Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Cellefrouin (Charente). Chapelle Saint-Martin, Fontaine Saint-Martin

Responsable d’opération : Sylvie Ternet
p. 215-216

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Texte intégral

1Les mentions d’origine manquent concernant Saint-Martin de Cellefrouin et seules des sources secondaires existent. Dans son édition du cartulaire de Cellefrouin, le chanoine Chevalier dresse la liste des prieurés et chapelles appartenant à l’abbaye et situés aux alentours, à La Tâche, Valence, Saint-Claud et à Saint-Martin. D’après le Pouillé historique du diocèse d’Angoulême de l’abbé Nanglard, l’abbé de Cellefrouin devait l’entretien de la chapelle Saint-Martin en 1789. Il conférait la chapellenie de Saint-Martin, qui aurait cessé d’être un prieuré en 1568. D’après ces auteurs, dont les sources ne sont plus vérifiables et n’ont pas été retrouvées aux Archives départementales de la Charente parmi les chartes du cartulaire de Cellefrouin, Saint-Martin aurait d’abord été un prieuré, jusqu’en 1568, année des ravages des guerres de Religion en Angoumois, puis serait devenu une simple chapelle jusqu’en 1789. Vendu ensuite comme bien national, le domaine de l’ancien prieuré a été morcelé en plusieurs parcelles, dont les limites sont intéressantes à examiner car elles ont en partie suivi le plan de l’ancien édifice. Sur le plan du cadastre de 1846, sur l’une des parcelles, on voit un bâtiment couvert correspondant au bras sud du transept encore en place. Le mur ouest sert de limite de parcelle. On pourrait alors avoir affaire à un bâtiment agricole privé, du type hangar ou abri de jardin, réutilisant les deux anciens piliers romans de l’église, reliés pour l’occasion par un mur moderne.

2Les vestiges en place correspondent à un édifice du milieu du xiie s., à l’origine assez vaste pour être une église prieurale, comme les textes le laissaient supposer. Sa construction semble liée à la présence de la fontaine de dévotion Saint-Martin, située à quelques dizaines de mètres de l’édifice. Il aurait dû être composé d’une nef courte et apparemment toujours ouverte, comme dans certaines chapelles castrales, d’une croisée du transept prévue pour recevoir une coupole, de son bras sud avec absidiole et d’un chevet dont la forme d’origine reste à compléter. Aucun bras de transept n’existait au nord, en raison du dénivelé du terrain. Les murs d’origine étaient liés avec un mortier orange. La partie nord de l’édifice semble n’avoir jamais été construite, ni au xiie s., ni plus tard. Seul un mur de clôture a été installé au nord, après le xve et avant le xviiie s., probablement au xviie s. (mais il reste mal daté du fait de l’absence de matériel dans les premiers niveaux qu’il recoupe). Les niveaux de sols mis au jour jusqu’à présent, à l’intérieur de ce qui devait être la nef, sont tous interprétables comme des niveaux extérieurs, au moins à partir des xive-xve s. et jusqu’à la période moderne. L’un des sols a d’ailleurs livré de nombreux fragments d’un pichet saintongeais à glaçure verte bien identifiable, caractéristique des xive-xve s. et d’une cruche à lèvre en bandeau, datable du xive s. Le chevet a bien été prévu et son emplacement décaissé, mais on ignore s’il a été achevé. Il a été remanié par la suite puis remplacé par un long mur droit de pierres sèches, apparemment des xviie- xviiie s., qui clôturait la croisée du transept à l’est et a été conservé comme une limite de parcelle au début du xixe s. D’autres restaurations sont constatées à la surface des parements encore en place, liés avec un mortier beige, qui semble remonter aux réparations effectuées pendant la période gothique. Si, en Angoumois, la présence d’un transept est le signe de l’existence d’une communauté, la nature inondable du terrain induit ici une utilisation saisonnière, qui gênait ou interdisait peut-être la présence d’une communauté. Il faut noter pour l’instant l’absence de sépultures sur le site, ou même d’ossements humains à l’état résiduel, l’absence d’éventuels bâtiments conventuels et, selon toute apparence, d’une façade.

Cellefrouin, chapelle Saint-Martin, plan d’ensemble des structures et secteurs fouillés depuis 2012.

Cellefrouin, chapelle Saint-Martin, plan d’ensemble des structures et secteurs fouillés depuis 2012.

Relevés Pierre Texier, Inrap. DAO Michel Coutureau, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cellefrouin, chapelle Saint-Martin, plan d’ensemble des structures et secteurs fouillés depuis 2012.
Crédits Relevés Pierre Texier, Inrap. DAO Michel Coutureau, Inrap.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/7301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Ternet, « Cellefrouin (Charente). Chapelle Saint-Martin, Fontaine Saint-Martin », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 215-216.

Référence électronique

Sylvie Ternet, « Cellefrouin (Charente). Chapelle Saint-Martin, Fontaine Saint-Martin » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7301

Haut de page

Auteur

Sylvie Ternet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Ternet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals