Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1. – Opérations de terrainJoux-la-Ville (Yonne). Oudun

Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Joux-la-Ville (Yonne). Oudun

Responsable d’opération : Sylvain Aumard
p. 218

Texte intégral

1Mentionné dès 1119 comme bien du temporel de l’abbaye cistercienne de Reigny, le hameau d’Oudun conserve un bâtiment du xiie s. qualifié de grange. Nos reconnaissances, menées successivement depuis 2011 aux abords de la construction en préalable à des travaux de restauration, nous avaient conduits à préférer l’hypothèse d’un logis, avec réfectoire et dortoir, destiné aux convers œuvrant au sein de l’établissement. L’objectif de la campagne 2015 était double : pallier le morcellement topographique des précédentes interventions et comprendre dans leurs formes, leur chronologie et leurs fonctions, les bâtiments se développant au nord. Mené en 2013, l’examen du pignon nord du logis laissait présager en effet la proximité d’une cuisine après la mise en évidence d’un passe-plat.

2En premier lieu, la présence de constructions antérieures à ces bâtiments montre, conformément aux textes, une occupation continue au moins depuis le début du xiie s. La qualité de leur mise en œuvre laisser éventuellement présager d’un statut privilégié.

3Apport essentiel de cette campagne 2015, l’existence d’un corps de bâtiment, perpendiculaire au logis et contemporain de ce dernier, a été confirmée. Toutes les fonctions de celui-ci ne sont pas identifiées, mais il permet vraisemblablement la communication entre le logis au sud et un cellier au nord, et comprend un espace destiné à la préparation des repas. Dépourvue de sol dallé, la cuisine se résume à un simple foyer ouvert surmonté d’une hotte composant une cheminée sarrasine. Elle est située à proximité du passe-plat et de l’accès au cellier se trouvant au nord. Vraisemblablement d’origine plus ancienne, ce dernier est surmonté d’un rez-de-chaussée surélevé dont la fonction demeure indéterminée. Pour la grangia du xiie s., c’est au final tout le pan occidental de l’établissement qui se révèle désormais avec une enfilade de trois corps de bâtiments disposés sur plus de 30 m de longueur, délimitant un enclos. De toute évidence, ces constructions sont dédiées à l’hébergement des frères convers et paraissent séparées des bâtiments à vocation économique situés à l’écart, vraisemblablement à l’est et au sud.

4Enfin, la transformation des bâtiments à la suite de leur mise à ferme à la fin du xve s. s’est manifestée par la reconversion de pièces initialement à vocation collective, telles que la cuisine et le réfectoire. La mise en place d’une galerie souterraine entre ce dernier et l’ancien cellier témoigne également du souci pour les nouveaux occupants d’optimiser les surfaces disponibles en facilitant la circulation entre les espaces semi-enterrés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Aumard, « Joux-la-Ville (Yonne). Oudun »Archéologie médiévale, 46 | 2016, 218.

Référence électronique

Sylvain Aumard, « Joux-la-Ville (Yonne). Oudun » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7307 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.7307

Haut de page

Auteur

Sylvain Aumard

CEM Auxerre

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvain Aumard

CEM Auxerre

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search