Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2015
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Jumièges (Seine-Maritime). Abbaye

Responsable d’opération : Bénédicte Guillot
p. 218

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015
Haut de page

Notes de la rédaction

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0139821

Texte intégral

1À la suite du projet d’aménagements à l’intérieur de l’enclos de l’abbaye de Jumièges par le Conseil départemental de Seine-Maritime, un diagnostic archéologique a été prescrit. Les secteurs concernés correspondent à une surface de 1100 m², comprenant le transept nord et les chapelles no 5 à 7 du chœur de l’église Notre-Dame, l’ancien cloître, la sacristie, la salle du chapitre, l’aile ouest et les deux porches attenants.

2Les quatre sondages implantés dans la partie NE de l’église Notre-Dame ont livré des maçonneries antérieures aux réaménagements architecturaux du transept et du chœur à l’époque gothique. Ces fondations, caractérisées par l’emploi d’un mortier ocre contenant de nombreux graviers, semblent pouvoir être mises en relation avec l’église romane. Un sondage confirme la présence de l’absidiole du croisillon nord du transept roman, celle du croisillon sud ayant été observée par G. Lanfry lors de ses travaux en 1927.

3L’épais blocage présent au pied du mur du transept nord montre que cette église romane repose sur de forts massifs de fondations qui n’ont pas été détruits lors des transformations de l’abbatiale Notre-Dame. Ces maçonneries sont apparues à une profondeur comprise entre 0,10 m et 0,70 m de la surface actuelle.

4Les vestiges liés à l’édifice gothique sont beaucoup moins bien conservés, en particulier les niveaux de circulation. Seuls quelques carreaux de pavement étaient encore présents le long du mur de la chapelle no 7, et il ne restait plus que le lit de pose du pavage du transept nord.

5Les cinq sondages ouverts dans le secteur de l’aile ouest et de ses accès sont de trop faible ampleur pour que l’on puisse véritablement en tirer des conclusions. Néanmoins, quelques données nouvelles permettent de préciser certains éléments. Tout d’abord, la mise au jour de la base et des fondations du pilier NE permet de donner une cote NGF au sol d’origine de la salle, soit environ 11 m. Malheureusement, le même sondage a montré que de décaissements importants et de multiples reprises ont détruit ce sol, puisque les remblais apparus en fond de fouille, au niveau des fondations du pilier, vers 10,50 m, sont attribuables à la période moderne.

6Dans la travée sud de la même salle, le pavage d’époque moderne, dont il ne reste plus que le négatif, est à la cote de 10,66 m. Le dallage très bien conservé dans le porche central est encore plus bas, vers 10,50 m. Seul un dépotoir, qui semble antérieur aux maçonneries du porche nord, a livré du mobilier des xie-xiie s.

7La présence d’un contrefort plat, sur la face orientale du mur gouttereau de cette aile ouest, apporte la preuve que cette grande salle a été construite comme une unité indépendante et donc qu’aucun édifice n’était prévu à l’origine à l’est. La maçonnerie doublant le mur gouttereau en noyant les contreforts provient peut-être de la mise en place, à cet endroit, d’un premier cloître venant s’appuyer sur la grande salle.

8Tous les sondages localisés dans le cloître ont montré un remblaiement compris, au minimum, entre 1 m et 1,40 m avant d’atteindre les niveaux encore en place, soit la cote de 11,50 à 11,60 m. Les gravats consécutifs au démantèlement et à la récupération des pierres du cloître sont présents sur l’ensemble du secteur. De nombreux fragments lapidaires, dont certains en bon état, présents dans ces gravats, pourraient permettre de préciser la décoration du cloître, refait au début du xvie s., dont il ne reste malheureusement plus que quelques représentations antérieures à sa démolition.

9La mise au jour du mur séparant le cloître et le réfectoire donne également quelques renseignements concernant le dernier état de ces deux édifices. Le tracé correspond bien à celui donné sur les plans de l’abbaye, comme celui de Pierre de la Vigne daté de 1674. Par ailleurs, le départ de l’élévation, au nord, permet d’avoir une indication sur l’altitude du niveau de sol dans la galerie sud du cloître, aux environs de 12 m. Ceci implique tout d’abord que, pour la partie observée, la totalité des niveaux de circulation de l’édifice du xvie s. a été récupérée. D’autre part, la comparaison avec les vestiges du sol pavé encore en place dans le réfectoire, suggère que ce dernier se trouvait surélevé par rapport au cloître d’environ 0,50 m. Enfin, la présence d’un possible pilier, situé à 2 m environ du mur, pose la question de la largeur effective des galeries du cloître, qui auraient pu avoir une largeur de 4 à 5 m, ce qui correspondrait aux figurations des plans anciens.

10À l’issue du diagnostic, on peut noter le très faible enfouissement des structures, qui apparaissent entre 0,10 et 0,70 m, au maximum, sauf dans le cloître où les vestiges apparaissent entre 1 m et 1,40 m de profondeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Guillot, « Jumièges (Seine-Maritime). Abbaye », Archéologie médiévale, 46 | 2016, 218.

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « Jumièges (Seine-Maritime). Abbaye » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 46 | 2016, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/7308

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillot

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bénédicte Guillot

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals