Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Bruère-Allichamp (Cher). Abbaye de Noirlac

Responsable d’opération : Isabelle Pignot
p. 214

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Les fouilles réalisées à l’abbaye de Noirlac du 12 au 23 janvier 2015 par le bureau d’études Éveha interviennent dans le cadre de l’ouverture anticipée de tranchées techniques, en vue de l’installation de la fibre optique. La zone d’intervention se concentre en contrebas du chemin d’accès à l’abbaye et le long du parking, jusqu’au bâtiment d’accueil actuel. La fouille est ainsi contrainte à un espace restreint dans l’emprise de tranchées d’1,50 m de large et de 1 m de profondeur. Six tranchées ont été réalisées, tandis qu’une septième n’a fait l’objet que d’une surveillance de travaux. L’emprise est de 176 m².

2Cette intervention a permis la découverte d’une occupation dense à proximité du bâtiment des communs, et qui tend à s’amenuiser vers l’ouest du site. Au contact de ce bâtiment, les fondations d’une possible tour sont mises au jour : elles sont liées aux fondations du mur gouttereau ouest du bâtiment des communs, et relèvent ainsi du xiie s. Cette structure était totalement inconnue et n’apparaît pas sur les plans anciens étudiés à cette occasion. Plus à l’ouest, une série de quatre murs orientés E-O est repérée. Un seul semble appartenir à la période médiévale. Il est isolé et n’a pu être interprété : il peut s’agir d’un mur de clôture ou de terrasse. Deux de ces murs semblent définir un espace intérieur, un possible bâtiment situé contre un puits relevant de l’époque moderne. Ce puits circulaire est maçonné de pierres calcaires de moyen appareil, remployant des piédroits médiévaux. Les traces de boucharde attestent une datation qui ne saurait être antérieure au xviiie s. Plus au nord, un quatrième mur, très mal conservé, est découvert, dont il ne reste qu’une assise de fondation. Il semble également de facture moderne et n’a pu être rattaché à une autre structure. Sa fonction reste donc nébuleuse.

3Cette zone dense en vestiges contient également des aménagements hydrauliques : un caniveau médiéval est découvert, doté de parements en pierres calcaires couronnés de belles dalles de couverture. Il est perturbé au nord par l’installation d’un système d’adduction d’eau, constitué de tuyaux de terre cuite attribuable aux xiiie-xive s. Une autre structure, localisée à quelques centimètres plus au sud, et constituée de pierres calcaires posées de chant, pourrait également être en lien avec un ancien aménagement hydraulique de drainage. Enfin, la tranchée située en contrebas de la voie d’accès actuelle à l’abbaye a livré trois drains, probablement médiévaux, orientés E-O, destinés à assainir une zone connue dès l’époque médiévale pour être marécageuse. Le terme « les Eaux Mortes » est alors souvent employé pour désigner ce bocage situé à proximité d’un bras du Cher.

4Ces aménagements peuvent également être associés à la zone de forge située à l’extrémité ouest de la zone étudiée, en contrebas du parking actuel. Cette forge a par ailleurs livré dès le diagnostic des couches riches en scories, des zones rubéfiées, charbonneuses, associées à un mobilier céramique datable du xiie s. Nos propres analyses révèlent des scories de réduction directe du minerai de fer, activité datable des xiie-xiiie s. Des textes datés entre 1214 et 1256 attestent par ailleurs de l’implication de l’abbaye de Noirlac dans la métallurgie du fer, notamment dans le bois de Meillant, cité en 1256 comme lieu d’extraction : un conflit oppose alors les moines au seigneur local, Henri de Sully, à propos de l’exploitation de mines de fer sur leurs terres. Il est tentant de mettre en relation ces informations et la découverte des déchets de forge. Des scories de post-réduction, en position secondaire, semblent provenir d’activités de même nature localisées au voisinage immédiat de l’abbaye, en lien avec la construction ou les activités courantes de cette communauté et attribuables aux xiiie-xive s. Ces pratiques artisanales, qui devaient être placées dans l’enclos monastique, pouvaient bénéficier de la proximité des installations hydrauliques. Néanmoins, nous n’avons pu identifier, dans l’emprise restreinte des tranchées, de structures relatives à ces activités (maçonneries, supports de billot ou enclume).

5Les investigations de 2015 se sont ainsi révélées riches en vestiges archéologiques, qu’ils soient médiévaux, modernes, ou contemporains comme en témoignent les multiples remblais, zones de rejets ou fosses en lien avec la manufacture de porcelaine installée à Noirlac entre 1822 et 1896. Les niveaux les plus anciens nous renseignent sur les premiers temps de l’abbaye, qu’il s’agisse du chantier de construction en tant que tel et de son activité de forge, ou sur la présence de maçonneries inédites comme cette tour située devant le bâtiment des communs. Les aménagements hydrauliques sont de même bien documentés pour la période médiévale ; le drainage apparaît ici comme une nécessité pour la communauté monastique installée dans un environnement marécageux et humide.

Bruère-Allichamp, abbaye de Noirlac, puisard ?

Bruère-Allichamp, abbaye de Noirlac, puisard ?
Haut de page

Table des illustrations

Titre Bruère-Allichamp, abbaye de Noirlac, puisard ?
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Pignot, « Bruère-Allichamp (Cher). Abbaye de Noirlac », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 214.

Référence électronique

Isabelle Pignot, « Bruère-Allichamp (Cher). Abbaye de Noirlac » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7299

Haut de page

Auteur

Isabelle Pignot

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Pignot

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals