusqu’à la fin du xviiie s., la structure comporte en partie haute un garde-manger, réfrigéré grâce à un astucieux système d’échanges thermodynamiques.

5En 1346, la zone circonscrite à l’intérieur des remparts de Benoît XII comprend deux jardins :

6– Au sud, le jardin du Friffon se présente sous la forme d’un déambulatoire agrémenté d’une galerie en U. Au centre, un pré, au milieu duquel, enchâssée dans une banquette de verdure, se trouve la fontaine dite « du griffon » ou « du babouin », en référence, probablement, au goût de Clément VI pour les manuscrits enluminés. Dotée d’un jet d’eau, cette fontaine, probablement destinée aux ablutions du pape, pouvait être alimentée par de l’eau de pluie ou de l’eau de puits.

7– Au nord du mur du jardin du griffon, se trouve un grand pré, doté d’une allée centrale. L’ensemble est orné de bancs de verdure et de treilles de vigne. Des carrés de jardin clos par des barrières de cannes et d’osier abritent des bordures de végétaux à longues feuilles : épinards, choux, persil… Çà et là, l’ensemble est peut-être orné de pots de sauge et de marjolaine.

8En 1365-1366, Urbain V fait édifier le bâtiment de la Roma à l’emplacement de l’ancienne galerie nord du jardin du griffon. En contrebas, maisons particulières et zones de service du palais laissent place à deux nouveaux jardins, clôturés par un rempart. Au sud, le verger du pape, centré autour d’un pavillon, comporte fontaine, banquettes de verdure, carrés de jardins, treilles et tonnelles.

9L’ensemble est clos, au nord, par un petit bâtiment, ou studio, destiné au délassement du pape. Au nord de ce studio, face à la tour de Trouillas, se trouvent une noria, un pré, et des cages pour les collections d’animaux d’Urbain V.

10Au début du xvie s., le verger d’Urbain V laisse place à la « Mirande ». L’édifice, destiné à accueillir les invités de marque, comporte une terrasse sablée au-delà de laquelle on installe un jardin régulier doté de 8 carrés centrés autour d’une fontaine.

11L’explosion du fort Saint-Martin en 1650 fut sans doute à l’origine de profondes destructions au nord du palais. Une glacière est alors construite dans le jardin haut pour remplacer la tour-citerne édifiée en 1344. À l’intérieur du rempart de Benoît XII, le jardin abrite désormais légumes et arbres fruitiers destinés à la consommation des vice-légats. En contrebas, la terrasse sablée de la Mirande est abandonnée au profit de parterres plus étendus.

12Avec l’arrivée du Génie militaire au début du xixe s., les jardins hauts sont abandonnés au profit d’une cour d’exercice. En contrebas, le bâtiment de la Mirande est détruit. Perre-Pierron, fondeur de cloches récupère alors l’ancien verger d’Urbain V qu’il utilisera comme dépôt jusqu’en 1838, date à laquelle l’édifice de la Roma est démoli et la partie basse du site remblayée jusqu’au niveau du jardin haut. L’ensemble ne sera réhabilité qu’à partir de 1935.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Allimant-Verdillon, « Avignon (Vaucluse). Jardins du Palais des Papes »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 211-212.

Référence électronique

Anne Allimant-Verdillon, « Avignon (Vaucluse). Jardins du Palais des Papes » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7294

Haut de page

Responsable d’opération

Anne Allimant-Verdillon

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals